Définition Signes et symptômes Dernières données Congrès O. T. I. M. R. O mai 2011 Par 3299 François-Brassard








télécharger 71.38 Kb.
titreDéfinition Signes et symptômes Dernières données Congrès O. T. I. M. R. O mai 2011 Par 3299 François-Brassard
date de publication10.04.2017
taille71.38 Kb.
typeDocumentos
m.21-bal.com > loi > Documentos
DYSLEXIE

Définition


Signes et symptômes

Dernières données

Congrès O.T.I.M.R.O

MAI 2011

Par


3299 François-Brassard

Boisbriand , Québec J7H 1L9


(450) 979-8809

courriel: chantal.l@videotron.ca

Site: www.dyslexiechantallegault.com


Préface
Contrairement à la croyance populaire (malheureusement trop fréquente à plusieurs paliers dans le milieu scolaire du Québec), la lecture n’est pas un apprentissage dit « naturel » pour un cerveau. La lecture doit s’enseigner. Le langage oral existe depuis des millions d’années tandis que l’acte de lire est apparu dans notre civilisation que depuis environ 400 ans. (Fletcher-Lyon)
Les troubles de lecture étant les plus répandus parmi les difficultés d’apprentissage, ils ont donc su capter l’intérêt du milieu scientifique. La dyslexie, qui perturbe l’apprentissage de la lecture, est le trouble le plus connu et le mieux étudié.
Les informations figurant dans ce document ont été répertoriées à travers diverses publications scientifiques dont plusieurs études furent financées par les hautes intenses gouvernementales américaines et européennes. Ces dernières sont appuyées par mes 20 ans d’expérience dans le monde de l’éducation. Les 10 dernières années de travail en clinique m’ont permis de poser un regard critique sur les différentes approches utilisées dans la rééducation des difficultés et des troubles du langage écrit.

Les mythes concernant la dyslexie


En 1994, le « National Institutes of Healt » des Etats-Unis, rendait publique les premiers résultats de leurs 14 années de recherche sur la dyslexie. Ce projet de recherche a été repris par d’autres instituts, et les conclusions restent les mêmes. De plus, les résultats de 18 autres recherches tenues par 18 universités indépendantes convergent vers le même modèle de dyslexie. Depuis, divers comités se sont intéressés à la dyslexie. Entre-autre, le National Reading Panel publiait en 2000 les résultats de sa méta-analyse sur : « Enseigner la lecture aux enfants »
Plus récemment en Europe « 1La Canam (RSI) a souhaité que l’INSERM (Institue de la Santé Et de la Recherche Médicale) réalise, à travers la procédure d’expertise collective, un bilan des connaissances scientifiques récentes permettant de mieux comprendre ces troubles spécifiques des apprentissages scolaires. L’impact que peuvent avoir les progrès des connaissances scientifiques sur la prise en charge de la dyslexie et des autres troubles spécifiques des apprentissages est une des principales questions de l’expertise.
Pour répondre à cette demande, l’INSERM a réuni un groupe de 11 experts en psychologie

cognitive, psychologie cognitive du développement, neuropsychologie de l’enfant, pédiatrie,

neurosciences, neurologie, psycholinguistique, linguistique et épidémiologie. Ces derniers

ont référencé 1 500 articles publiés pour 40 % d’entre eux depuis les années 2000. Une telle

compilation des travaux de recherche sur cette thématique avait pour objectif de constituer une

mise au point d’actualité à laquelle pourront se référer chercheurs, praticiens, ou usagers en

quête d’informations fiables dans un champ en plein développement et aux multiples

applications. »
Pourtant, la majorité de la population n’est pas informée de ces données, et par conséquent, nous rencontrons encore beaucoup de vieux mythes concernant la dyslexie. Vous devez être prêts à refuser ces mythes avec de solides arguments qui ont des fondements scientifiques crédibles. Voici les principaux mythes :


  1. La dyslexie n’existe pas.

  2. La dyslexie est un terme qui englobe tous les problèmes d’apprentissage.

  3. L’intelligence et l’habileté à lire sont reliées; donc si quelqu’un n’arrive pas à lire, c’est qu’il ne doit pas être très intelligent.

  4. La dyslexie est très rare (moins de 3 %) .

  5. Les enfants doués ne peuvent avoir de problèmes d’apprentissage.

  6. La dyslexie ne peut pas être diagnostiquée.

  7. Le fait de vieillir (maturité) réglera les problèmes de lecture et d’écriture de plusieurs des enfants qui éprouvent des difficultés de la maternelle à la 3e année. Ces enfants ont seulement un développement plus lent que la norme.

  8. Le redoublement aidera l’enfant à mieux réussir, car il aura la chance d’être plus mature et de développer davantage ses habiletés au niveau du français.

  9. La dyslexie est un problème visuel (ils voient les mots à l’envers).

  10. La dyslexie affecte seulement les gens qui parlent anglais.

  11. Tous les enfants qui inversent les ‘p’-‘q’ ‘b’-‘d’ sont dyslexiques.

  12. Si un enfant n’écrit pas en ‘miroir’, il n’est pas dyslexique.

  13. La façon d’aider un enfant à mieux lire est de le forcer à lire au moins 30 minutes tous les jours.

  14. Si un enfant n’arrive pas à lire avant l’âge de 12 ans, il est trop tard pour lui, car après 12 ans, il est impossible d’apprendre à lire et écrire.

  15. Les enfants dyslexiques sont dépistés dans nos écoles et reçoivent l’aide appropriée.

  16. La majorité des enseignants savent dépister les signes de la dyslexie.


DYSLEXIE



DÉFINITIONS



La dyslexie est un trouble d’apprentissage spécifique qui est causé par un désordre neurologique héréditaire. Elle se caractérise par des difficultés au chapitre de la reconnaissance de mots (exactitude et/ou fluidité), des difficultés orthographiques et de décodage. Ces difficultés sont le résultat d’un déficit d’une composante phonologique du langage fréquemment inattendu étant donné les habiletés cognitives et les méthodes d’enseignement appropriées appliquées en classe. Les conséquences secondaires peuvent inclurent une difficulté de compréhension de lecture et une faiblesse au niveau de la richesse de vocabulaire et de certaines connaissances qui sont directement attribuables à un manque d’exposition à la lecture. (The International dyslexia association, Annals 2003)
La dyslexie n’est pas le résultat d’un manque de motivation, d’anomalies sensorielles, d’un mauvais enseignement ou de conditions limitantes. Cependant, elle peut exister de pair avec ces différents facteurs.

Même si la dyslexie est une condition à vie, les personnes atteintes répondent majoritairement très bien à une rééducation appropriée basée sur des principes de fréquence et de temps.


Dyslexie phonologique, dysphonésie ou dyslexie développementale: Déficit de l'intégration symbole-son (graphème-phonème) et de la capacité à développer l'habileté d'analyse et de synthèse (l'habileté de syllabation, de prononciation et de mélange de sons lors de la découverte de mots peu familiers).
Dyslexie visuelle, dyseidésie ou dyslexie de surface: Déficit de la capacité à percevoir des mots complets (leur configuration totale) comme des gestalts visuelles et de faire la relation entre ces mots et les gestalts auditives correspondantes.
Dyslexie mixte : combinaison des 2 premières formes.
Dyslexie visuo-attentionnelle (Sylvianne Valdois à l’étude) : trouble visuel qui empêche une lecture globale, le lecteur étant incapable de retenir dans leur mémoire visuelle plus de 2 ou 3 lettres par mots. Ils devineraient le reste du mot. Les confusions visuelles les plus fréquentes seraient : « m » et « n », ou « h » et « k », mais aussi « b » et « d », « p » et « q » ou encore « i » et « l ».

Forces significatives des personnes dyslexiques
Malgré leur configuration cérébrale différente et leur « circuit électrique » particulier, la majorité des personnes dyslexiques sont dotées de différents talents :
- bonnes habiletés visuo-spatiales en 3 dimensions

- bonnes habiletés mécaniques, manuelles

- beaucoup d’imagination

- bonnes habiletés athlétiques

- bon raisonnement global

- créatif

SIGNES ET SYMPTÔMES





  • Enfants d’âges préscolaires (2 à 5 ans)


Si l’enfant affiche plus de 2 des comportements ci-dessous, et surtout s’il y a des problèmes d’apprentissage au niveau d'autres membres de la famille, je vous recommande de faire évaluer l’enfant le plus tôt possible pour un dépistage de la dyslexie. Le dépistage est possible dès l’âge de 5 ans.


  • ne dit aucun mot à l’âge de 1 an

  • mélange les sons dans les mots (ex : aminal pour animal, valabo pour lavabo)

  • incapable de faire des rimes à l’âge de 4 ans

  • difficulté à attacher ses souliers à 5 ans

  • difficulté avec les concepts directionnels (ex : gauche-droite, dessus-dessous, avant-après)

  • difficulté à trouver sa main dominante (droitier ou gaucher)

  • Incapable de compléter correctement des activités de conscience phonologique

  • difficulté à apprendre le nom des lettres de l’alphabet et leurs sons (sans chanter la petite chanson de l’alphabet)

  • difficulté à bien tenir son crayon

  • forme ses lettres de façon irrégulière (point de départ et d’arrivée)

  • difficulté à nommer les couleurs (en l’absence de daltonisme)




    • Enfants d’âges scolaires (et adultes)


La personne atteinte de dyslexie ne fait pas n’importe quelle sorte d’erreurs. Elle fait des erreurs très spécifiques.
Lecture et écriture


  • mauvaise lecture et/ou lecture lente et saccadée de mots isolés

  • lecture orale très laborieuse et saccadée et ignore souvent la ponctuation

  • devient visiblement fatigué après une courte période de lecture

  • compréhension de la lecture difficile (habituellement, la compréhension est

excellente lorsqu'on lui lit le texte)

  • change un mot pour un autre qui lui ressemble visuellement (ex : épate pour

étape, cage pour gage)

  • à la lecture d’une histoire, sans changer le sens du texte, change le mot pour un

autre qui veut dire la même chose, mais qui ne lui ressemble pas du côté visuel

  • fait une mauvaise lecture, change, ajoute ou ignore les mots de relation, les déterminants,… (le, la,

un, une, dans, de, des, son, ses …)

- omet ou change les suffixes (ex : change pour changement, lent pour lentement)

- inverse, renverse et transpose souvent les lettres
Renverser veut dire tourner une lettre horizontalement selon son axe vertical (lire dédé pour bébé, dien pour bien)
Inverser veut dire retourner une lettre de haut en bas (u-n, w-m)
Transposer veut dire changer de place 2 lettres adjacentes (ex : chein pour chien)
Écriture


  • orthographie mal les mots que l’on rencontre souvent, et ce, malgré une correction répétée

  • orthographie mal les mots lorsqu’il copie du tableau ou d’un livre

  • efface souvent ou fait des rayures sur les mots

  • difficulté au niveau de la calligraphie et de la préhension du crayon.

  • applique difficilement les règles grammaticales.

  • production de textes courts, pauvres en vocabulaire et souvent mal structurés.


Mathématiques
Les personnes dyslexiques ont de grandes forces dans certains domaines des mathématiques. En effet, leur capacité à voir en 3 dimensions les aide à « voir »  les mathématiques plus rapidement et facilement que la moyenne des gens. Malheureusement, l’orientation spatiale, la mémoire auditive (informations non significatives) et les séquences peuvent rendre les mathématiques extrêmement difficiles. Au niveau des algorithmes, la source de leur problème est la séquence des opérations et l’orientation spatiale de celles-ci. Voici les principales difficultés rencontrées :


  • mémorisation des complémentaires (+ et -)

  • mémorisation des tables de multiplication

  • comprendre et appliquer les divisions (longues)

  • comprendre les fractions

  • démontrer et expliquer une démarche spécifique à la résolution

  • confond ou ne retient pas plusieurs mots propres au lexique mathématique


Mémoire, organisation et concepts de temps
La mémorisation d’informations non significatives est extrêmement difficile pour les personnes dyslexiques. Ceci cause des difficultés au niveau de plusieurs matières scolaires.
- les faits scientifiques (l’eau bout à 100 C, la vitesse de la lumière …)

- les tables de multiplication

- les faits historiques (dates, noms et endroits)
Les personnes dyslexiques réussissent bien en histoire lorsque l’enseignant explique bien le pourquoi et les conséquences d’un événement.
Les personnes dyslexiques ont énormément de difficulté à organiser un espace physique. Elles ont tendance à empiler au lieu d’organiser. C’est presque comme, si elles rangeaient les choses dans un tiroir ou derrière une porte, elles l’oublieraient. Cette désorganisation envahit tous leurs espaces personnels : chambres, casiers, sacs à dos, bureaux, voitures, réfrigérateurs…

Par conséquent, elles ont souvent tendance à perdre leurs effets personnels (vêtements, montres, téléphones cellulaires, dîners, souliers, travaux …)

Elles ont également beaucoup de difficulté à apporter tout le matériel nécessaire pour une rencontre, un cours…
Une autre sphère qui est difficilement gérable pour les personnes dyslexiques est le temps. Il est très difficile pour eux de lire l’heure sur un cadran à aiguilles. Pour arriver à lire l’heure, il faut maîtriser plusieurs concepts d'orientation et de fractions.
Difficulté à :
- retenir les mois, les jours ou les saisons en ordre (séquence)

- estimer le temps pour faire une tâche donnée (travaux remis en retard)

- lire l’heure sur un cadran à aiguilles

- retenir l`heure du début des cours et leur séquence

- utiliser un agenda (se trompe d`heure ou de journée)
Autres problèmes pouvant accompagner la dyslexie
Le déficit d’attention (avec ou sans hyperactivité) est une condition distincte de la dyslexie, mais les dernières recherches montrent que 40 % des personnes dyslexiques seraient également affectées par ce déficit.
Un petit pourcentage (3 % à 8 %) des personnes dyslexiques a également une sensibilité à la lumière. Ces personnes éprouvent des difficultés à bien voir et discriminer les caractères imprimés en noir sur du papier blanc. Pour eux, les caractères semblent trembler, bouger. Les lumières fluorescentes (qu’on retrouve en grande majorité dans les écoles du Québec) accentuent ce phénomène. Ces personnes ont tendance à couvrir leur feuille avec leur tête et leurs mains. Il existe des lunettes avec des lentilles colorées qui réduisent l’effet de contraste et éliminent l’effet de tremblement des lettres. Cependant, aucune lentille par elle seule ne peut « guérir » une personne dyslexique. Elles l’aideront à mieux voir, et par conséquent, à réussir une bonne rééducation.

Bonnes carrières pour les personnes dyslexiques
- architecte - chercheur scientifique

- design (intérieur et extérieur) - ingénieur

- psychologie - domaine de l’informatique

- enseignant - l’électronique

- vente et marketing - mécanicien

- arts culinaires - arts graphiques

- menuisier - photographie

- différents arts

- athlète

- musicien

Célébrités dyslexiques

Les personnalités suivantes ont la dyslexie et/ou un déficit de la capacité d’attention avec ou sans hyperactivité. Ils ont réussi grâce à leurs talents dyslexiques et non en dépit de leur dyslexie.

Steven Spielberg Cher


Henry Winkler ( The Fonz) Tom Cruise

Whoopi Goldberg Danny Glover

Suzanne Somers Sylvester Stallone

Robin Williams le fils et le frère de Bill Cosby

Lindsay Wagner Zsa Zsa Gabor

Dustin Hoffman George Burns

Harry Belafonte Anthony Hopkins

Henry Ford Galilée

Janette Bertrand Louis Pasteur

Magic Johnson Greg Louganis

Baruj Benacerraf Agatha Christie

Carl Lewis F. Scott Fitzgerald

Winston Churchill Benjamin Franklin

Edgar Allen Poe Nelson Rockerfeller

Jules Verne Robert Kennedy

Général George Patton Dwight D. Eisenhower

Richard C. Strauss Rodin


Léonard de Vinci Walt Disney

Beethoven John Lennon

William Hewlett (Hewlett Packard) Mozart

Albert Einstein Alexander Graham Bell

Les frères Wright les fils de George Bush

le prince Charles et son fils Harry



Recherches 



    1. La dyslexie est héréditaire (35 % à 50 % ont un historique familial trouble d’acquisition de la lecture), certains gènes ont été isolés : C6, DCDCC2 (fluidité et efficacité), C10, C11.




    1. L’INSERM : Dans les pays anglo-saxons, les difficultés d’apprentissage affectent 15 % à 20 % des enfants et de ce nombre, 3 % à 5 % des enfants de 10 ans seraient dyslexiques.




    1. L’INSERM : 5 à 10 % de la population serait dyslexique dont 3 % à 4 % des enfants seraient atteints très sévèrement (1 enfant par classe).




    1. IDA : 6 %-7 % des enfants sont identifiés comme ayant un trouble d’apprentissage, 85 % d’entre eux ont des troubles au niveau de la lecture et du traitement du langage.




    1. IDA estime qu’entre 15 % et 20 % de la population affiche les mêmes difficultés rencontrées chez les dyslexiques et que ces personnes sont à très haut risque d’éprouver des difficultés scolaires.




    1. La dyslexie est la cause la plus connue et la plus répandue des problèmes d’apprentissage.




    1. La dyslexie est la plus étudiée de toutes les causes de problèmes d’apprentissage.




    1. La dyslexie affecte 3 à 4 garçons pour 1 fille.




    1. Certaines formes de dyslexie sont très facilement transmissibles (facteur héréditaire.)




    1. La dyslexie est la plus grande cause de l’abandon scolaire.




    1. La dyslexie est la caractéristique commune le plus souvent rencontrée chez les délinquants juvéniles.




    1. Il a été démontré que la dyslexie est directement reliée à des facteurs neurophysiologiques des fonctions cérébrales. Les enfants dyslexiques éprouvent des difficultés au niveau de la correspondance son/symbole de notre code écrit à cause de ces différences cérébrales.




    1. L’intervention précoce est essentielle pour cette population et devrait cibler le développement de la conscience phonémique et phonologique.




    1. La dyslexie est un problème linguistique dû à des structures cérébrales déficientes qui rendent difficile le traitement du langage. Elle n’est pas causée par des problèmes visuels. Les personnes dyslexiques ne voient pas les mots à l’envers!


    1. Les habiletés métalinguistiques, la capacité à nommer le nom et le son des lettres demeurent les indicateurs les plus robustes qu’un enfant développe une difficulté ou un trouble en lecture.




    1. Ni la maturité, ni l’âge ne « guérissent » la dyslexie.




    1. 74 % des mauvais lecteurs de 1re année continueront de l’être à travers leur scolarisation pour se poursuivre à l’âge adulte, à moins qu’une rééducation explicite et systématique basée sur la conscience phonologique et le code alphabétique ne soit appliquée.




    1. Les enfants qui ont reçu un enseignement correctif basé sur une approche systématique des instructions phonologiques ont démontré un taux de réussite de loin supérieur à ceux qui avaient reçu un enseignement global.




    1. La méthode d’enseignement globale est à éviter pour ces enfants.




    1. Le déficit de l’attention et la dyslexie sont 2 problèmes différents.




    1. La coexistence de la dyslexie et du déficit de l’attention est tellement fréquente que l’on suggère de tester pour les 2 conditions.




    1. Les enfants étant atteints de ces 2 formes de problèmes sont grandement à risque de devenir délinquants et de développer des problèmes d’accoutumance aux drogues.




    1. La difficulté à reconnaître rapidement des mots isolés chez les enfants comme chez les adultes, une lecture lente et saccadée, ainsi qu’un manque de compréhension sont également de bons indicateurs.




    1. -Chez les enfants et les adultes, même avec des notes passables au niveau de la lecture, plusieurs disent que l’acte de lire est tellement laborieux et inefficace qu’ils ne lisent jamais pour le plaisir.



Chercheurs « français »
Groupe d’experts du Bilan scientifique de l’INSERM 2007 :
Pierre BARROUILLET, Faculté de psychologie et de sciences de l’éducation, Université de

Genève, Suisse
Catherine BILLARD, Centre de référence sur les troubles des apprentissages, neuropédiatrie,

Hôpital Bicêtre, Le Kremlin Bicêtre
Maria DE AGOSTINI, Recherche en épidémiologie et biostatistique INSERM U780, CNRS,

Villejuif
Jean-François DEMONET, Service de neurologie, INSERM U455, Hôpital de Purpan, Toulouse

Michel FAYOL, Laboratoire de psychologie sociale et cognitive, Université Blaise

Pascal et CNRS, Clermond-Ferrand
Jean-Émile GOMBERT, Centre de recherche en psychologie, cognition et communication,

CRPPC, Université Rennes 2, Rennes

Michel HABIB, Service de neurologie pédiatrique, Hôpital des enfants de la Timone, Marseille
Marie-Thérèse LE NORMAND, Physiologie et neurologie du développement, INSERM E9935,
Hôpital Robert Debré, Paris
Franck RAMUS, Laboratoire de sciences cognitives et psycholinguistique, UMR8554, EHESS,

CNRS, ENS, Paris
Liliane SPRENGER-CHAROLLES, Laboratoire de psychologie de la perception, Université René

Descartes et FRE 2929 CNRS, Paris
Sylviane VALDOIS, Laboratoire de psychologie et neurocognition, UMR5105, Université Pierre

Mendès France et CNRS, Grenoble
Coordination scientifique
Centre d'expertise collective INSERM, Paris, sous la responsabilité de Jeanne ETIEMBLE –

Cette expertise collective est publiée sous le titre :
« Dyslexie, dysorthographie et dyscalculie. Bilan des données scientifiques »

Editions INSERM 2007, 860 pages, 65 euros. Diffusion-vente : Lavoisier et librairies

Pour tous renseignements editions@tolbiac.inserm.fr ou 01 44 23 60 78

Chercheurs anglophones


  1. Denckla, M. B. 

  2. Ehri, L.C.

  3. Fletcher, J.M.

  4. Fuchs, L.S.

  5. Lyon, G. R.

  6. Lovett, Marianne

  7. Moats, L. C

  8. Shaywitz, Sally

  9. Shaywitz, B.

10. Stein, John

11.Torgesen, Joe.

12. Vellutino, F

13.Denckla, M. B. 

14. Vaughn, S.


1 INSERM 2007, Bilan des données scientifiques



Chantal Legault orthopédagogue, révision 2011



similaire:

Définition Signes et symptômes Dernières données Congrès O. T. I. M. R. O mai 2011 Par 3299 François-Brassard iconIl est difficile de donner de la sémiotique une définition qui fasse...

Définition Signes et symptômes Dernières données Congrès O. T. I. M. R. O mai 2011 Par 3299 François-Brassard iconCours argumenté sur une image. Examen
«fait signe» parce qu’il est pris dans un évènement. En médecine, la sémiologie est l’étude des signes extérieure, des symptômes

Définition Signes et symptômes Dernières données Congrès O. T. I. M. R. O mai 2011 Par 3299 François-Brassard iconLe mouvement Freinet au quotidien
«livre de vies» ou plutôt de «signes de vies», signes parce qu'à la fois significatifs et signifiants par leur fond, leur forme,...

Définition Signes et symptômes Dernières données Congrès O. T. I. M. R. O mai 2011 Par 3299 François-Brassard iconDresser le tableau de signes d'une fonction affine par lecture graphique

Définition Signes et symptômes Dernières données Congrès O. T. I. M. R. O mai 2011 Par 3299 François-Brassard iconAdresse : Rue Ferdinand Lenoir 23, 1090 Jette gsm : O477 31 26 30...

Définition Signes et symptômes Dernières données Congrès O. T. I. M. R. O mai 2011 Par 3299 François-Brassard iconCongrès de Grenoble des 25, 26, 27 et 28 septembre 2008
«de terrain» et par des formateurs et chercheurs d’horizons variés (mathématiciens, didacticiens, épistémologues, historiens…)

Définition Signes et symptômes Dernières données Congrès O. T. I. M. R. O mai 2011 Par 3299 François-Brassard iconCongrès de Grenoble des 25, 26, 27 et 28 septembre 2008
«de terrain» et par des formateurs et chercheurs d’horizons variés (mathématiciens, didacticiens, épistémologues, historiens…)

Définition Signes et symptômes Dernières données Congrès O. T. I. M. R. O mai 2011 Par 3299 François-Brassard iconCongrès de Grenoble des 25, 26, 27 et 28 septembre 2008
«de terrain» et par des formateurs et chercheurs d’horizons variés (mathématiciens, didacticiens, épistémologues, historiens…)

Définition Signes et symptômes Dernières données Congrès O. T. I. M. R. O mai 2011 Par 3299 François-Brassard iconMa deuxième année scolaire en pension
«Marius», «Regain», «François 1er avec Fernandel», des Westerns et des documentaires. Je suis particulièrement impressionné par le...

Définition Signes et symptômes Dernières données Congrès O. T. I. M. R. O mai 2011 Par 3299 François-Brassard iconLes règles vis-à-vis des entreprises La politique à l’égard des interventions étatiques
«Etats unis d’Europe» défendue par Victor Hugo lors du Congrès pour la Paix en août 1849; chêne planté sur l’île de Guernesey par...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
m.21-bal.com