L’évaluation scolaire








télécharger 19.26 Kb.
titreL’évaluation scolaire
date de publication08.04.2017
taille19.26 Kb.
typeDocumentos
m.21-bal.com > documents > Documentos
-L’évaluation scolaire-

-les élites-

1-Le Monde de l’éducation- « Que valent les notes ? »-Février 2006-
Les notes : marque d’autorité de l’enseignant, ont aussi valeur de salaire pour l’élève. A défaut d’être objectives, de l’aveu des enseignants, servent-elles à vérifier les connaissances des élèves, à les sélectionner ou à les faire progresser ? Certains établissements scolaires surnotent les copies pour avoir « la paix scolaire ». D’un prof à l’autre, pour une même copie, il y a des variations considérables ds la notation.

3 types d’évaluation :

-formative (on note / à un objectif, on apprécie un progrès réalisé).

-sommative (on note en fonction d’une norme).

-certificative (on note ds le but de délivrer un titre).

Tous les profs n’ont pas des notions suffisantes sur les pratiques d’évaluation. Nécessité de négocier et de revoir les notes tellement il y a des différences entre les notes attribuées par les différents correcteurs. On se rend compte que régulièrement, les notes sont revues. Selon B.Toulemonde, le bac a encore un sens, les épreuves sont bcp plus sérieuses que le brevet, qui selon lui, ne « mesure absolument plus un quelconque niveau d’exigence. »En fonction des équipes éducatives et des chefs d’établissement, « acheter la paix sociale par les notes, ça existe. »Des élèves surnotés, d’autres qui passent à l’ancienneté pr préserver le climat de l’établissement. Il faudrait de vrais référentiels de compétences pr le passage en 2nde. Il règne un flou pr ce qui est à évaluer pr le brevet car l’EN n’a pas élaboré de vrais critères d’évaluation. Peut-être que l’idée de socle commun pourrait être une bonne chose.
Certains enseignants critiquent le principe de la note de vie scolaire car elle risque de « pénaliser les enfants qui sont les plus éloignés des codes de fonctionnement de l’école. »
Environnement numérique de travail (ENT) : depuis 2003, ds l’académie de Metz-Nancy, mise en place du dispositif Prisme, qui vise à développer les TICE= chaque membre de la communauté éducative dont les parents, a accès aux notes des élèves et peuvent comparer ses évolutions/ aux autres.
Dis-moi où tu enseignes, je te dirai commet tu notes : principaux et proviseurs jouent un rôle déterminant et chaque établissement a sa culture spécifique quoi s’impose aux enseignants. « Si on a une bonne classe, on est plus exigeant et inversement. »
Selon un prof, « la note ne résume pas la valeur d’un élève. »
Today, les bulletins trimestriels étant informatisés, chaque enseignant visualise en conseil de classe la courbe de ses collègues= ça permet d’ « ajuster » sa notation.

Ds les ZEP, les enseignants éprouvent le besoin de se mettre d’accord sur l’échelle des notes, puisque c’est la seule façon d’entrer en relation avec les élèves, ou de survivre ds les classes les plus agitées. Notation différente selon les académies.

Ds une école primaire qui pratique la pédagogie Freinet, mise en place d’un brevet de compétences acquises et de ceintures de comportement. Pr les bulletins trimestriels, les parents sont reçus individuellement, chaque relevé est accompagné d’annotations de l’élève et de l’enseignant où sont détaillées les compétences et comportements. Puis des conseils sont prodigués pr progresser.
Une pratique tjs en vogue, malgré les critiques : la note chiffrée est critiquée. Tentative d’abolition en 1969. Auparavant, les compositions étaient classées mais pas notées. 1890 : les profs doivent noter les compositions trimestrielles. La notation chiffrée vise notamment à affiner les résultats, en vue de faciliter la sélection d’une élite. La note s’accompagne tjs d’un classement et de prix, avec une théâtralisation des résultats. La notation est aussi une punition autorisée au même titre que les heures de retenue.

1965, on se rend compte de l’effet d’ordre de correction des copies. Celles placées ds le 1er 1/3 sont notées de manière plus indulgente. De même, effet d’une copie/ à l’autre. Influence des évaluations antérieures, de l’apparence physique, du sexe (70’s). Clémence des notes ds les collèges accueillant un public plus souvent d’origine populaire. La classe sociale entre également en jeu.

1969, Faure prescrit ds une circulaire, les classements et préconise de remplacer les notes chiffrées par des appréciations globales voire des lettres. 1971, son successeur revient en partie sur le principe. Le livret scolaire de l’école primaire doit se rapporter à des niveaux d’acquisition de compétences, plutôt qu’à des jugements.
Maths et français : la théorie de la relativité : en maths, notation différente selon les profs, certains s’intéressant au résultat mathématique, d’autres prenant en compte le raisonnement même si le résultat est faux. Egalement attention à la personnalité et au vécu de l’élève. Certains enseignants comparent leur métier lors de l’oral du bac à celui d’un « juge ».
« L’évaluation est un ds outils de l’exercice du pouvoir. »
Le dernier bastion incontesté de l’autorité : les profs remarquent une tendance à la négociation des notes chez les élèves. Pr le bac, les textes ne prévoient pas de double correction. Le principe étant que le jury est souverain. En général, il y a peu de recours devant le tb A. mais ds ts les cas, la note n’est pas modifiée si un élève estime avoir été noté trop sévèrement. Il y aura correction uniquement s’il y a eu erreurs ds le total ds points ou le barème.
Collèges expérimentaux : sans notes, ça marche aussi : selon les opposants aux notes, elles classent, hiérarchisent, sélectionnent, mais finalement ne disent pas grand-chose de l’acquisition des compétences. Des collèges expérimentaux mettent en place des news modes d’évaluation qui permettent de mesurer les savoirs et savoir-faire des élèves. Pr nombre d’élèves, les notes sont stigmatisantes et démotivantes. Ds des établissements, pas de notes en 6ème et 5ème.
Pr en finir avec la constante macabre : selon un mathématicien, l’évaluation à la française génère l’échec. La règle immuable des écoles quel que soit le degré est : 1/3 de bons, 1/3 de moyens et 1/3 de cancres. Le système d’évaluation est « davantage destiné à classer les élèves qu’à évaluer réellement leurs connaissances ». Il propose une « évaluation par contrat de confiance » (EPCC). Il s’agit de soumettre aux élèves qlqs jours avant le contrôle, une liste comprenant l’essentiel des questions et des connaissances qui leur seront demandées le jour J, une faible partie du contrôle restant inconnue à l’avance.

2-Les cahiers pédagogiques- « L’évaluation des élèves »-Décembre 2005-n°438-
Extraits :

« Pour en finir ou presque avec les notes » : certains pays passent par l’évaluation des compétences plutôt que par la notation. Elèves et parents, pr bcp, se comportent comme des consommateurs de notes. Le système tel qu’il est fait, leur apprend les règles de cette course à la note.

Les notes, bonnes ou mauvaises sont tjs plus importantes que leur signification. Le jugement de valeur est inévitable. Influence psychologique des remarques des profs. La note reste un salaire et n’a pas pr fonction d’estimer un niveau de compétence. La note implique la hiérarchisation des élèves entre eux = moins l’élève se sent valorisé et plus il échouera.

=Proposition : l’évaluation par les compétences (6ème et 5ème)= pas de notes, sauf en fin de trimestre sur le bulletin. On conçoit chaque devoir ou exercice en déterminant précisément au préalable les attentes en terme d’apprentissage= les élèves savent ce qui est demandé. On indique pr chaque compétence le niveau d’acquisition par l’élève. Les résultats sont informatisé et croisés afin de voir ce qu’il faut retravailler avec les élèves. Pr la notation : compétences acquises + en cours d’acquisition x 20.

compétences à acquérir

Perrenoud disait en 1984 que l’école « fabrique de l’excellence scolaire » , mais elle produit aussi de la sélection et du tri, elle intègre et exclut, elle contribue largement à assigner les places sociales et son rang à chacun.

« Evaluer ou contrôler ? » : penser au préalable ce que l’on va évaluer et comment, oblige à centre l’enseignement sur la façon dont les élèves acquièrent leurs connaissances et leur savoir-faire.

similaire:

L’évaluation scolaire iconLe Stage de Voile
«voile scolaire» attestant de leur niveau. L’activité se fait sous forme d’évaluation continue. Et nous donnons le moyen aux enfants...

L’évaluation scolaire iconInventaire d’outils d’évaluation diagnostique
«Mes forces et mes faiblesses en écriture». In. Guide de mobilisation et d’intervention auprès des élèves à risque et des élèves...

L’évaluation scolaire iconProgramme de la formation de base diversifiée Guide de correction...
«Évaluation explicite des connaissances», dont la pondération est de 20 %, comprend quatre questions auxquelles l’adulte doit répondre....

L’évaluation scolaire iconComplexe Scolaire "etoile de sagesse" Année Scolaire 2014-2015

L’évaluation scolaire iconComplexe scolaire etoile de sagesse annee scolaire 2014-2015

L’évaluation scolaire iconComplexe Scolaire "etoile de sagesse" Année Scolaire 2014-2015

L’évaluation scolaire iconLes écrits professionnels des enseignants sur l'évaluation des élèves
«adjectivations» ne sont plus de mise. Plus personne n’écrit d’une manière aussi explicite dans les rapports d’évaluation : «cet...

L’évaluation scolaire iconEvaluation formative Mathématiques
«synthèse évaluation formative de mathématiques» ajoutée au Projet Individuel

L’évaluation scolaire iconLe Programme de formation de l’école québécoise, la Progression des...

L’évaluation scolaire iconLe Programme de formation de l’école québécoise, la Progression des...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
m.21-bal.com