Adresse : 11a rue de la caverne








télécharger 0.68 Mb.
titreAdresse : 11a rue de la caverne
page6/6
date de publication27.12.2016
taille0.68 Mb.
typeAdresse
m.21-bal.com > documents > Adresse
1   2   3   4   5   6
participer à l’élaboration des fiches de postes


Je participe, avec les autres coordonnatrices et le directeur, a la mise en place de la fiche de poste spécifique au poste de coordonnateur. Ainsi, à chaque réunion de coordonnatrices, nous revoyons la fiche de poste initiale que nous adaptons à notre intervention et à la vision du poste par le directeur. A ce jour, cette fiche de poste n’a pas encore vu le jour.


  • participer au recrutement


Lors de nouveaux recrutements pour le service, je suis informée par la chef de service. J’accueille ensuite la nouvelle personne dans le service comme je l’ai expliqué préalablement. Je veille à l’évaluation intermédiaire, à transmettre les difficultés rencontrées si elles ne sont pas gérables dans le service (quelqu’un qui n’accepte pas les remarques, qui met en danger les résidents, etc.). J’émets l’avis final quant à la possibilité pour l’équipe de travailler avec cette personne ou non. En général, l’avis que je transmets est suivi par la direction.

…/…


Cinquième situation de travail
Fonction(s) concernée(s) : 5. participation au projet de la structure

(Reportez-vous au référentiel professionnel du diplôme que vous visez ainsi qu’à la notice d’accompagnement)
(la compétence évaluation, développement de la qualité est abordée dans cette fonction)
Contribuer à analyser l’environnement

Analyser et transmettre les besoins des usagers

Proposer des orientations
Etant directement sur le terrain, je contribue à l’analyse de l’environnement direct des résidents, et de leurs besoins. Je transmets à la direction les projets individualisés, le premier jet du projet de l’appartement et du projet collectif, pour les prendre en compte alors de la rédaction du projet de la structure.

Ainsi, entre l’année dernière et cette année, nous rencontrons davantage de problèmes de santé des résidents accueillis à notre étage. Il est essentiel de prendre en compte cette donnée dans les projets à venir car elle est source de modifications de nos prises en charge des personnes et du groupe, elle demande une réorganisation du nombre d’intervenants par demie journée, et des activités proposées sur le service.

Dans ce cas là, je propose à ma direction de revoir l’organisation du service pour l’adapter à ces changements, de permettre une certaine souplesse sur les temps d’activités quelques fois irréalisables face aux exigences médicales. Je propose également, comme beaucoup de mes collègues, qu’on travaille en inter-service, qu’on mette en lien les actions réalisables dans un service à disposition de résidents d’autres étages et inversement.
Participer et faire participer l’équipe à la définition des missions et des objectifs de la structure

Participer et faire participer l’équipe à l’évaluation du projet
Même si je prépare au préalable un premier écrit sur les projets du service, ses missions et ses objectifs pour éviter de partir dans des conversations sans fin, il est évident que tout est revu en équipe avant de le transmettre à la direction afin de ne rien oublier, d’avoir un point de vue plus objectif, et un écrit le plus proche des réalités du terrain.

De la même manière, l’équipe doit participer aux évaluations du projet de la structure mais également de tous les projets. Je cherche à responsabiliser mes collègues sur différents points afin de les voir suivre des projets de leur mise en place à leur évaluation. Pour le moment, c’est le cas quand ils décident de mettre en place une activités extraordinaires ; ils doivent alors faire eux-mêmes le projet et son bilan.
Contribuer à son niveau à la veille institutionnelle
Je veille à ce que les valeurs de l’association soient prises en compte, que le résident soit respecté  et au centre de nos interventions.



  • 5.1 - Présentation de l’emploi ou de

la fonction bénévole

  • 5.2 - Présentation du cadre de votre

intervention

  • 5.3 - Description de situations de

travail significatives en lien avec

les fonctions du référentiel

professionnel


6

6.1 - Présentation de l’emploi ou de la fonction bénévole
La structure (association, établissement, collectivité, service, …) dans laquelle vous exercez votre emploi ou votre fonction bénévole
Nom : ADAPEI du Bas-Rhin
Statut juridique : Association à but non lucratif
Activité principale : accompagnement des enfants déficients intellectuels
Adresse : 6 impasse Galilée

Code postal :67380 Commune : Lingolsheim
La nature de votre emploi salarié, non salarié ou de votre fonction bénévole
Intitulé de votre emploi ou de votre fonction bénévole : chef de service éducatif
Date d’entrée dans l’emploi ou la fonction bénévole : 19 novembre 2007
Date de fin d‘emploi ou de fonction bénévole : en cours

(dans le cas ou l’expérience décrite dans le présent dossier n’est plus exercée)
S’agit-il d’un emploi : A temps plein X A temps partiel  (précisez la quotité ……. )
S’il s’agit d’une expérience bénévole, indiquez le temps que vous y consacrez : ………………

(par exemple, nombre d’heures par semaine)


6.2 - Présentation du cadre de votre intervention
Décrivez :
 L’environnement institutionnel dans lequel vous intervenez ou êtes intervenu(e)

 La structure (association, établissement, collectivité, service, …) dans laquelle vous exercez ou

avez exercé

 Votre position dans cette structure (fonctions et responsabilités)

 Les activités mises en œuvre dans cette structure

 Le public auprès duquel vous intervenez ou êtes intervenu(e) (caractéristiques et problématiques)

La structure dans laquelle j’exerce :
L’A.D.A.P.E.I. est une association a but non lucratif régie par les articles 21 à 79 du code civil local maintenu en vigueur dans le département du Bas-Rhin entre autre ; elle est inscrite au tribunal cantonal de Strasbourg le 26 mars 1957. Elle est reconnue d’utilité publique en 1987.

« l’objectif de l’assemblée est d’assurer au point de vue matériel et moral la défense des intérêts généraux de toutes les familles et notamment d’apporter par tous les moyens légaux aide, secours, assistance, protection à tous les jeunes qui présente une déficience ou une inadaptation physique, morale ou intellectuelle qui ne leur permet pas de mener l’existence normale de leur âge […] Elle cherche à créer des liens entre ses membres, un lien susceptible d’apporter aux parents et aux jeunes un soutien moral et matériel ».

En 1976, l’association crée un établissement de 60 postes pour travailleurs handicapés et 60 lits de foyer pour l’hébergement des ces personnes.

Au début de cette année 2005, l’association comptait plus de 800 usagers, près de 500 adhérents, 300 salariés, 11 établissements (FAS, FAM, MAS, SAVS, FHTH) et services sur 11 sites.

Depuis le 1 août 2005, une Maison d’Accueil Spécialisée a ouvert ses portes sur un nouveau site, celui de Lingolsheim ; ainsi, le nombre de résidents, et de personnel continue à croître, et des projets sont encore à l’étude pour les années à venir.

Les missions de l’association :
L’A.D.A.P.E.I. a pour mission :

  • de rassembler des hommes et des femmes de tous âges, parents ou amis appelés à coopérer dans un esprit démocratique, à s’engager et à partager des responsabilités.

  • De stimuler de manière constante l’esprit d’entraide et de solidarité.

  • De représenter de manière concrète les intérêts moraux et matériels des personnes handicapées mentales et de leur famille auprès des pouvoirs publics, des administrations départementales et des commissions départementales.

  • De participer aux travaux des instances départementales.

  • De développer, dans un esprit de partenariat l’équipement du département en services et établissements destinés à l’accueil de personnes handicapées de tous âges et de tous niveaux de handicaps.

  • De coopérer dans le Bas-Rhin la politique générale définie par l’Union Nationale des Association de Parents et Amis de Personnes Handicapées Mentales (UNAPEI) dans laquelle elle englobe ses propres objectifs.

  • D’être un lieu de réflexion et de recherche ; elle encourage l’initiative, la création et l’innovation afin de permettre aux personnes ayant un handicap mental de prendre leur place et de s’engager dans la vie.

  • De dénoncer et combattre toute situation d’exclusion de la personne handicapée.


Son organisation interne :
Je vais vous parler plus particulièrement de la Maison d’Accueil Spécialisé dans laquelle je travaille. Elle compte quatre services d’accueil, 3 avec hébergement et un accueil de jour ; nous accueillons 45 résidents en internat et 5 en demi-pension. Les personnes habitants la MAS ont un handicap mental lourd se manifestant par des troubles du comportement, des handicaps associés à des pathologies diverses, voir des polyhandicaps.
Il y a également :

  • un service médical (un docteur et trois infirmières)

  • un service paramédical (deux psychologues, une ergothérapeute)

  • un secrétariat (une secrétaire de direction et un agent de bureau)

  • un service d’entretien (un homme d’entretien)

  • un service de ménage (quatre agents)





En tant que chef de service, je travaille en collaboration avec le médecin et l’équipe paramédicale pour accompagner au mieux les équipes éducatives dans al prise en charge de chaque résident. Je supervise, en binôme avec la directrice, les équipes éducatives, l’homme d’entretien, les agents d’entretien.
…/…

6.3 - Description de situations de travail significatives

en lien avec les fonctions du référentiel professionnel
Outre les indications fournies dans la notice d’accompagnement, vous pourrez vous appuyer, pour structurer votre récit, sur les items suivants :

 Les objectifs poursuivis  Les ressources et méthodes mobilisées

 Les activités ou tâches réalisées  Les contraintes (réglementaires, …) prises en compte

 Les résultats obtenus  Les problèmes éventuellement rencontrés

 Les écrits professionnels produits  Les relations établies, internes ou externes
Mettez en avant votre implication personnelle. Pour cela, aidez-vous d’une rédaction à la première personne du singulier.
A titre indicatif, 2 ou 3 documents, choisis par exemple parmi les écrits professionnels produits et directement référés à la présente description, pourront être annexés à votre dossier. Vous n’oublierez pas de renseigner le tableau de synthèse des documents annexés, page 43.
Première situation de travail
Fonction(s) concernée(s) : 1. pilotage de l’action

5. participation au projet de la structure

(Reportez-vous au référentiel professionnel du diplôme que vous visez ainsi qu’à la notice d’accompagnement)
(les compétences Management d’équipe et évaluation, développement de la qualité sont abordées dans cette fonction)

Contribuer à analyser l’environnement

Analyser et transmettre les besoins des usagers

Proposer des orientations

participer et faire participer l’équipe à la définition des missions et des objectifs de la structure

Participer et faire participer l’équipe à l’évaluation du projet

Concevoir et mettre en œuvre le projet de service ou de l’unité :

Depuis mon arrivée au poste de chef de service éducatif à la MAS, j’ai eu de nombreuses actions à mettre en place sur l’ensemble des services pour la conception et la mise en œuvre des projets de service. Plus exactement, j’ai travaillé à approfondir la mise en place du projet d’établissement et à créer les projets d’appartement, encore inexistants dans cette nouvelle structure. Les projets d’appartements reprenant les demandes institutionnelles du projet d’établissement et les particularités des évolutions des services, je vais développer notre travail sur la création des projets d’appartement tout en y incluant nos actions menées dans le cadre du projet d’établissement.


  • Animer le repérage des besoins des usagers, des ressources de l’environnement, des moyens

Pour travailler au mieux sur les projets d’appartement, j’ai privilégié les réunions avec les coordonnateurs de chaque service pour lancer ces écrits. La directrice était présente quelques fois, mais la plupart du temps, je lui rends compte de l’avancée du travail pour chaque service et des choix que nous avons pris. Sont donc présents systématiquement, les trois coordonnateurs des services d’internat et moi-même.

Chaque coordonnateur étant sur le terrain au quotidien, ils sont indispensables pour cerner au mieux les besoins des résidents, ainsi que les moyens et ressources à leur disposition au quotidien.

Après avoir défini le plan de rédaction commun des projets d’appartement, j’ai expliqué que j’attendais de chaque coordonnateur de comprendre au mieux la démarche et de l’intégrer pour la travailler ensuite avec l’ensemble de leur équipe éducative afin que tous y adhèrent.

Cette place active pour chacun permet alors d’aborder le sujet en réunion et de définir encore plus précisément les besoins, ressources et moyens, sans s’enfermer dans une vision trop personnelle ou subjective. Par là même, tous les encadrants se sentent intégrer dans le processus de rédaction du projet d’appartement qui leur servira de support de travail au quotidien.


  • Assurer le suivi et l’adaptation de l’action du service aux évolutions des besoins et des ressources


Dans le projet d’appartement, nous parlons du projet personnalisé de chaque résident, cela nous permettant de définir des objectifs pour chaque appartement. Nous y intégrons les résultats de nos observations sur les aléas des années passées (hospitalisation, difficultés à gérer certaines activités, réajustement des activités en journée, gestion des imprévus qu’on a déjà rencontré : opposition, troubles du comportement, agressivité, etc.). Je spécifie bien que ce projet est, comme tout projet, soumis à réajustement régulièrement. L’évolution de chaque résident, la nouveauté des services, la spécificité du public accueilli, le mouvement du personnel, l’évolution de nos connaissances et compétences, etc. nous oblige à ne pas laisser en place un travail statique mais bien à la revoir le plus souvent possible.
Ainsi, quand j’ai travaillé avec chaque équipe à la mise en place d’un planning d’activités dans chaque service afin de répondre à une demande du projet d’établissement, il a fallu nous y reprendre à plusieurs fois. En effet, selon les services, les activités proposées sont différentes selon les capacités des résidents. Certains ont des activités de confort, d’autres de groupe, certains ont des activités chaque demi-journée de la semaine et certains en ont moins pour s’adapter à leur rythme. Cependant, les évolutions de l’état de santé de certains, la réadaptation de projets individuels d’autres, les aléas du personnel, notre connaissance un peu plus approfondie chaque jour des souhaits et capacités des résidents nous font changer ces plannings très souvent (quelques fois même plusieurs fois par mois).


  • Définir les objectifs et les priorités de l’action à mener


Quand nous avons lancé, la directrice et moi-même, la rédaction des projets individuels, ils nous semblaient essentiel de fixer les grandes lignes d’actions de chaque équipe afin de mettre en place un fil conducteur permettant à chaque éducateur de suivre le même travail que les autres. J’ai donc demandé d’intégrer tous les encadrants à la rédaction des projets individuels (nous avons découpé les différentes parties du plan de rédaction pour définir des binômes ou individus chargés de l’écriture de chaque partie). La relecture des différentes parties en réunion d’équipe, puis la correction si besoin par les autres membres, et enfin l’approbation de tous les encadrants, permet une adhésion finale du projet et donc des lignes directrices du travail en équipe de LEUR service.


  • participer à la construction des projets individuels et collectifs et en garantir la bonne mise en œuvre


Chaque éducateur est référent d’un ou deux résidents. Il se charge donc de la rédaction du projet individuel de son/ses référé(s) avec l’aide du docteur pour la partie médicale, du psychologue et de moi-même. Par la suite, ce projet est lu, corrigé si besoin et accepté par l’équipe éducative en réunion d’équipe avant chaque rencontre annuelle. Il est la référence, la garantie du bon suivi du projet, de la mise en place des actions permettant le bon déroulement du ce projet, et son réajustement si besoin. Je supervise l’ensemble des projets individuels, leur suivi, et sollicite les référents pour qu’ils prennent conscience de leur travail et pour les accompagner et les valoriser dans celui-ci.

Comme je ‘lai expliqué ci-dessus, pour le projet d’appartement, les éducateurs sont tout autant impliqué dans al rédaction puis le suivi de celui-ci. J’évite tant que possible de prendre des décisions sans prendre le temps d’y faire adhérer les équipes ou de les faire participer à la décision quand elle n’est pas imposée par l’institution, l’association ou les lois.


  • Faire connaître et valoriser le projet


Par cette participation active de tous, le projet est connu au fur et à mesure de sa rédaction. Les parties finalisées sont affichées dans les services concernés pour faciliter leur prise de connaissance. Je parle régulièrement en réunion d’équipe de la nécessité de ce projet, de son utilité. Je renvoie les encadrants aux parties finalisées pour certaines questions. Le psychologue ayant connaissance des avancées de cet écrit, en parle aussi en réunion et insiste sur l’utilité d’une ligne de travail commune à tous les encadrants du même service.


  • Participer aux développements de la qualité du service et des interventions

Evaluer les actions menées
Malheureusement, à mon départ en congés maternité, la finalisation globale des projets n’a pas eu lieu. Mais je participe cependant au quotidien dans mon travail, au développement de la qualité des services et des interventions. Cela peut se faire par le réajustement des projets individuels mais pas seulement. Au quotidien, je prends en compte les demandes des parents, celles des encadrants, celles des résidents pour affiner au maximum la qualité des accompagnements.

Ce travail d’amélioration de la qualité du service proposé est tellement fait au quotidien qu’il est difficile d’en rendre compte. Il peut concerné la mise en place de la stérilisation de biberons pour certains résidents, la réflexion et la mise en place de l’aménagement du lit d’une résidente qui avait tendance à s’emmêler dans ses draps, le travail autour de l’alimentation des personnes polyhandicapées, la mise en place de centrifugeuses pour augmenter l’apport de vitamines aux résidents, une bouée pour améliorer l’assise d’une résidente qui ne restait plus à table, etc.

Ce qui est plus « palpable » comme travail, c’est la mise en place et l’utilisation de grilles d’évaluation de l’autonomie des résidents (cf annexes 13, 14, 15) suite aux tests du « comwore » afin d’améliorer notre accompagnement de chaque résident de la MAS. Ce système est, pour le moment, utilisé uniquement en accueil de jour de façon suivi (on revoit la situation de chaque résident toutes les six semaines) et sera mis en place dans les services d’internat plus tard (le nombre de résidents étant plus importants, il est difficile d’avoir les résultats des tests assez rapidement).

J’ai également demandé à la directrice que nous réfléchissions au système d’évaluation des projets individuels. Avec son accord, les psychologues, quelques éducateurs et moi-même réfléchissons sur la meilleure façon d’évaluer régulièrement les projets des résidents de façon objective. Le système de transmission que nous avons mis en place à mes débuts en tant que chef de service permet déjà de faire des bilans mensuels pour chaque résident. Il faut maintenant affiner ce travail pour trouver des critères d’évaluation de chaque objectif de chaque projet individuel que nous pourrions intégrer dans ce suivi mensuel.

Dans le cadre de l’amélioration de la qualité, nous avons suivi, dans chaque structure de l’ADAPEI une auto-évaluation interne. J’ai participé à cette évaluation de la MAS avec d’autres salariés (ASI, Aides-soignants, aides médico-psychologiques, éducateurs, etc.). Les résultats officiels ne sont pas encore diffusés mais j’ai déjà pu relever certains des points à améliorer. Ainsi, en les exposant à la directrice, nous avons travaillé de manière anticipée à l’amélioration de quelques items (préparation des rencontres annuelles, rédaction en cours d’un protocole de rencontre annuelle, etc.). Les questions posées aux différents corps de métier de la MAS lors de ces rencontres sont en annexe 17.
Deuxième situation de travail
Fonction(s) concernée(s) : Encadrement d’équipe et de professionnels, gestion des ressources humaines………………

(Reportez-vous au référentiel professionnel du diplôme que vous visez ainsi qu’à la notice d’accompagnement)
(la compétence Management d’équipe est abordée dans cette fonction)
Encadrer, animer et conduire l’équipe :
J’ai, dès le début, assisté et conduit toutes les réunions d’équipe et les réunions de coordonnateurs. J’y présente les avancées institutionnelles, les demandes de la directrice, les travaux de l’association ou des professionnels cadres, etc. Je suis également présente pour répondre, au nom de la direction, aux questions et demandes des salariés. J’ai, dans les premiers temps de ma prise de fonction, préparer et animer les réunions, sur le même principe qu’en tant que coordonnatrice. J’y ai inclus un temps de « positivisme » régulier (je vais développer ce terme dans la partie « usure professionnelle » quelques paragraphes en dessous). Je laisse cependant de plus en plus la place d’animation des réunions d’équipe à d’autres professionnels (cf susciter la participation des professionnels ci-dessous).


  • organiser les interventions, coordonner les intervenants


En amont, je prévois les réunions d’équipe et les intervenants spécifiques un semestre à l’avance. Ainsi, je vois avec les psychologues, le médecin pour leur disponibilités afin d’intervenir pour des temps de formation-information. Je prends contact avec des professionnels extérieurs lorsque le besoin s’en fait ressentir (intervenant de la maison qui nous fournit les changes, psychiatre, diététicienne, etc.) Je prévois aussi les temps de présentation des bilans des résidents par les référents, les présentations les projets individuels, les comptes-rendus des rencontres annuelles. Il est évident que cette programmation semestrielle est soumise à modification en fonction des aléas des plannings de chacun, des reports éventuels des rencontres annuelles, des imprévus du service, etc. Ainsi, je peux demander en dernière minute, l’intervention du médecin, d’un psychiatre ou d’un psychologue pour une prise en charge comportementale difficile pour l’équipe.



  • susciter la participation des professionnels et les mobiliser pour le changement


Comme je le précisais plus haut, je délègue de plus en plus l’animation des réunions d’équipe aux coordonnateurs, si ceux-là en font la demande ou se montrent capable d’investir cette tâche.

Ainsi, pour deux des trois équipes d’internat, j’accompagne les coordonnateurs dans leur préparation des réunions, assiste en partie à celles-ci pour suivre leur intervention et répondre aux questions à la direction et leur fait un retour après afin d’affiner leur travail. Pour la troisième coordonnatrice, je l’accompagne d’abord dans sa fonction de coordonnatrice du service, et je travaille avec elle sur son intégration dans l’équipe avant de développer davantage sa place d’animatrice de réunion.

Ces temps formels me permettent de valoriser les encadrants et de les impliquer dans le travail d’équipe. Ainsi, ils prennent part aux évolutions de l’encadrement, ils participent aux changements de prise en charge des résidents, ils travaillent avec moi sur les modifications apportées au service et se sentent donc partie prenante des changements. Les résistances à ceux-ci sont donc atténuées.


  • prévenir l’usure professionnelle


J’ai parlé auparavant de la mise en place d’un temps de « positivisme » que j’avais mis en place lors des réunions d’équipe. Ce moment consiste simplement, lors de chaque réunion, à faire un tour de table afin que chaque éducateur puisse dire quelque chose de positif. Ainsi, il en ressort des phrases comme « je suis content d’être en vacances la semaine prochaine » mais aussi « le sourire que j’ai vu sur le visage d’untel lors de la sortie m’a fait comprendre à quoi je sers ! ». Quelques soient les choses qui ressortent de ce temps, les encadrants sont heureux de se sentir valoriser dans leur travail et dans leur être, ils entendent d’autres collègues parlant du positif de leurs interventions quotidiennes, et ils semblent plus disposés à aborder divers sujets de façon plus ouverte. Lors de beaucoup de réunions apparaissait souvent les difficultés du quotidien, les problèmes de fourniture (draps, gants de toilette, etc.), les soucis techniques, le soi-disant manque de réaction de la direction face à des demandes, etc. Depuis cette période en début de réunion, les problèmes ne sont pas moindres (comme dans beaucoup d’institutions), mais la manière de les aborder et d’entendre les explications se font davantage sur un ton d’échange plutôt que de reproches. La motivation des uns et des autres est bien moins entamée.

J’essaie également d’être à l’écoute de tous, et le plus impartiale possible. Je reprends le plus vite possible en réunion ou individuellement les soucis relevés afin d’éviter les accumulations, les ras-le-bol, etc. Je cherche beaucoup à montrer l’intérêt que chaque personne à pour l’institution, je valorise chaque projet et accompagne les encadrants dans leurs démarches… Ainsi, plus de deux tiers des résidents de la MAS sont partis en séjour cette année, alors qu’aucun n’avait pu le faire en 2007, et cela grâce aux éducateurs. Le soutien que je leur ai apporté les a motivés, et cela a même permis aux équipes de se rapprocher. Chacun a été fier de son engagement dans cette démarche.
prévenir et gérer les conflits

Un des méfaits de l’usure professionnelle est l’augmentation des conflits. Il est donc de mon devoir de prévenir ces conflits. Ainsi, plus j’arrive à engager l’équipe dans des démarches d’amélioration du service, dans des travaux de réflexions quant à un thème particulier (l’hospitalisation, l’alimentation des personnes polyhandicapées, les levés, etc.), les esprits sont bien moins pris par des conflits personnels.

Dans le cas où ceux-là apparaissent quand même, je gère ces conflits de façon diverses :

  • s’il s’agit de deux personnes, je les vois l’une après l’autre, les écoute et les confronte le plus souvent. Je remets très vite en place la notion de relation professionnelle et de ce que nous attendons d’eux. Si je n’arrive pas à gérer moi-même le conflit, je demande alors à la directrice d’intervenir. Cela s’est pour le moment uniquement présenté avec le délégué du personnel. Il utilise sa place et ses relations syndicales pour se mettre en opposition systématique avec le système, les demandes, ou la chef de service (autant ma prédécesseuse que moi). Vus les conséquences que cela peut entraîner, la directrice se charge de ces relations particulières.

  • S’il s’agit de problèmes en équipe, je règle ça en réunion d’équipe en demandant à chaque personne de présenter son point de vue aux autres sans être interrompu. Il peut arriver que je demande au psychologue ou à la directrice d’intervenir, voire au médecin si le sujet de départ est un désaccord médical. Puis, nous faisons un point final où je précise la décision d’équipe qui sera inscrite dans le compte-rendu de réunion et même quelques fois, sur le tableau blanc du bureau ou dans le cahier de liaison quotidien.


Développer les compétences individuelles et collectives

  • gérer et évaluer les compétences individuelles et collectives

  • identifier les besoins de formation

  • participer à l’élaboration et la mise en œuvre du plan de formation

  • accueillir et former les nouveaux arrivants

  • organiser l’accueil des stagiaires et créer les conditions d’un site qualifiant


Je transmets systématiquement les souhaits de formation à la directrice et soutiens les salariés dans leurs démarches. J’accompagne les élèves en formation longues ou courtes, les évalue avec l’équipe. J’ai créé à cet effet un carnet d’évaluation continue des stagiaires aide-soignant (Annexe 16 ; ceci dans le cadre de ma formation tutorat, après validation, le même carnet sera fait pour les autres formations qu’on accompagne). Je me mets autant que possible à disposition des salariés qui sont dans une démarche VAE ou de concours pour les aider dans leurs écrits ou tests psychotechniques. Je cherche avec eux les moyens de financer leur formation, de monter leur dossier ou de trouver les personnes ressources pour cela.

J’accompagne la directrice dans le choix des personnes qui assisteront aux formations à venir (snoezelen, diététique, gestes et postures, projets individuels, etc). Etant en contact direct avec tous les encadrants et connaissant le fonctionnement des services pour y avoir travaillé, je cerne en partie les capacités et difficultés des encadrants, leur désir de suivre ou non des formations, leurs connaissances dans divers domaines, etc. Cela m’aide à faire des choix dans les inscriptions en formation.
participer à l’élaboration des fiches de postes
Je participe à la réactualisation de la fiche de poste d’éducateur spécialisé coordonnateur à l’heure actuelle, avec la directrice et en relation avec les autres chefs de service des structures de l’ADAPEI ayant des coordonnateurs.

Faisant partie du binôme de direction, je participe à toutes les démarches de réactualisation avec la directrice.


  • participer au recrutement


Je suis chargée des entretiens d’embauche, des recherches de personnels (ANPE, CREAI, relations internes, etc.) et des sélections. La directrice m’a entièrement délégué cette tâche pour tout le personnel d’encadrement. Elle finalisait jusqu’en mai, de façon informatique, mes choix et les faisait suivre au directeur des ressources humaines. Puis, dès juin, après accord verbal de sa part, je finalisais informatiquement les demandes et les transmettais au siège.
…/…


7










Fonctions du référentiel professionnel









Page de référence1

Nature du document



1


2


3


4


5


6


1


6, 25



Plaquette de présentation de MAX CILIA




















2


23



Ordre du jour de réunion



















3


4



Plaquette de l’APEEIMC


X

















4


4


Sommaire de la création de structure passerelle, « la grenouillère »


X

















5


6



Exemple de projet présenté au CA


X

















6


7


Sommaire prévu pour le rapport sur une éventuelle première embauche de MAX CILIA


X

















7


9


Projet de la journée découverte du 3 juin 2007





X














8


40


Exposé « sensibilisation aux handicaps »





X













9


48



Statuts de MAX CILIA














X





10


59



Observation des levés


X

















11



60


Fonctionnement des levés


X

















12


60



Planning des activités hebdomadaires


X

















13


79


Grille d’évaluation, profil psychologique









Compétence évaluation et développement de la qualité


14


79



Grille d’évaluation médicale des troubles somatiques








15


79



Avenant au contrat de séjour








16


83



Evaluation aide-soignante








17



79


Guide d’auto-évaluation








18






Ma fiche de poste chef de service éducatif






















1 Indiquez le numéro (ou les numéros) de page du présent livret à laquelle ce document se réfère.

1   2   3   4   5   6

similaire:

Adresse : 11a rue de la caverne iconAdresse : 12, rue Raphael

Adresse : 11a rue de la caverne iconAdresse : 34 rue des déportés

Adresse : 11a rue de la caverne iconAdresse : 66 Rue Melouiya plateau N°11, 4

Adresse : 11a rue de la caverne iconAdresse : 28 rue René Cassin

Adresse : 11a rue de la caverne iconAdresse : 53, rue du docteur Hurst

Adresse : 11a rue de la caverne iconAdresse 1 rue du Puits Georget

Adresse : 11a rue de la caverne iconAdresse : 5 rue jbel zalagh 2 narjis c

Adresse : 11a rue de la caverne iconAdresse : 1 rue de Valence 69190 St-Fons

Adresse : 11a rue de la caverne iconAdresse : 75 rue le caravage résidence Françoise Sagan

Adresse : 11a rue de la caverne iconAdresse : 5 & 7 rue Albert Chardavoine, 93440 dugny








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
m.21-bal.com