Cours manqué voir fiche sur Stéréotype. Les stereotypes et les perceptions intergroupes








télécharger 257.73 Kb.
titreCours manqué voir fiche sur Stéréotype. Les stereotypes et les perceptions intergroupes
page1/13
date de publication24.12.2016
taille257.73 Kb.
typeCours
m.21-bal.com > loi > Cours
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   13

Option Sociale

Mr DE OLIVERA
Pour 1er cours manqué voir fiche sur Stéréotype.
LES STEREOTYPES ET LES PERCEPTIONS INTERGROUPES.

3.L’origine des stéréotypes




4.Les stéréotypes comme justification


Selon JOST & BANAJI les stéréotypes sociaux servent à 3 principales fonctions de justification :

  • Justification de l’égo

Les stéréotypes agissent comme un mécanisme de défense qui permet à l’individu de rationnaliser ces conduites à l’encontre d’une catégorie sociale donnée.

  • Justification du groupe

Les stéréotypes visent à maintenir et renforcer une identité sociale positive chez les individus.

Un stéréotype négatif de l’exogroupe permet une différenciation posture de l’endogroupe et sert par conséquent à l’identité sociale des individus (auto-attribution de stéréotypes positifs pour décrire son groupe d’appartenance attribution de stéréotypes caractéristiques négatifs pour l’endogroupe.

  • Justification du système

Les stéréotypes permettent de légitimer les différences de statut entre les personnes et le groupes dans la hiérarchie sociale.

Stéréotype négatif à l’égard des chômeurs (fainéants, assistés…)

Stéréotypes positifs à l’égard des femmes (attentionnées, maternelles… peuvent rester à la maison).
Les stéréotypes participeraient à la justification du statut quo.

Les inégalités entre les individus ou groupes sociaux sont perçues comme étant justes, normales, et naturelles.


5.Les stéréotypes peuvent-ils biaiser nos jugements et nos actions ?




  1. Stéréotypes et confirmation des attentes



DARLEY & GROSS

  • Objectif : examiner si le stéréotype de classe sociale peut influencer les jugements concernant la réussite scolaire d’un élève.

  • Méthode :

    • Vidéo 1

      • Présentation vidéo d’une jeune fille : Hannah 9 ans.

        • Vi1 : Manipulation de la classe sociale d’Hannah (issue de classe sociale favorisée, ou défavorisée).

        • Vi2 : Moment de l’évaluation de la réussite

    • Vidéo 2 (pas montrée à tous)

      • Hannah répond à test de compétences verbales (parfois elle réussit, parfois elle échoue.)

        • VD : Prédiction concernant la réussite scolaire d’Hannah (+évaluations de la performance présentée en vidéo 2)

  • Résultats

    • On voit que le stéréotype défavorisé/favorisé va influencer les jugements des gens, en fonction de nos attentes de réussite en fonction des classes sociales (défavoriser, ne va pas réussir, favoriser, va réussir).

    • Le jugement est encore plus tranché après avoir vu la deuxième vidéo.

    • Biais de sélection des informations consistantes avec les attentes engendrées par les stéréotypes de classe sociale.

    • Participants dans la condition Hannah issue de milieu défavorisée

      • Estiment que le test était plus facile

      • Pensent qu’elle a répondu de manière correcte moins souvent

      • Ont jugés moindres ces capacités scolaires.


Les stéréotypes biaisent nos jugements sans que nous en soyons conscients ?

Implication pour le milieu scolaire ?
DUNCAN : Etude aux USA où les personnes noires sont souvent stéréotypées comme des personnes agressives et violentes.


  • Présente scène entre deux personnes, la scène est ambigüe, et à la fin de cette scène, une personne tape sur l’épaule de l’autre.

  • VI Les chercheurs ont fait varier l’appartenance ethnique des sujets de cette scène.

    • Agresseur Blanc VS Blanc

    • Agresseur Blanc VS Noir

    • Agresseur Noir VS Noir

    • Agresseur Noir VS Blanc

  • VD Est-ce que cette tape sur l’épaule constitue un comportement violent et agressif ?

  • Résultats

    • Agresseur Blanc VS Noire = 17% comportement = violent

    • Agresseur Blanc VS Blanc = 14% comportement = violent

    • Agresseur Noir VS Noir = 69% comportement = violent

    • Agresseur Noir VS Blanc = 75% comportement = violent

Les stéréotypes associé au Noirs aux USA semble donc avoir servi à expliquer/interpréter un comportement ambigu.

6.Stéréotypes et prises de décisions 



CORREL, PARK, JUDD & WITTENBRINK

            • Création d’un jeu vidéo (shooter game) où on présente une série d’image de jeune homme dans différents contextes (dans la rue…)

            • Vi 1 : Jeune homme = armé ou non

            • Vi 2 : Jeune homme = Blanc ou Noir

            • Appuyer plus vite possible sur une touche du clavier si la personne a une arme, et appuyer sur une autre touche si la personne n’a pas d’arme (toujours le plus vite possible).

            • Résultats :

              • Condition participant = pas armé

Gens ont mis plus de temps à dire qu’une personne noir n’était pas armée par rapport à une personne blanche

Par contre les gens sont plus rapides pour tirer sur un Noir armé que sur un Blanc armé.

              • Indice d’erreur = les personnes se trompaient plus quand la personne était Noir et non armé, on se trompe plus quand sur un Noir non armé que sur un blanc armé.

              • Mise en évidence d’un biais raciale dans la décision de tirer.

              • Les participants tirent plus rapidement sur une personne armée d’un pistolet lorsque celle-ci est Noire que lorsqu’elle est Blanche

              • Les participants décident plus rapidement de ne pas tirer sur une personne sans arme lorsqu’elle est Blanche plutôt que Noir.


CORREL, PARK, JUDD & WITTENBRINK (2007)

            • Phase 1 : Manipulent l’accessibilité du stéréotype des Noirs = danger et crime.

              • Participants lisent un faux article de presse (vols à main armés commis par 2 Noirs VS par 2 Blancs)

            • Phase 2 : Le jeu vidéo ci-dessus :

            • Résultats :

              • Critère de décision dans le tire (faible = la personne tire souvent ; élevé = personne tire peu souvent).

              • Dans condition 2 Noirs criminels = effet de stéréotype sur le fait de tirer, critère de décision très fiable, et inversement, quand la cible est blanche, critère de décision est plus élevé).

              • Le fait de renforcer l’accessibilité de stéréotypes Noir = criminel affecte le biais dans la décision de tirer

              • Les participants qui ont lu au préalable un article de presse présentant 2 Noirs ayant commis des vols à mains armés montrent un critère de décision plus bas (tirent souvent) lorsque la cible est une personne noire.

              • Il n’y a pas de différence dans le critère de décision lorsqu’au préalable les participants ont lu un article de presse présentant 2 blancs ayant commis des vols à mains armés.


7.Effet de l’activation automatique de stéréotypes



DEVINE : l’effet de l’activation automatique de stéréotypes négatifs à l’égard des groupes dévalorisés.

  • Amorçage subliminale de stéréotypes (priming) : (mots stéréotypés « blues », « rythme », « ghetto », « esclavage », vs mots non stéréotypés)

  • Les participants devaient se former une opinion sur une personne nommée Donald dont le comportement pouvait être ou non perçu comme hostile et agressif (comportement ambigu)

  • Résultats : participants exposés de manières subliminales aux stéréotypes à l’égard des noirs jugent davantage le comportement de Donald comme étant plus agressif par rapport à ceux chez qui les stéréotypes n’avaient pas été déclenchés.

  • Aucune différence n’est observée entre les participants avec ou sans préjugés.



8.Dans quelles conditions nos stéréotypes sont-ils le plus susceptibles de biaiser nos jugements ?




9.La surchage cognitive



Un état de surcharge cognitive (ou de ressource cognitives faibles) devrait faciliter l’effet des stéréotypes sur nos jugements.
MACRAIE & AL

  • Présentation d’une vidéo où une femme parlait de ses intérêt.

  • Vi1 : type d’emploi (Médecin VS coiffeuse)

  • Vi2 : niveaux de ressources cognitives (surcharge cognitive VS non surcharge ex : retenir un nombre à 8 chiffres.

  • VD effectuer un jugement de la femme sur plusieurs traits

  • Résultat : quand la femme = médecin, moyennement intelligente, moyennement superficiel, mais en condition de surcharge cognitive la personne est perçue comme étant plus intelligente que superficielle.

Pour la femme coiffeuse, sans surcharge, ils la trouvent aussi intelligente que superficielle, mais en état de surcharge, ils la trouvent plus superficielle qu’intelligente.

10.Les émotions



BODENHAUSEN & KRAMER

  • L’hypothèse selon laquelle des émotions particulièrement marquées comme la joie, la tristesse ou a colère facilitent l’utilisation de stéréotypes

  • VD : La tâche des sujets consistait simplement à juger de la culpabilité d’un étudiant qui avait vendu de la drogue sur le campus.

  • Vi1 : type d’émotion (joie, tristesse, colère, contrôle)

  • Vi2 : personne à juger = Noir ou Blanche

  • Résultats : Dans condition neutre, il ne va pas y avoir de différence. Mais quand l’état émotionnel est activé et quelques soit le type d’émotion, ils ont trouvé l’étudiant Noir significativement plus coupable que l’étudiant Blanc



PREJUGES EST DISCIMINATIONS

  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   13

similaire:

Cours manqué voir fiche sur Stéréotype. Les stereotypes et les perceptions intergroupes iconLe programme officiel concernant les facteurs pronostiques comprend les objectifs suivants
«surcharger» le cours, les plus curieux sont invités à aller voir les diapos =

Cours manqué voir fiche sur Stéréotype. Les stereotypes et les perceptions intergroupes iconMergault emmanuel
«Les restrictions imposées par les régulateurs sur les ventes à découvert et leur impact sur les cours : théories et étude empirique...

Cours manqué voir fiche sur Stéréotype. Les stereotypes et les perceptions intergroupes iconFiche de synthèse – Bac tpe
«le consommateur manipulé». Ce type de travail apprend l’organisation, la responsabilité, et l’autonomie. Le manque de ce travail...

Cours manqué voir fiche sur Stéréotype. Les stereotypes et les perceptions intergroupes iconAteliers à partir de 9h30 : chaque groupe suit deux modules au cours...
«scolaire» (formation continue, enseignement agricole, école de la deuxième chance, Recherche), une confrontation des démarches pédagogiques...

Cours manqué voir fiche sur Stéréotype. Les stereotypes et les perceptions intergroupes iconAtelier autonome 1
«La mythologie grecque». Les élèves découpent leur feuille de laurier et leur parchemin*, et y écrivent leur nom avec la police d’écriture...

Cours manqué voir fiche sur Stéréotype. Les stereotypes et les perceptions intergroupes iconParcours : Découvrez le quotidien d’un barman et tous les stéréotypes...

Cours manqué voir fiche sur Stéréotype. Les stereotypes et les perceptions intergroupes icon3-Objet de recherche : 2 grandes orientations 4-1er axe : concerne...

Cours manqué voir fiche sur Stéréotype. Les stereotypes et les perceptions intergroupes iconCours manqué

Cours manqué voir fiche sur Stéréotype. Les stereotypes et les perceptions intergroupes iconCours manqué

Cours manqué voir fiche sur Stéréotype. Les stereotypes et les perceptions intergroupes iconJean-Marc Décaudin, Afifa Bouguerra, Denis Bories
«cartes perceptuelles» entre des points dans un espace multidimensionnel. Les axes d’une carte perceptuelle sont censés représenter...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
m.21-bal.com