1prise en compte des valeurs de la république mise à jour juillet 2014








télécharger 1.96 Mb.
titre1prise en compte des valeurs de la république mise à jour juillet 2014
page5/51
date de publication27.12.2016
taille1.96 Mb.
typeDocumentos
m.21-bal.com > documents > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   51



Extrait de la lettre d'information de l’ESEN nº210 du 21 mars 2014

Filles et garçons sur le chemin de l'égalité, de l'école à l'enseignement supérieur

8 mars 2014 

Ministère de l'éducation nationale

Édition 2014 de cette série de données statistiques sur la réussite comparée des filles et des garçons depuis l'école jusqu'à l'entrée dans la vie active. Elle met en évidence des différences selon les sexes en matière de parcours et de réussite des jeunes, de choix d'orientation, de poursuite d'études et d'insertion dans l'emploi entre les filles et les garçons.

Consulter la brochure sur l'égalité

Lutte contre le harcèlement dans la fonction publique

Mars 2014

Ministère de la Réforme de l'État, de la Décentralisation et de la Fonction publique

Cette circulaire précise les nouvelles dispositions relatives aux délits de harcèlement sexuel et moral prévues par la loi pénale et leur impact dans les trois versants de la fonction publique. Outre les sanctions des comportements de harcèlement et les mesures de protection des victimes, elle rappelle également que les situations de souffrance liées à ces agissements au sein de l'administration rendent impérieuses, en amont, la mise en œuvre de mesures préventives.

Consulter la présentation de la circulaire

Par ailleurs, le Collectif de lutte anti-sexiste contre le harcèlement sexuel dans l'enseignement supérieur (Clashes) propose guide pour lutter contre le harcèlement sexuel (pdf 745 Ko).




Extrait de la lettre d'information de l’ESEN nº209 du 7 mars 2014

Discriminations et inégalités à l'école

Février 2014

Institut français de l'Éducation (IFÉ), Dossier de veille de l'IFÉ n° 90

Ce dossier fait un état des recherches actuelles sur la problématique des discriminations à l'école, aussi bien en France qu'à l'étranger. L'école, de par la place particulière qui est la sienne, se fait l'écho des discriminations à l'œuvre dans la société. Son fonctionnement institutionnel peut même parfois renforcer ces discriminations, jusqu'au sein des établissements et des classes, à travers des pratiques pédagogiques parfois bienveillantes, des préjugés non conscients ou encore des manuels scolaires qui reproduisent des stéréotypes.

Consulter le Dossier de veille de l'IFÉ n° 90




Extrait de la lettre d’actualités d’Educpros.fr – 7 mars 2014




Orientation, formation, emploi : où en est l'égalité femmes-hommes ?
A l'occasion de la Journée internationale des droits des femmes, ce samedi 8 mars 2014, EducPros vous propose un tour d'horizon de la question de l'égalité femmes-hommes en matière d'orientation, de formation et d'insertion professionnelle. Extraits.








Extrait de la lettre d’actualités d’Educpros.fr – 6 mars 2014




Université de Bretagne-Sud : genre et égalité des sexes au programme de la formation des enseignants
L’UBS (université de Bretagne-Sud) n’a pas attendu la polémique sur les études de genre pour parler égalité des sexes. Depuis la rentrée de septembre 2013, 21 étudiants du master MEEF (métiers de l’éducation, de l’enseignement et de la formation) professorat des écoles sont sensibilisés à la question du genre et de l’égalité femmes-hommes dans le cadre d’une nouvelle unité d’enseignement et de recherche. Retour sur une initiative originale.








Extrait de la publication mensuelle du « Café pédagogique », février 2014

Mettre en place un parcours d'éducation artistique et culturelle
Le parcours doit permettre "d'acquérir une culture artistique personnelle, d'initier (les élèves) aux différents langes de l'art, de diversifier leurs moyens d'expression et de contribuer à leur épanouissement". C'est déjà beaucoup. Mais le parcours suppose aussi de s'appuyer sur les ressources locales et de développer des partenariats avec les institutions avoisinantes. Enfin le ministère lance un port folio numérique individuel. Pour aider à la mise en route d etout cela, Eduscol vous invite à utiliser un "guide pratique".
Le guide du parcours
http://eduscol.education.fr/cid74945/le-parcours-d-education-artistique-et-culturelle.html




Extrait de la publication mensuelle du « Café pédagogique », février 2014

L'Ecole face au défi de l'égalité filles - garçons
L'institution scolaire échappe-t-elle aux principes machistes qui pilotent la société ? Dans les mots, oui. Dans la réalité l'ordre traditionnel est toujours là, à peine ébranlé. Il se loge dans le fonctionnement d'une institution conçue d'abord pour les garçons et où les filles ont longtemps vécu à part. La région Ile-de-France montre l'exemple du combat pour construire avec les élèves l'égalité entre les genres. C'est ce que montre le Café francilien n°28 publié le 1er janvier.
Découvrez le sommaire
http://www.cafepedagogique.net/regionales/Pages/idf28_Sommaire.aspx




Extrait de la publication mensuelle du « Café pédagogique », février 2014

Education civique - ECJS

Par François Jarraud

A la Une : Faut-il parler de Dieudonné en classe ?
Quel est le meilleur moyen de lutter contre la montée de l'expression antisémite dans les établissements ? Deux lycéens ont été exclus d'un lycée de l'Essonne sans que cela réponde au défi pédagogique soulevé par ces élèves. Un professeur de collège, Emmanuel Grange, propose un cours pour "éclairer les élèves sur ce qu'ils entendent et vivent"
" Je ne compte pas évoquer cette affaire avec toutes les classes", écrit E Grange. "Il faut que le programme du moment s'y prête et c'est le cas pour mes 4ème et 3ème. J'ai déjà évoqué le sujet avec les 3ème car ils ont étudié un dessin animé de propagande montrant l'embrigadement de la jeunesse allemande et travaillé sur un dossier expliquant comment l'Allemagne était devenue un état totalitaire en parlant notamment de l'antisémitisme à cette époque".
" Je ne fais pas de l'explication de « l'affaire Dieudonné » une activité à part entière où les élèves travailleraient en autonomie ou en groupes", ajoute-il. "Il ne s'agit pas non plus de faire débattre des collégiens sur le cas Dieudonné. L'idée est de leur apporter un éclairage pour comprendre ce qui y est reproché à Dieudonné dans ses propos, ses actes et leur expliquer que cela l'a amené à être condamné par la justice française". Il s'appuie sur des vidéos pour mettre en évidence l'antisémitisme.
" Ce n'est pas parce que vous avez déjà fait une quenelle que vous êtes antisémite. Cette gestuelle, banalisée par Internet et la médiatisation de l'affaire Dieudonné, peut être considérée comme un bras d'honneur. Mais quand il est fait devant un lieu de culte juif ou un lieu de mémoire, il n'y a pas de doute possible sur sa signification antisémite", termine-t-il son exposé. Et dans un établissement scolaire ?

Le cours
http://lewebpedagogique.com/blog/comment-parler-de-laffaire-dieudonne-en-classe/


La "quenelle" sur des photos de classe
Se faire photographier avec ses élèves en train de faire le signe de ralliement créé par Dieudonné, c'est ce qui est arrivé à plusieurs enseignants. Le Dauphiné signale par exemple le cas de lycéens de Chambéry. L'engagement militant du meneur du groupe ne fait aucun doute. Dans un entretien sur un site Internet antisémite, il condamne l'enseignement de la Shoah et attaque la communauté juive.
Le Dauphiné
http://www.ledauphine.com/savoie/2013/11/15/chambery-7-lyceens-font-la-quenelle-sur-la-photo-de-classe
Le Nouvel Observateur
http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1096338-la-quenelle-de-dieudonne-dans-des-photos-de-classe-ces-eleves-doivent-etre-sanctionnes.html



Extrait de la publication mensuelle du « Café pédagogique », février 2014

Primaire : Voile : Peillon maintient la "neutralité" des parents accompagnateurs
"Le milieu scolaire est un cadre qui doit être particulièrement préservé". Dans un communiqué publié le 23 décembre, le ministère de l'Education nationale réagit à la décision du Conseil d'Etat du 19 décembre en maintenant l'application de la circulaire Chatel de 2012. Les mères voilées ne devraient donc pas pouvoir accompagner les sorties scolaires. Une décision jugée inutile par le Snuipp, premier syndicat du primaire, et illégale par le Snpden, premier syndicat des chefs d'établissement.
La décision du ministère
Le Conseil d'Etat a rappelé que les usagers du service public et les tiers à ce service ne sont pas soumis en tant que tels à l'exigence de neutralité", explique le communiqué du ministère de l'éducation nationale. "Toutefois, il a admis que l'autorité compétente pouvait fixer des restrictions à la liberté de manifester leur appartenance ou leur croyance religieuse soit sur la base de textes particuliers, soit pour des considérations liées à l'ordre public ou au bon fonctionnement du service... Le milieu scolaire est un cadre qui doit être particulièrement préservé. Ainsi s'agissant des parents d'élèves qui participent à des déplacements ou des activités scolaires, ils doivent faire preuve de neutralité dans l'expression de leurs convictions, notamment religieuses. C'est ce qu'indique la circulaire du 27 mars 2012 dont l'application est mise en oeuvre sur le terrain avec intelligence, en privilégiant toujours d'abord la voie du dialogue. Cette circulaire reste donc valable".
La circulaire de 2012
La circulaire de 2012 précise qu"il est recommandé de rappeler dans le règlement intérieur que les principes de laïcité de l'enseignement et de neutralité du service public sont pleinement applicables au sein des établissements scolaires publics. Ces principes permettent notamment d'empêcher que les parents d'élèves ou tout autre intervenant manifestent, par leur tenue ou leurs propos, leurs convictions religieuses, politiques ou philosophiques lorsqu'ils accompagnent les élèves lors des sorties et voyages scolaires". La consultation du Conseil d'Etat initiée par le Défenseur des droits, un autre reliquat du sarkozisme, avait justement pour but de clarifier la situation juridique de cette circulaire.
Or le Conseil d'Etat n'a rien apporté de neuf à ce niveau. Si ce n'est le rappel de la loi : " les usagers du service public et les tiers à ce service ne sont pas soumis en tant que tels à l'exigence de neutralité" ce qui veut dire clairement que les directeurs ou chefs d'établissement n'ont aucun droit à imposer aux parents accompagnateurs, ou aux autres intervenants, une neutralité religieuse dans leur tenue. Cette obligation n'existe que pour les agents publics. La décision d'un directeur d'exclure un parent des sorties en raison de sa tenue vestimentaire est légalement contestable.
(….)

François Jarraud
L'avis du conseil d'Etat
http://www.defenseurdesdroits.fr/sites/default/files/upload/conseil_detat_etude_demandee_par_ddd.pdf
La décision ministérielle
http://www.education.gouv.fr/cid76045/etude-du-conseil-d-etat-realisee-a-la-demande-du-defenseur-des-droits.html

L'école piégée par la question laïque ?
La dernière recommandation de V Peillon à propos des accompagnatrices voilées s'ajoute à une longue série de décisions similaires de ses prédécesseurs. Or dans le contexte de l'Ecole française, ces instructions ministérielles sont particulièrement contre productives. L'expérience montre qu'elles pourraient avoir des suites dommageables. Elles vont exactement à l'opposé de la politique affichée par le ministère qui dit défendre une école juste, inclusive et vouloir lutter contre le décrochage.
Lancé et alimenté par la droite, le nouveau débat sur la laïcité empoisonne la vie scolaire depuis une dizaine d'années. Chaque échéance électorale rallume une mèche nauséabonde car le débat vise, chacun le sait, l'Islam. Rappelons-nous, pendant la dernière campagne des présidentielles, le "pacte républicain" diffusé par l'UMP qui ciblait précisément cette religion. "Alors que l'Europe sécularisée avait presque oublié la question religieuse, le développement de l'islam la remet à l'ordre du jour et rend nécessaires certaines clarifications parce que des valeurs essentielles de la République sont remises en cause... et que cela fragilise l'ensemble de la communauté nationale", écrivait l'UMP. Rappelons nous les propos de Nathalie Kosciusko-Morizet, alors ministre, à propos "des enfants de 6 ans qui refusent de manger du hachis Parmentier à la cantine sous prétexte que le boeuf n'a pas été égorgé comme il est prescrit rituellement"... Force est de constater que la loi de 2004 n'y a pas mis fin. La charte de la laïcité non plus.
Ces campagnes trouvent un appui formidable dans une histoire et une conception de l'Ecole. Après tout, l'école républicaine s'est construite sur la méfiance envers les parents. Elle a développé, et la société française à sa suite, une conception de l'intégration qui repose sur l'uniformité. Parents et élèves n'ont pas de droits réels dans une Ecole qui se veut une institution étanche au monde. Ses références chrétiennes lui semblent aller de soi. L'Ecole accueille et fait se développer des élèves sur des parcours homogènes. L'hétérogénéité comme la diversité lui posent problème. Enfin, l'Ecole a pu longtemps mettre de coté une proportion énorme d'élèves sans que cela pose de problème à la société qui ne voyait pas chez elle le principal moteur d'ascension sociale.
Aujourd'hui ce débat laïc ne pèserait pas si lourd si le contexte de l'Ecole française n'était devenu discriminatoire. Pisa vient de nous rappeler que l'Ecole française est particulièrement injuste socialement. La même enquête montre aussi qu'en France les résultats scolaires sont liés à l'origine ethnique. A condition sociale égale, on observe un fort écart (environ une année d'école) entre un jeune autochtone et un allochtone. Les travaux de G Felouzis ont mis en évidence les phénomènes discriminatoires dans le système éducatif. En 2004, il nous disait " On ne peut pas parler de xénophobie ou de racisme. Mais on observe en effet de la ségrégation au collège et certaines origines en sont plus victimes que d'autres : c'est plus net pour les personnes originaires du Maghreb, d'Afrique noire ou de Turquie. Peut-on parler de discrimination ? Oui et non. Oui car cela crée une situation sociale qui produit une identification de l'individu sur une base ethnique qu'il soit allochtone ou autochtone. Dans les collèges, on observe que ça incite à produire des identités centrées sur l'ethnicisation". Ce ne sont évidemment pas les personnels qui créent cette situation. Mais l'organisation même de l'Ecole. Par exemple le fait que l'on trouve normal que la scolarité post bac des enfants des milieux favorisés coute 4 fois plus cher que celles des collégiens de Zep et 2 fois plus cher que le cout d'un étudiant... Cet "apartheid scolaire", pour reprendre la formule de G Felouzis, est devenu si banal qu'il ne suscite même plus de réactions lors des visites d'établissements, de lycées professionnels par exemple. Dans ce contexte, toute mesure qui cible une catégorie déjà discriminée accentue le sentiment de discrimination. Or c'est bien le cas des jeunes de tradition musulmane.
La mesure prise par V Peillon intervient aussi à un moment où l'Ecole semblait vouloir repartir sur de nouvelles bases. La loi d'orientation a rompu avec l'ancienne conception de l'Ecole en adoptant l'idée d'une école inclusive. C'est à dire non pas une Ecole où l'élève doit se fondre dans le moule pour être inclus mais une Ecole qui accepte la différance. En même temps, elle fait de la lutte contre l'échec et le décrochage scolaires des priorités absolues. Et c'est aussi ce que nous imposent les résultats de Pisa. Pour l'Ecole française, la scolarité des jeunes issus de l'immigration devrait devenir l'objectif principal.
Or on aurait tort de croire que les propos ministériels sont sans conséquences. En 2011, avant même l'écriture de la circulaire de 2012, après les déclarations de Luc Chatel soutenant une directrice qui avait interdit d'accompagnement des sorties des mères voilées, on avait vu les incidents se multiplier. Dans tel collège une mère portant un fichu à fleurs était interdite d'entrée. Dans tel autre des élèves portant une robe trop ample menacées d'exclusion. Pourtant Luc Chatel avait pris la précaution d'équilibrer sa décision avec la création d'un "conseil scientifique sur les discriminations à l'école", confié à François Héran, qui n'a pas laissé un grand souvenir..
Peut-on mettre un terme à la surenchère sur la laïcité en la récupérant ? C'est bien ce que fait V Peillon qui en tente une lecture de gauche en faisant inscrire dans la loi d'orientation l'enseignement de la morale laïque puis en publiant sa "charte de la laïcité". La décision ministérielle de se rabattre sur les thèses sarkozistes de L. Chatel est-elle à même de clore le débat ou va-t-elle alimenter les fantasmes ? Elle interroge en tous cas sur les priorités éducatives du ministère. Faudrait-il un rééquilibrage ?
François Jarraud



Extrait du bulletin veille et analyse de l’Ifé – 19 février 2014

Enseigner et apprendre: Atteindre la qualité pour tous

Editeur(s) :  United Nations Educational Scientific and Cultural Organization
Date :  02/2014
Les points majeurs abordés dans le rapport sont :

Objectif 1 : En dépit des progrès réalisés, trop d’enfants n’ont toujours pas accès à l’éducation et à la protection de la petite enfance. En 2012, 25 % des enfants de moins de cinq ans souffraient d’un retard de croissance. En 2011, si à l’échelle mondiale la moitié environ des jeunes enfants avait accès à l’éducation préprimaire, en Afrique subsaharienne, le pourcentage n’était que de 18 %.

Objectif 2 : L’objectif de l’enseignement primaire universel sera vraisemblablement très loin d’être atteint. En 2011, on dénombrait 57 millions d’enfants non scolarisés, dont la moitié vivaient dans des pays touchés par les conflits. En Afrique subsaharienne, vers la fin de la décennie, seules 23 % des filles pauvres issues des zones rurales achevaient l’enseignement primaire. Si les tendances restent inchangées dans cette région, tous les garçons issus des milieux les plus favorisés achèveront l’enseignement primaire mais, pour les filles pauvres, il faudra attendre 2086.

Objectif 3 : Beaucoup d’adolescents ne possèdent pas les compétences fondamentales que permet d’acquérir le premier cycle de l’enseignement secondaire. En 2011, 69 millions d’adolescents n’étaient pas scolarisés, chiffre quasi inchangé depuis 2004. Dans les pays à faible revenu, seuls 37 % des adolescents suivent le premier cycle de l’enseignement secondaire jusqu’à son terme et, chez les plus pauvres, ce taux redescend à 14 %. Si l’on en croit les tendances récentes, ce n’est qu’en 2111 que les filles issues des familles les plus pauvres d’Afrique subsaharienne atteindront l’objectif de l’achèvement universel du premier cycle de l’enseignement secondaire.

Objectif 4 : L’alphabétisme des adultes n’a quasiment pas progressé. En 2011, le nombre d’adultes analphabètes s’élevait à 774 millions, soit un recul d’à peine 1 % par rapport à 2000. D’après les projections, ce nombre ne devrait diminuer que très légèrement, pour s’établir à 743 millions d’ici à 2015. Près de deux tiers des adultes analphabètes sont des femmes. Les jeunes femmes les plus pauvres vivant dans les pays en développement risquent de ne pas atteindre l’objectif de l’analphabétisme universel avant 2072.

Objectif 5 : Les disparités entre les sexes restent une réalité dans de nombreux pays. La parité entre les sexes aurait dû être atteinte dès 2005 or, en 2011, seuls 60 % des pays avaient atteint cet objectif au niveau primaire et 38 % au niveau secondaire.

Objectif 6 : En raison de la mauvaise qualité de l’éducation, plusieurs millions d’enfants n’acquièrent pas les éléments fondamentaux. Ainsi, près de 250 millions d’enfants n’acquièrent pas les compétences fondamentales, alors même que la moitié d’entre eux ont été scolarisés pendant quatre ans au moins. Conséquence de cet échec, quelque 129 milliards de dollars des États-Unis sont dépensés en pure perte chaque année. Il est indispensable d’investir dans les enseignants : dans près d’un tiers des pays, moins de 75 % des enseignants du primaire reçoivent une formation conforme aux normes nationales. Et dans un tiers des pays, il est encore plus difficile de former les enseignants en poste que de recruter et de former de nouveaux enseignants.

Lire aussi le résumé du rapport(460 pages)
Télécharger le document :  http://unesdoc.unesco.org/.../226157f.pdf
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   51

similaire:

1prise en compte des valeurs de la république mise à jour juillet 2014 icon1donnees, chiffres, enquêtes – mise à jour juillet 2014

1prise en compte des valeurs de la république mise à jour juillet 2014 icon1travail sur les continuites – mise à jour juillet 2014

1prise en compte des valeurs de la république mise à jour juillet 2014 iconVeille technologique : Métiers du tourisme et de l’alimentation mise à jour juillet 2014
«Le goût et l'alimentation dans l'Antiquité» Dossier d'Archéologie mars / avril 2014

1prise en compte des valeurs de la république mise à jour juillet 2014 icon1usageS du numérique mise à jour juillet 2014
«Les élèves, témoigne une enseignante, ont apprécié ce travail qu'ils ont mené en groupe et en autonomie pour ce qui concerne le...

1prise en compte des valeurs de la république mise à jour juillet 2014 iconDernière mise à jour : février 2014

1prise en compte des valeurs de la république mise à jour juillet 2014 iconDans la nationalite francaise
«adhésion aux principes et aux valeurs essentiels de la République» et signer la Charte des droits et devoirs du citoyen

1prise en compte des valeurs de la république mise à jour juillet 2014 iconMinistère de la culture : 6 juillet 1990 : recensement et mise en...
6 juillet 1990 : recensement et mise en valeur du patrimoine musical régional : orgues et cloches

1prise en compte des valeurs de la république mise à jour juillet 2014 iconMise à jour du 06/03/03 appartenance

1prise en compte des valeurs de la république mise à jour juillet 2014 iconSscc kfarhbab-Ghazir
«mon occupation de chaque jour». Robinson se montre fidèle aux valeurs de son époque : IL accorde de l’importance à la science («des...

1prise en compte des valeurs de la république mise à jour juillet 2014 iconCrma dernière mise à jour : le 03/07/2013








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
m.21-bal.com