Adresse : 11a rue de la caverne








télécharger 0.68 Mb.
titreAdresse : 11a rue de la caverne
page4/6
date de publication27.12.2016
taille0.68 Mb.
typeAdresse
m.21-bal.com > documents > Adresse
1   2   3   4   5   6
Participer à l’élaboration des fiches de postes :
Les « fiches de postes » sont, dans l’association, les rôles mis en place par les statuts. Je les ai personnellement décrites pour permettre à chacun de savoir quel est son rôle. Cependant, les définitions peuvent être assez ouvertes afin de pouvoir adapter la fonction aux compétences et possibilités (horaires, en terme de déplacement, d’outil informatique, etc.) du bénévole acceptant d’en endosser la responsabilité.
Participer au recrutement :
Je suis personnellement informée quand une personne souhaite entrer dans l’association. J’organise alors une rencontre formelle (entretien) ou informelle (lors d’une activité de l’association) pour écouter les motivations et les objectifs d’un nouvel arrivant. Je l’informe ensuite de ce qu’est l’association, ses valeurs, le déroulement d’une inscription (dossiers à remplir, convention entre les deux parties, cotisation). La personne peut alors me poser toutes les questions qu’elle souhaite pour connaître au mieux son éventuel engagement à venir. J’incite d’ailleurs chaque nouvel arrivant à poser un maximum de questions pour ne rien laisser au hasard.

Je demande ensuite à ces personnes de revoir tout cela à tête reposée, de me rappeler si de nouvelles questions se présentent. Enfin, une fois qu’elles sont sûres d’elles, je prends leur dossier complété et présente la convention remplie par le futur bénévole aux membres du C.A. Comme je l’ai expliqué auparavant, des échanges entre les deux parties peuvent avoir lieu jusqu’à ce que nous trouvions un accord commun.

La personne intègre alors l’association, d’abord de façon encadrée pour ses débuts, puis, dès que possible, de façon plus autonome.

4.2.3 – Troisième situation de travail
Fonction(s) concernée(s) : 5. participation au projet de la structure
(la compétence évaluation et développement de la qualité est abordée dans cette fonction)
(Reportez-vous au référentiel professionnel du diplôme que vous visez ainsi qu’à la notice d’accompagnement)
Outre les indications fournies dans la notice d’accompagnement, vous pourrez vous appuyer, pour structurer votre récit, sur les items suivants :

 Les objectifs poursuivis  Les ressources et méthodes mobilisées

 Les activités ou tâches réalisées  Les contraintes (réglementaires, …) prises en compte

 Les résultats obtenus  Les problèmes éventuellement rencontrés

 Les écrits professionnels produits  Les relations établies, internes ou externes
Mettez en avant votre implication personnelle. Pour cela, aidez-vous d’une rédaction à la première personne du singulier.
A titre indicatif, 2 ou 3 documents, choisis par exemple parmi les écrits professionnels produits et directement référés à la présente description, pourront être annexés à votre dossier. Vous n’oublierez pas de renseigner le tableau de synthèse des documents annexés, page 43.

Participer à la construction de l’élaboration du projet :
Comme j’ai déjà pu l’expliquer auparavant, je supervise l’ensemble des projets de l’association, même ceux dont je ne suis pas référente directe.

Ainsi, quand quelqu’un présente un projet, je lui demande tout d’abord de le rédiger afin de pouvoir présenter de la façon la plus claire possible l’idée. J’accompagne si besoin la personne référente dans la rédaction de cet écrit.

Une fois le projet rédigé, le référent présente son idée aux membres du CA. Je lui pose les questions nécessaires à une meilleure compréhension du projet par l’équipe.

Quand tout le monde a bien compris le concept, que chacun a eu les réponses aux questions qu’il se posait, que les difficultés supposées ont été abordées, et que nous jugeons le projet réalisable, nous essayons de déterminer la place de chacun dans les actions à venir.

Ainsi, les tâches sont réparties dans l’équipe, certains plus du côté administratif et gestionnaire et d’autres directement sur le terrain (pour le 3 juin 2007, j’ai particulièrement préparé les courriers avec la secrétaire, et superviser l’ensemble de l’équipe. Le trésorier a expliqué les fonds disponibles à la présidente adjointe qui a gérer les achats pour les ateliers vivants présentés ce jour là, pour les repas à offrir aux établissements invités, la location de la salle … Des membres actifs ont géré le partenariat avec la MJC de la vallée de la Bruche, et ont recherché les lots pour la tombola préparée pour ce jour et la préparation du déroulement de la journée, du spectacle, des costumes, de la chorale,...)
Contribuer à l’analyse de l’environnement :
Avec la présidente adjointe, nous sommes en relation très fréquente (minimum une fois par semaine). Ensemble, nous repérons les facilités et les difficultés de mise en place des actions. Certains secteurs géographiques sont « sûrs » pour l’association qui y est bien connues et implantée (Vallée de la Bruche, Rohtau, Schirmeck). Dans cette région, nos manifestations ont de grandes chances d’y trouver du succès. Quand nous organisons des évènements plus extérieurs (comme le concert en 2005 à Strasbourg), nous avons plus de mal à estimer comment l’animation sera perçue et reconnue mais dans ce cas là, nous prévoyons de rentrer dans nos frais avant même de commencer la réalisation du projet.

Quant à la mise en place des activités, nous y allons à tatons quelques fois. Par exemple, pour la mise en place d’activités manuelles sur Rothau, nous avons commencé avec deux membres bénéficiaires, puis le groupe s’est agrandi. Nous avons fait la même tentative sur Obernai, rythmé de la même façon (une fois par semaine) et nous n’avons rencontré personne malgré les informations dans les journaux locaux, les plaquettes et affiches, etc. Nous avons donc fermé l’antenne d’Obernai (ravis de penser que cette ville devait rendre suffisamment de services de loisirs aux personnes handicapées).
Analyser et transmettre les besoins des usagers :
Nous écoutons attentivement les demandes des membres bénéficiaires et également les idées de leur famille. Nous étudions chaque proposition. Dès que cela est possible et dans le respect des valeurs de l’association, nous mettons en place le projet de réalisation de celles-ci. Ainsi, un membre bénéficiaire de 60 ans voulait aller voir un documentaire au cinéma mais sa famille ne pouvait l’y accompagner. Nous avons mis en place un accompagnement individuel (car personne d’autre n’avait ce souhait) pour réaliser son projet. Pour une autre dame, trisomique, de 50 ans, sa mère de 80 ans nous avait fait part de sa régression depuis qu’elle n’était plus en accueil de jour. Nous avons pris en considération ce que nous savions de ses capacités antérieures, nous avons fixé des objectifs et aujourd’hui, cette dame participe à toutes les activités, parle davantage, et sa mère retrouve sa fille « d’avant ».
Participer et faire participer l’équipe à la définition des missions et des objectifs de la structure :

Proposer des orientations :

Participer et faire participer l’équipe à l’évaluation du projet :
Nous travaillons en équipe.

Tous les membres sont donc intervenants à part entière dans la réalisation des projets, dans l’évolution de l’association, dans les changements à envisager…

Ainsi, je propose, comme chaque membre en a la possibilité, les orientations à venir de MAX CILIA. Mais rien ne se décide seul !

De la même manière, comme nous participons tous à tout mouvement de l’association, nous sommes tous présents pour les évaluations des actes opérés. J’ai cependant la responsabilité de superviser l’ensemble des actions de leur mise en place à leur évaluation.
Participer aux réunions de direction :
Je participe à toutes les réunions de « direction », j’en suis même l’investigatrice. Je prépare chaque réunion, fixe les dates de rencontres (après avoir repérer les disponibilités de tous), rédige l’ordre du jour et anime ces rencontres.

Comparer les différents niveaux de projets et s’assurer de leur cohérence :
Je centralise tous les projets et les analyse. Si ces projets sont incohérents pour quelques raisons que ce soit, j’en informe le rédacteur et en parle en équipe pour avoir l’avis de tous. S’ils ne sont pas assez clairement rédigés pour rendre un avis objectif, je demande à la personne référente de développer davantage son idée. Si les projets sont cohérents, je présente à mon équipe les priorités dans nos actions en fonction des contraintes à prendre en compte (temps de préparation, dates de réalisation, contraintes environnementales et financières, etc.). Souvent, un projet de sortie ponctuelle prendra moins de temps à réaliser qu’une manifestation d’une journée.
Contribuer à son niveau à la veille institutionnelle :
Je suis directement responsable des actions de l’association. Je veille au respect des statuts (annexe 9) et à leur remise à jour dès que nécessaire. Nous réévaluons sans arrêt nos actions pour être sûrs du respect des valeurs de l’association et pour adapter nos missions à l’environnement, aux besoins qui diffèrent ‘une année sur l’autre, etc.


  • 4.3.1 - Principes d’action et objectifs

  • 4.3.2 - Sources d’information et de

documentation

  • 4.3.3 - Participation au fonctionnement

collectif de la structure

  • 4.3.4 - Degré d’autonomie et d’initiative

  • 4.3.5 - Evaluation de votre intervention

  • 4.3.6 - Compétences mises en œuvre

4.3

4.3.1 - Principes d’action et objectifs
Pour cette expérience n° 1, présentez les principes (éthiques, déontologiques, …) ou les principaux objectifs qui guident votre action, du point de vue, notamment, de la relation à l’usager.

Deux exemples illustreront la façon dont vous appliquez ces principes.

Les principes de base de l’association et donc, les miens dans mon travail sont : le respect, le développement de la vie sociale, sportive et culturelle des personnes handicapées, l’ouverture vers l’extérieure, l’intégration dès que possible.
Pour revenir au principe d’ouverture vers l’extérieur et de valorisation des personnes accompagnées, je vais vous présenter brièvement la journée du 3 juin 2007 qui a été un succès dans cette optique là : à cette journée, des personnes venant de l’institut d’aveugles de Still sont venus nous présenter leurs travaux de vanneries et de tressage de chaises. D’autres associations, comme le foyer de personnes handicapées de Châtenois ou encore une maison familiale de personnes déficientes de la Broque nous ont rejoins. Des bénévoles de la MJC de Waldersbach nous ont aidé à gérer la restauration de la journée. Des personnes de la région sont venues découvrir les activités présentées, nos ateliers vivants représentants ceux que nous faisons tout au long de l’année, le handicathlon mis en place pour que les valides se mettent en situation de handicaps (slalom en fauteuil roulant, dessiner avec la bouche ou les yeux bandés) pour comprendre un peu certaines difficultés du quotidien. Tous ont pu assister au spectacle de mime qu’avaient préparé les membres bénéficiaires de MAX CILIA. Toutes les personnes présentes ont ovationné nos stars du jour pour leur travail remarquable. Ils ont encore été applaudis lors de leur représentation de la « chorale des voix cassées ». Un père est même venu me voir pour me remercier d’avoir mis en place, avec l’équipe, l’association et les manifestations. Son fils se remet mieux du suicide de son frère car il pense à d’autres choses maintenant. Les parents nous encouragent pour développer notre action car les adultes que nous accueillons montrent de grands progrès au quotidien. Ainsi, nos membres sont valorisés dans leurs actions à chacune de nos manifestations, ce sont nos stars ! L’ouverture se fait à travers les échanges avec d’autres associations qui sont prêtes à nous accueillir mais aussi à travers l’intérêt que portent les personnes du voisinage (plus ou moins lointain) à nos actions.

4.3.2 - Sources d’information et de documentation
Pour cette expérience n° 1, décrivez précisément l’ensemble des sources d’information et de documentation que vous utilisez dans le cadre de votre intervention.

Il y a des repères pour la vie associative essentiels sur internet :



A travers des formations aussi nous trouvons des informations, comme « le projet associatif » par le CLAPEST ou « la trésorerie », par Colibri Bruche ou encore les formations diplômantes comme le Diplôme Universitaire de promotion de la Vie Associative (DUPROVA en 2005) ou le Diplôme Universitaire de Cadre Socio-éducatif (DUCSE en 2007).
Ensuite, toutes mes lectures, les échanges avec l’entourage, les mails provenant d’associations telles que l’APEEIMC, Autisme Alsace, AAD, APF, etc. sont des sources d’informations.
Et, bien évidemment, mon emploi au sein d’une structure pour personnes lourdement handicapées est un enrichissement permanent d’informations et de connaissances propres au domaine du social, à l’accompagnement des résidents, aux démarches possibles dans l’accompagnement des personnes déficientes, etc.


4.3.3 - Participation au fonctionnement collectif de la structure
Pour cette expérience n° 1, précisez les modalités de votre participation et contribution au fonctionnement collectif de la structure (équipe, service, établissement, …).

Présentez, notamment, les réunions internes auxquelles vous participez en décrivant la nature exacte de votre implication.
Je suis responsable de ce qui a lieu dans l’association et de tout ce qu’elle fait. Je participe en fonction des cas à la supervision des actions, à la rédaction de projets, leurs suivis et leurs évaluations, à l’encadrement des membres actifs, aux ateliers quelques fois, etc. Je participe en fait à toute la vie de l’association en fonction du temps et des besoins.

En ce qui concerne les réunions, je les prépare toutes (ordre du jour, date et lieu de la rencontre, personnes présentes) et les anime.


4.3.4 - Degré d’autonomie et d’initiative
Pour cette expérience n° 1, décrivez la façon dont vous organisez votre travail : Recevez-vous des consignes ou instructions ? Si oui, de qui et sous quelle forme ? Vous fixez-vous vos propres objectifs ? Si oui, lesquels ? Devez-vous rendre compte de votre travail ? Si oui, à qui ? Dans quel cas ? Comment procédez-vous ? Quelles décisions pouvez-vous prendre seul(e) ? Par opposition, quelles décisions ne pouvez-vous pas prendre seul(e) ?

Etant présidente de l’association, j’ai une place qui me permet beaucoup de liberté. De plus, étant membre créateur de l’association, la reconnaissance de mon équipe tend à me permettre d’imposer mon point de vue. Cependant, je mets mes propres limites : je dois toujours garder en tête les personnes pour lesquelles j’ai voulu mettre en place ce service et les valeurs de l’association (respect, partage, etc.). Un autre point essentiel c’est que, même si je suis présidente de l’association, nous gérons tous ensemble MAX CILIA, en équipe, et personne ne se prend le droit de décider quoique ce soit sans en avoir préalablement discuté avec les autres. Nous sommes très soudés, et très engagés dans notre action.

4.3.5 - Evaluation de votre intervention
Pour cette expérience n° 1, précisez comment vous évaluez votre intervention. Sur la base de quels critères ou indicateurs ? Quand et de quelle manière ?

Je parle de mon intervention à travers deux critères essentiels : efficacité et motivation de l’équipe
Par rapport à mon efficacité, le bilan pour moi est positif, repérable de façon concrète sur ces indicateurs :

  • travail fait dans le temps

  • peu ou pas d’imprévu ou d’oubli lors des actions

  • finances positives

  • implication des membres et nouvelles adhésions

  • agrandissement de l’association et de ses actions

  • soutiens réitérés de l’entourage


Par rapport à la motivation de l’équipe :

  • nombreux projets réalisés et proposés

  • nouvelles inscriptions

  • désir de mon équipe que je reste présidente

  • implication de tous dès que possible

4.3.6 - Compétences mises en œuvre
Pour cette expérience n° 1, présentez les principales compétences et les principaux savoirs que votre travail exige, selon vous. Identifiez les plus importants et dîtes, éventuellement, pourquoi ils vous apparaissent comme tels.

Le domaine associatif et du bénévolat permet de développer nos capacités dans divers domaines ; il m’a permis de développer :


    • mon esprit d’équipe. Ceci est essentiel dès que l’on ne travaille pas seule. Il est indispensable pour apprendre à travailler avec l’autre, les autres, les écouter, les comprendre du mieux que l’on peut, les accompagner, les gérer, etc.

    • mes capacités d’analyse. Par ce qu’il est bon d’agir, mais il est mieux d’agir bien ! Cela implique souvent de savoir réfléchir, confronter des points de vue, analyser l’environnement et les différentes possibilités pour choisir la meilleure d’entre elles.

    • connaissance du monde associatif par des textes de lois, des travaux administratifs, des montages de dossiers, des demandes de subventions, des projets à suivre de la création à l’évaluation, la gestion financière d’une association, la gestion d’une équipe (par mon rôle de présidente), des démarches administratives, la prise de parole en public (remise de prix, présentation de l’association en public, etc.), des prises de décisions (rôle de présidente et de présidente adjointe), des comptes-rendus à rédiger ou à vérifier, etc. La polyvalence permet de connaître (en partie) les postes de chacun et de comprendre leur situation. J’ai la possibilité de pouvoir prendre chacun des postes de temps en temps pour ne pas oublier les contraintes de chaque partie de l’association. Cela, reporté dans le domaine professionnel, me conforte dans mon idée que, pour mieux gérer une équipe, il faut connaître ce que chacun y fait (si possible l’avoir déjà vécu) et il faut savoir aussi les possibilités et les contraintes de celui qui nous dirige pour ne pas lui demander l’impossible. Cela permet de construire ses échanges avec les autres.



  • 5.1 - Présentation de l’emploi ou de

la fonction bénévole

  • 5.2 - Présentation du cadre de votre

intervention

  • 5.3 - Description de situations de

travail significatives en lien avec

les fonctions du référentiel

professionnel


5

5.1 - Présentation de l’emploi ou de la fonction bénévole
La structure (association, établissement, collectivité, service, …) dans laquelle vous exercez votre emploi ou votre fonction bénévole
Nom : ADAPEI du Bas-Rhin
Statut juridique : Association à but non lucratif
Activité principale : accompagnement des enfants déficients intellectuels
Adresse : 6 impasse Galilée

Code postal :67380 Commune : Lingolsheim
La nature de votre emploi salarié, non salarié ou de votre fonction bénévole
Intitulé de votre emploi ou de votre fonction bénévole : animatrice 1ère catégorie, coodonnatrice
Date d’entrée dans l’emploi ou la fonction bénévole : 6 mars 2006
Date de fin d‘emploi ou de fonction bénévole : 18 novembre 2007

(dans le cas ou l’expérience décrite dans le présent dossier n’est plus exercée)
S’agit-il d’un emploi : A temps plein X A temps partiel  (précisez la quotité ……. )
S’il s’agit d’une expérience bénévole, indiquez le temps que vous y consacrez : ………………

(par exemple, nombre d’heures par semaine)


5.2 - Présentation du cadre de votre intervention
Décrivez :
 L’environnement institutionnel dans lequel vous intervenez ou êtes intervenu(e)

 La structure (association, établissement, collectivité, service, …) dans laquelle vous exercez ou

avez exercé

 Votre position dans cette structure (fonctions et responsabilités)

 Les activités mises en œuvre dans cette structure

 Le public auprès duquel vous intervenez ou êtes intervenu(e) (caractéristiques et problématiques)

La structure dans laquelle j’exerce :
L’A.D.A.P.E.I. est une association a but non lucratif régie par les articles 21 à 79 du code civil local maintenu en vigueur dans le département du Bas-Rhin entre autre ; elle est inscrite au tribunal cantonal de Strasbourg le 26 mars 1957. Elle est reconnue d’utilité publique en 1987.

« l’objectif de l’assemblée est d’assurer au point de vue matériel et moral la défense des intérêts généraux de toutes les familles et notamment d’apporter par tous les moyens légaux aide, secours, assistance, protection à tous les jeunes qui présente une déficience ou une inadaptation physique, morale ou intellectuelle qui ne leur permet pas de mener l’existence normale de leur âge […] Elle cherche à créer des liens entre ses membres, un lien susceptible d’apporter aux parents et aux jeunes un soutien moral et matériel ».

En 1976, l’association crée un établissement de 60 postes pour travailleurs handicapés et 60 lits de foyer pour l’hébergement des ces personnes.

Au début de cette année 2005, l’association comptait plus de 800 usagers, près de 500 adhérents, 300 salariés, 11 établissements (FAS, FAM, MAS, SAVS, FHTH) et services sur 11 sites.

Depuis le 1 août 2005, une Maison d’Accueil Spécialisée a ouvert ses portes sur un nouveau site, celui de Lingolsheim ; ainsi, le nombre de résidents, et de personnel continue à croître, et des projets sont encore à l’étude pour les années à venir.

Les missions de l’association :
L’A.D.A.P.E.I. a pour mission :

  • de rassembler des hommes et des femmes de tous âges, parents ou amis appelés à coopérer dans un esprit démocratique, à s’engager et à partager des responsabilités.

  • De stimuler de manière constante l’esprit d’entraide et de solidarité.

  • De représenter de manière concrète les intérêts moraux et matériels des personnes handicapées mentales et de leur famille auprès des pouvoirs publics, des administrations départementales et des commissions départementales.

  • De participer aux travaux des instances départementales.

  • De développer, dans un esprit de partenariat l’équipement du département en services et établissements destinés à l’accueil de personnes handicapées de tous âges et de tous niveaux de handicaps.

  • De coopérer dans le Bas-Rhin la politique générale définie par l’Union Nationale des Association de Parents et Amis de Personnes Handicapées Mentales (UNAPEI) dans laquelle elle englobe ses propres objectifs.

  • D’être un lieu de réflexion et de recherche ; elle encourage l’initiative, la création et l’innovation afin de permettre aux personnes ayant un handicap mental de prendre leur place et de s’engager dans la vie.

  • De dénoncer et combattre toute situation d’exclusion de la personne handicapée.


Son organisation interne :
Je vais vous parler plus particulièrement de la Maison d’Accueil Spécialisé dans laquelle je travaille. Elle compte quatre services d’accueil, 3 avec hébergement et un accueil de jour.
Je travaille dans le deuxième service d’hébergement qui à ouvert en décembre 2005, depuis le 6 mars 2006. J’y suis animatrice 1ère catégorie (ce qui correspond au poste d’un éducateur spécialisé généralement) et coordonatrice du service. Voici mes fonctions :


  • coordonner le travail d’une équipe :

  • il prépare et anime les réunions d’équipe

  • il élabore avec l’équipe un projet d’appartement

  • il assure un travail de lien et de complémentarité au sein de l’équipe

  • il accueille les stagiaires et les personnes nouvellement engagées

  • il assure la mise en œuvre d’une démarche qualité




  • gérer et organiser avec ses collègues et les usagers la vie quotidienne

  • travailler en étroite coopération avec les familles ou les représentants légaux

  • favoriser les relations avec l’environnement

  • rendre compte du travail et de tout évènement exceptionnel

  • travailler sur le terrain comme personnel d’accompagnement



Les activités mises en œuvre au quotidien sont les actes de soins et d’hygiène (alimentation, toilettes, suivi de la santé des résidents…) et les actes éducatifs à travers les activités (musique, bricolage, sorties, cuisine, relaxation, suivi individuel, sport, balnéothérapie, conseil de maison, journal).

Toutes ces activités sont mises en place par rapport aux projets individuels ou collectif. Les personnes accueillies à notre étage sont des personnes polyhandicapées. Elles ont toutes une déficience mentale associée à une maladie dégénérative (sclérose en plaques), un handicap physique (paraplégique), des troubles alimentaires (alimentation par sonde gastrique), etc. Le suivi médical est très présent dans notre service, nous accueillons des personnes très fragiles. Ainsi, nous devons nous adapter tous les jours aux troubles du comportement, aux problèmes médicaux (fractures « spontanées », saignements anormaux, problèmes respiratoires, etc. mais aussi les fausses routes qui peuvent être fatales).

Actuellement, le service accompagne 6 femmes et 9 hommes de 22 à 65 ans, et quelques fois même des accueils temporaires.


…/…

5.3 - Description de situations de travail significatives

en lien avec les fonctions du référentiel professionnel
Outre les indications fournies dans la notice d’accompagnement, vous pourrez vous appuyer, pour structurer votre récit, sur les items suivants :

 Les objectifs poursuivis  Les ressources et méthodes mobilisées

 Les activités ou tâches réalisées  Les contraintes (réglementaires, …) prises en compte

 Les résultats obtenus  Les problèmes éventuellement rencontrés

 Les écrits professionnels produits  Les relations établies, internes ou externes
Mettez en avant votre implication personnelle. Pour cela, aidez-vous d’une rédaction à la première personne du singulier.
A titre indicatif, 2 ou 3 documents, choisis par exemple parmi les écrits professionnels produits et directement référés à la présente description, pourront être annexés à votre dossier. Vous n’oublierez pas de renseigner le tableau de synthèse des documents annexés, page 43.
Première situation de travail
Fonction(s) concernée(s) : 1. pilotage de l’action………………………………………

(Reportez-vous au référentiel professionnel du diplôme que vous visez ainsi qu’à la notice d’accompagnement)
(les compétences Management d’équipe et évaluation, développement de la qualité sont abordées dans cette fonction)

Concevoir et mettre en œuvre le projet de service ou de l’unité :
Pour le moment, nous n’avons pas encore rédigé les projets d’appartement mais cette tâche va m’être attribuée très bientôt semble-t-il.


  • Animer le repérage des besoins des usagers, des ressources de l’environnement, des moyens

  • Assurer le suivi et l’adaptation de l’action du service aux évolutions des besoins et des ressources


Je travaille au quotidien au repérage des besoins des résidents. Pour cela, j’accompagne mon équipe dans un travail de transmissions quotidiennes assez précises pour suivre au plus près les changements de comportement, de capacités ou de besoins (accompagnement, santé, etc.). Ces observations sont ensuite régulièrement synthétisées pour connaître au mieux les évolutions de chacun et réadapter notre prise en charge si nécessaire. A travers ces suivis, je veille avec mes collègues à prendre en compte les évolutions de l’environnement et des moyens. Ainsi, nous demandons certaines adaptations du planning et de nos interventions pour améliorer nos accompagnements. Nous sommes donc passés de trois accompagnants le matin et trois l’après midi plus un en journée à quatre intervenants matin et soir, cela nous permettant d’accueillir davantage de résidents et de nous adapter aux évolutions de l’état de santé de quatre d’entre eux qui demandent plus de temps de préparation le matin.


  • Définir les objectifs et les priorités de l’action à mener

1   2   3   4   5   6

similaire:

Adresse : 11a rue de la caverne iconAdresse : 12, rue Raphael

Adresse : 11a rue de la caverne iconAdresse : 34 rue des déportés

Adresse : 11a rue de la caverne iconAdresse : 66 Rue Melouiya plateau N°11, 4

Adresse : 11a rue de la caverne iconAdresse : 28 rue René Cassin

Adresse : 11a rue de la caverne iconAdresse : 53, rue du docteur Hurst

Adresse : 11a rue de la caverne iconAdresse 1 rue du Puits Georget

Adresse : 11a rue de la caverne iconAdresse : 5 rue jbel zalagh 2 narjis c

Adresse : 11a rue de la caverne iconAdresse : 1 rue de Valence 69190 St-Fons

Adresse : 11a rue de la caverne iconAdresse : 75 rue le caravage résidence Françoise Sagan

Adresse : 11a rue de la caverne iconAdresse : 5 & 7 rue Albert Chardavoine, 93440 dugny








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
m.21-bal.com