Introduction Cours de Méthodes quantitatives appliquées aux Sciences Sociales








télécharger 46.74 Kb.
titreIntroduction Cours de Méthodes quantitatives appliquées aux Sciences Sociales
date de publication22.10.2016
taille46.74 Kb.
typeCours
m.21-bal.com > documents > Cours
Introduction au cours de Méthodologie quantitative en sciences sociales

jeudi 10 juillet 2003, par Cécile Vigour

Introduction - Cours de Méthodes quantitatives appliquées aux Sciences Sociales

Ce module de Méthodes quantitatives appliquées aux sciences sociales s’inscrit en complémentarité avec le cours de Méthodologie qualitative, suivi en première année du Magistère d’Humanités Modernes.

A/ Triple objectif du cours de Méthodes quantitatives

Ce module d’enseignement vise à réfléchir sur l’usage des méthodes quantitatives en sciences sociales. Il comporte une triple dimension :
- Dimension épistémologique : il s’agit de réfléchir sur l’analyse des données quantitatives - du recueil et de la construction des données à l’analyse des sorties du logiciel, en passant par une réflexion sur l’usage des statistiques en sciences sociales. Quels sont les enjeux ? Pourquoi utiliser des méthodes quantitatives ? Quels problèmes spécifiques se posent alors ? Comment interpréter les résultats et, le cas échéant, critiquer la méthode employée en fonction des buts de la recherche ?
- Dimension théorique : l’objectif est de dresser un panorama des principales méthodes d’analyse des données en sciences sociales, de manière à savoir choisir la méthode la plus pertinente en fonction des objectifs de recherche. Quel traitement statistique préférer compte tenu des données à disposition et des objectifs de recherche ? Pour ce faire, il est nécessaire de connaître les possibilités (et limites) techniques de chaque méthode.
- Dimension pratique, en se confrontant au terrain - en l’occurrence à l’utilisation des logiciels, ici SAS (Statistical Analysis System). Cet enseignement permettra d’apprendre à utiliser ces méthodes, et donc à programmer, traiter et analyser des données quantitatives à l’aide du logiciel SAS  ;

Les objectifs du module :
- La compréhension des méthodes, l’interprétation des résultats et la capacité de critiquer les données et leurs modes de construction (lors de la lecture de revues en particulier) ;
- La programmation : l’accent est mis sur ce second aspect, car l’apprentissage, austère au début, semble plus ardu à faire par soi-même ; en ce sens l’objectif est d’une part de dédramatiser l’utilisation de ce logiciel ; d’autre part, de connaître les différentes méthodes d’analyse des données et de savoir les utiliser en vue d’études ultérieures.

B/ Modalités d’enseignement

- 40 h de cours en salle informatique, dont deux interventions de chercheurs (présentant leurs recherches) ; 36h groupées en septembre, deux séances supplémentaires de deux heures en novembre, pour discuter de l’avancée des travaux (pour le mémoire) ;
- Travail sur des bases de données, lecture personnelle d’articles et débats en cours sur ces articles ;
- Validation : réalisation d’un mémoire de recherche reposant sur l’analyse de données à l’aide du logiciel SAS conformément aux trois objectifs esquissés (30 pages).
- Plan du cours
Chapitre 1 - L’enquête quantitative : un processus de réduction de la réalité
1ère partie : La statistique descriptive
*Chapitre 2 - La statistique uni et bi-variée
*Chapitre 3 - Les analyses factorielles
2ème partie : La statistique explicative
*Chapitre 4 - Les régressions

Bibliographie



- Point de vue historique et épistémologique sur les méthodes quantitatives
Boudon Raymond, (Ed.), Traité de sociologie, 1992, Paris, PUF (cf. en particulier les articles Causalité, mesure, méthodologie, modèles)
Cahiers Français, L’information économique, n°235, mars﷓avril 1988
Desrosières Alain, « Statistique et sociologie », RFS, 26 (2), 1985
Desrosières Alain, La politique des grands nombres , 1993, Paris, La Découverte
Desrosières Alain avec Laurent Thévenot, Les catégories socio-professionnelles, Paris, La Découverte, Repères, 1996
Gollac Michel, « Des chiffres insensés ? »,
RFS , 38, 1997
Héran François, « L ’assise statistique de la sociologie », Economie et statistique, 168, 1984
Merllié Dominique, « Que mesure la statistique ?  », ARSS, 73, 1988
Passeron JeanClaude, « Ce que dit un tableau et ce qu’on en dit », Le raisonnement sociologique , Nathan, 1991

- Statistique et analyse de données : généralités
Ardilly P., Les techniques de sondage, éditions Technip, 1994
Barbut M, « Sur quelques propriétés élémentaires des fonctions de concentration de C. Gini », Mathématiques et Sciences Humaines, 22﷓88, 1984, 5﷓20
Blidss T., Grossetti M., Introduction aux méthodes statistiques en sociologie, Paris, PUF, 1999
Bryman A., Cramer D., Quantitative Data Analysis for Social Scientists, London & NY, Routledge, 1990
Cibois Philippe, L’analyse des données en sociologie, coll. Le Sociologue, éd. PUF, 1990 [1984]
Grais Bernard, Techniques des statistiques, Tomes 1 &2, Dunod coll. modules Économiques, Economica, 1989
Javeau Claude, L’enquête par questionnaire, Éditions de l’Université de Bruxelles ﷓ Les éditions d’organisation, 1978
Lévy Michel Louis, Comprendre les statistiques, éd. Seuil, 1979
Matalon B., Décrire, expliquer, prévoir, Paris, Armand Colin, 1988
Novi M., Pourcentages et tableaux statistiques, Paris , PUF, 1998, Que sais﷓je ?, n° 3337
François de Singly, L’enquête et ses méthodes : le questionnaire, Nathan, Coll. 128,
Volle Michel, L’analyse des données, Paris, Economica, 1997 [contient notamment une explication mathématique des analyses factorielles]

- Sur l’analyse factorielle

Bouroche Jean-Marie et Gilbert Saporta, L’analyse des données , Que-sais-je ?, éd. PUF, 2002 [1980]
Cibois Philippe,
L’analyse factorielle, Paris, PUF, 2000 [1983], Que saisje, n°2095
Escofier Brigitte, Pagès Jérôme, 1998,
Analyses factorielles simples et multiples. Objectifs, méthodes et interprétation, Paris, Dunod

Tout le travail de Pierre Bourdieu sur l’espace social est fortement influencé par les techniques d’analyse factorielle. Cf. en particulier :
Bourdieu P., La distinction, Paris, Minuit, 1979
Bourdieu P., Homo Academicus, Paris, Minuit, 1984
Pour le débat sur cet usage, voir la note critique de Herpin dans la RFS.

L’AFC a été utilisée en lexicographie pour repérer des espaces de discours et les référer à des espaces de positions. Cf. Prost Alain, Vocabulaire des proclamations électorales de 1881, 1885 et 1889, PUF/Publications de la Sorbonne, 1974

Voir aussi :
Galtier B., « Gérer la main d’oeuvre sur la durée : des pratiques différenciées en renouvellement », Economie et statistique , 298, 1996
Lebaron Frédéric, « La dénégation du pouvoir. Le champ des économistes français au milieu des années 1990 », ARSS, 119, septembre 1997

- Sur les analyses de régression
Dayan Jean﷓Louis, Échardour Annick et Glaude Michel, « Le parcours professionnel des immigrés en France : une analyse longitudinale », Économie et Statistique, n°299, 1996﷓9, pp. 107﷓128
Godechot Olivier et Gurdand Marc, « Quand les salariés jugent les salaires », Économie et Statistique n° 331, 200﷓1, pp. 3﷓24
Godefroy T., Laffargue B., Changements économiques et répression pénale. Plus de chômage, plus d’emprisonnement ?, CESDIP, 1991
Gould Roger V., « PatronClient Ties, State Centralization, and thé Whiskey Rébellion », American journal of Sociology, vol 102 number 2 (september 1996), pp. 400429
Héran François, « École publique, école privée : qui peut choisir ? »,
Économie et Statistique , n°293, 19963, pp. 1739
Marry Catherine, Fournier﷓Mearelli, Irène et Kieffer Annick, « Activité des jeunes femmes héritages et transmissions », Économie et Statistique n°283﷓284, 1995﷓3/4, pp. 67﷓79
Risbjerd Thomsen S., Danish Elections 19201979. A Logit Approach to Ecological Analysis and Inférence, Politica, 1987
Vallet LouisAndré,1999, « Quarante années de mobilité sociale en France », Revue Française de Sociologie, XL1, 564

Pour une combinaison intéressante de l’AFC et des régressions :
Paugam Serge, Le salarié de la précarité, PUF, Le lien social, 2000

- Effet d’âge, effet de génération
Baudelot Christian, Gollac Michel, « Le salaire du trentenaire : question d’âge ou de génération ? », Economie et statistique, 304﷓305, 1997, 17﷓35
Baudelot Christian, « L’évolution des salaires, une nouvelle approche », Economie et Statistique, 149, 1982, 311
Courgeau D., Lelièvre E., Analyse démographique des biographies, Paris, MD, 1989
Courgeau D., Lelièvre E., « Nuptialité et agriculture », Population, 2, 303﷓326, 1986
Degenne Alain, Lebeaux Marie﷓Odile, Mounier Lise, « Typologies d’itinéraires comme instrument d’analyse du marché du travail », in Degenne A., Mansuy M., Podevin G., `Verquin P. (eds)., Typologie des marchés du travail, suivi et parcours, Céreq, Documents n° 115, 27﷓42, 1996

- Quelques sites internet
http://www.unige.ch/ses/sococ/eda/monique/welcome.html
Sur cette page on peut télécharger deux bases de données SAS qui servent d’exemple à l’ouvrage de S.Destandau et M. Le Guen.

http://www-curri.u-strasbg.fr/DOCtechnique/sas/sasdescription.htm
Site du Centre de Ressourcess Informatiques de l’université de Strasbourg. Très complet sur SAS

http://sas.stat.ucl.ac.be/sasdiscute.html
SAS’discute est un site consacré à SAS de l’Université Catholique de Louvain

http://www.sit.ulaval.ca/dsac/sas/
Site de l’Université de Laval, qui comprend notammentun guide au format PDF et des conseils pour passer de Excel à SAS.

La comparaison dans les sciences sociales


Résumé du livre et table des matières

jeudi 27 janvier 2005, par Cécile Vigour

LA COMPARAISON DANS LES SCIENCES SOCIALES PRATIQUES ET METHODES

CECILE VIGOUR, La découverte, Coll. Repères, Guide, 336 pages. Parution en librairie le 27 janvier 2005.

Résumé du livre :

Le foisonnement des recherches comparées contraste singulièrement avec le peu de réflexion méthodologique sur l’usage et l’élaboration de la comparaison. C’est pourquoi il importe de revenir sur la démarche comparative, ses atouts et ses dangers : Qu’est-ce que comparer ? Pourquoi comparer ? Comment élaborer une démarche comparative ? Quels cas comparer ? Selon quelle stratégie ? À quelles conditions et avec quelles limites ? Quels écueils éviter ?

Ce livre se propose de définir les règles de la méthodologie comparative et d’aider à construire les conditions méthodologiques d’un usage rigoureux et pertinent de la comparaison dans les sciences sociales. Il vise également à réfléchir sur la spécificité de la démarche comparative dans chacune des disciplines : peut-on dégager, au-delà des différences, une logique unique dans la démarche comparative ? Le regard interdisciplinaire se double d’une mise en perspective historique d’autant plus nécessaire que la réflexion sur la comparaison se caractérise, dans l’ensemble, par l’absence de cumulativité.

S’appuyant sur des travaux fondateurs de la littérature sur la comparaison et tirant parti des expériences internationales récentes en la matière, ce guide se veut un instrument de travail pour les étudiants et les chercheurs en sciences sociales.

Table des matières :

Introduction : Une situation paradoxale
1. Qu’est-ce que comparer ?
2. La diversité des types de comparaison en sciences sociales
3. La comparaison : plus qu’une méthode, une manière de voir
4. Ouvrir la boîte à outil du comparatiste
MISE EN PERSPECTIVE HISTORIQUE

I / Une histoire des usages de la méthode
1. Les premiers modes de comparaison en sciences sociales
a. Les récits de voyage
b. Les réflexions sur les meilleurs modes de gouvernement

2. Un usage très ancien et légitime en droit et science politique
a. En science politique, une pratique ordinaire et en expansion
b. En droit, une pratique institutionnalisée et un usage classificateur

3. Dans les autres sciences sociales, des situations très différentes et variables au cours du temps
a. En anthropologie, la comparaison au cœur de la démarche de recherche
b. En sociologie, une méthode légitime, mais un temps délaissée
c. En histoire, une approche d’abord contestée
Conclusion : au-delà des diversités, dégager une démarche commune aux sciences sociales

II / Une même logique de comparaison dans les sciences sociales

1. La comparaison chez les pères fondateurs de la sociologie
a. Alexis de Tocqueville, ou la volonté de tirer des leçons de l’expérience américaine
b. Emile Durkheim : la primauté de la méthode des variations concomitantes
c. Max Weber ou la démarche idéal-typique

2. La reprise de cet héritage dans les années 1970
a. Adam Przeworski et Henry Teune : l’affirmation d’une logique d’enquête unique propre aux sciences sociales
b. Neil J. Smelser, une synthèse des programmes comparatifs des pères fondateurs de la sociologie

3. Les développements ultérieurs
a. L’analyse en termes de configurations sociétales
b. L’approche sociohistorique
c. Les « comparaisons contrôlées »

ELABORER UNE DEMARCHE COMPARATIVE

III / Les enjeux de la comparaison

1. Prendre de la distance par rapport à ce qui est familier
a. Le dépaysement,source de rupture épistémologique
b. Le comparatiste, entre distance et proximité
c. Les impasses de l’ethnocentrisme

2. Mieux connaître l’autre
a. Un objectif en soi
b. La volonté de « tirer des leçons »

3. Classer, ordonner
a. Un souci de clarification
b. Une pratique parfois non dénuée de jugements de valeur
c. La comparaison comme prélude à l’action

4. Généraliser
a. La recherche de régularités sociales et de leurs causes
b. Le test d’hypothèses
c. L’élaboration d’une théorie générale

IV / Choisir les unités de comparaison

1. Comment construire l’objet de recherche ?
a. Mobiliser ou élaborer des concepts définis précisément
b. Définir la question de recherche
c. Réfléchir aux facteurs qui influencent la production d’une recherche

2. Quelles unités comparer ?
a. Le constat de la diversité
b. Un choix souvent intuitif ou pragmatique
c. Un choix reposant sur une stratégie comparative

3. Combien d’unités comparer ?
a. L’étude d’un seul cas
b. L’étude de plusieurs cas
c. L’exhaustivité
d. Les quatre stratégies envisagées par M. Dogan et D. Pélassy

V / Construire le cadre de la comparaison

1. La place de la théorie dans la construction de la comparaison
a. Induction et déduction dans la construction de la problématique
b. La construction d’idéaux-types

2. Le choix du mode de comparaison
a. L’échelle de la comparaison
b. Analyses par les cas et par les variables
c. Analyses qualitative et quantitative

3. La construction du protocole d’enquête et les terrains
a. Par quel cas commencer ?
b. Adopter les mêmes méthodes d’investigation dans tous les terrains ?
c. Être vigilant face au risque d’introduction de biais culturels

VI / Produire une analyse comparée des données

1. Rassembler et mettre en perspective les informations
a. La réalisation de monographies provisoires
b. La construction de tableaux synthétique
c. L’élaboration de schémas et de configurations

2. Interpréter ressemblances et différences
a. À quelles ressemblances et différences prêter attention ?
b. Construire les équivalences, une activité exigeante

3. Généraliser
a. La tension entre généralisation et singularité
b. Établir et analyser les régularités
c. Que faire des exceptions ?

4. Restituer les résultats de la recherche comparative
a. Le travail du comparatiste, une herméneutique
b. Le classement des résultats : modélisation et typologies
c. Intérêts et limites des typologies
d. La restitution des résultats

Conclusion
Index des notions
Index des auteurs cités

Repères bibliographiques
1. Méthodologie générale de la comparaison
2. Méthodologie d’enquête et de recherche dans les sciences sociales
3. Méthodologie précise de la comparaison
4. Ouvrages concernant plus particulièrement la comparaison dans une discipline
5. Autres exemples de recherches comparées

similaire:

Introduction Cours de Méthodes quantitatives appliquées aux Sciences Sociales iconM ali hajjej tel: (00216)21405128 66 Rue de la Russie Essahabi 2 Kairouan 3100 tunisie
«Méthodes quantitatives pour l’expertise et la décision économique», Contrôle de gestion, études marketing (fidélisation, segmentation,...

Introduction Cours de Méthodes quantitatives appliquées aux Sciences Sociales icon«Sociologie et sciences sociales.» Un document produit en version...
«Sociologie et sciences sociales» — De la méthode dans les sciences, Paris: Félix Alcan, 1909, pp. 259-285

Introduction Cours de Méthodes quantitatives appliquées aux Sciences Sociales iconMathématiques Introduction aux mathématiques appliquées et pré-calcul 10e

Introduction Cours de Méthodes quantitatives appliquées aux Sciences Sociales iconBibliographie sélective Table des matières introduction generale...
«Santé publique» et est destiné aux étudiants en deuxième année de graduat en Sciences Infirmières pour toute les orientations

Introduction Cours de Méthodes quantitatives appliquées aux Sciences Sociales iconSciences de l'Education Sciences Sociales – Sciences Techniques des...

Introduction Cours de Méthodes quantitatives appliquées aux Sciences Sociales iconUniversité d’Evry Val-d’Essonne Appel à candidature : Bourses d’Excellence...
«UniverSud Paris». L’université propose des cours dans le domaine des sciences, de la technologie, en droit, en économie, en gestion...

Introduction Cours de Méthodes quantitatives appliquées aux Sciences Sociales iconTd sciences Appliquées sts

Introduction Cours de Méthodes quantitatives appliquées aux Sciences Sociales iconIntroduction «Apprentissages, cognition et émotion»
«méthodes pédagogiques» sur leur développement psychologique et enfin une réflexion sur la difficile articulation pour les enseignants...

Introduction Cours de Méthodes quantitatives appliquées aux Sciences Sociales icon3. Organisation de la spécialité de 2ème année «Master recherche...
«Master recherche miasc mathématiques et Informatique Appliquées aux Systèmes Complexes»

Introduction Cours de Méthodes quantitatives appliquées aux Sciences Sociales iconEcole Nationale des Sciences Appliquées
«Statistical Package for the Social Sciences», mais maintenant de «Statistical Product and Service Solutions». IL est le principal...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
m.21-bal.com