1propos liminaire : une charte académique (Aix-Marseille)








télécharger 191.09 Kb.
titre1propos liminaire : une charte académique (Aix-Marseille)
page5/5
date de publication07.01.2018
taille191.09 Kb.
typeDocumentos
m.21-bal.com > documents > Documentos
1   2   3   4   5




Extrait de la publication mensuelle du « Café pédagogique », janvier 2013

Apprendre à écrire : Une analyse décomposée
Comment peut-on aider les élèves dans l'apprentissage de l'écriture ? Les IUFM franciliens ont tenu le 28 novembre une "conférence de consensus" qui s'est attachée à formuler des propositions pédagogiques pour une activité prise en compte dans toute sa complexité. Car la rédaction engage aussi bien la graphomotricité, que l'orthographe, la rédaction, les genres.
Il y a bien un lien entre habileté orthographique et qualité rédactionnelle. C'est peut-être l'apport principal de la journée. Michel Fayol, Université Blaise Pascal, Clermont, a mis en évidence, à travers des suivis d'élèves, le rapport étroit entre certaines compétences orthographiques et la capacité à rédiger. Globalement le niveau orthographique prédit la qualité rédactionnelle. Un enfant qui fait beaucoup de fautes phonologiques ou lexicales aura généralement des compétences rédactionnelles faibles. Le lien n'est par contre pas établi avec l'orthographe grammaticale.
L'autre apport de Michel Fayol c'est de décomposer l'écriture pour en montrer la linéarité et la multitude de ses composantes. Pour lui, il est impératif de travailler séparément les différents savoir faire mobilisés pour la rédaction. On développera ainsi des automatismes qui permettront d'être mieux armés pour d'autres composantes. "Il faut accepter de décomposer et de travailler chaque composante séparément" , affirme-t-il. "Ce qui ne veut aps dire qu'il faille attendre le cm2 pour écrire son premier texte".
C'est peut-être cet encombrement de la mémoire qui fait qu'il n'est pas plus facile, pour lui, de faire appel au clavier pour faciliter l'écriture. "Quand on compare les performances , le nombre d'erreurs augmente quand on écrit avec un clavier", observe M Fayol. "L'écriture manuscrite est plus simple pour apprendre peut-être parce que dans le cerveau il y a une connexion entre ce que l'on fait et ce qu'on perçoit".
Quelle place pour la graphomotricité ? Marie-France Morin, université de Sherbrooke, Québec, a mis en évidence les liens entre graphomotricité et orthographe : les erreurs en orthographe diminuent quand la graphomotricité s'améliore. Le lien avec la qualité de la production finale est aussi établi. La question du style d'écriture se pose également. Les différents styles influeraient sur les habiletés orthographiques.
Claire Doquet, université Paris III, entre dans la rédaction par un angle nouveau celui de la génétique des oeuvres. Elle étudie les brouillons des écrivains ainsi que ceux des élèves pour relever le déroulé de l'acte d'écriture. Avec l'écriture sur traitement de texte cette approche a pu aller encore plus loin dans l'exploration de la construction du texte. Elle observe d'abord chez les écrivains deux façons opposées de construire le texte. Il y a les écrivains qui construisent le décor de l'oeuvre avant d'écrire. C'est le cas par exemple de Zola. Et ceux qui écrivent d'abord puis reviennent sur le texte, Proust par exemple. Chez les élèves, l'approche est différente. Les élèves souvent prévoient des éléments du texte avant la rédaction. Ils prévoient la façon dont ils vont le dire autant que ce qu'ils vont dire. Il splanifient la forme. Cela pose la question des capacités mobilisées : sont-ils capables de traiter en même temps toutes les tâches de l'écriture ?
C Doquet a montré également des démarches intéressantes pour aider à l'écriture. Par exemple, en s'inspirant de Zola, inviter les élèves à dessiner les lieux du texte ou à en faire des maquettes. Cela prémobilise le lexique, décharge l'élève des choses à imaginer dans le récit, facilite l'entrée dans le texte.
Sylvie Plane, Paris Sorbonne, aborde la question sous l'angle du "sujet écrivant" et de sa construction. Pour elle on devient "sujet écrivant" en développant pas uniquement des compétences standardisées mais aussi à travers une construction personnelle. En observant la construction du texte opérée par des élèves, par exemple avec un suivi oculaire, S Plane montre que l'écriture est linéarité et mobilise fortement la mémoire . Il est donc important d'avoir de nombreuses ressources prêtes en mémoire.
La conférence se clôt sur ce voyage dans les différentes composantes de la rédaction. Une activité abordée sous différents angles mais avec toujours le souci de la classe.
François Jarraud



Extrait de la publication mensuelle du « Café pédagogique », décembre 2012

Corriger une rédaction avec un traitement de texte
Sur le site de l'académie de Dijon, Bruno Himbert livre un très riche dossier pédagogique autour d'activités d'écriture et de correction au collège : sujet de rédaction et grille d'évaluation, travail collectif de lecture et d'auto-évaluation d'une copie, vademecum listant les étapes de la réécriture collective, travail d'utilisation du correcteur orthographique et de traces écrites papiers et numériques pour le classeur de l'élève.
http://lettres.ac-dijon.fr/?Corriger-une-redaction-avec-les




Extrait de la publication mensuelle du « Café pédagogique », novembre 2012

Un site de ressources FLE
« Aussi bien pour les profs que pour les étudiants », le blog d'Agnès Picot, professeur de Français langue étrangère (FLE), est une mine de précieuses ressources pédagogiques. A découvrir : fiches de vocabulaire, grammaire, civilisation, actualités, devoirs, techniques de classe, conseils TICE, jeux, quiz et diaporamas pour la classe...
http://lewebpedagogique.com/ressources-fle/




Extrait de La lettre d'information EDUSCOL – octobre 2012 

Ressources pour l'École

Français Langue de Scolarisation

Les enfants allophones nouvellement arrivés et les enfants issus de familles itinérantes et de voyageurs doivent bénéficier dès leur accueil d'une attention particulière afin de permettre une intégration efficace et aussi rapide que possible. Les ressources proposées visent à faciliter et à améliorer la prise en charge de ces élèves et leur scolarisation. Elles concernent autant les élèves du premier que du second degré. De nouvelles circulaires et un ensemble de ressources à disposition.
Français Langue de Scolarisation



Extrait de La lettre d'information de l’ESEN nº173 – 24 août 2012 

Les évaluations en lecture dans le cadre de la Journée défense et citoyenneté

Note d'information n° 12.13, ministère de l'éducation nationale

"Évalués dans le cadre de la Journée défense et citoyenneté, un peu plus de huit Français et Françaises de 17 ans sur dix sont des lecteurs efficaces. Près d'un jeune sur dix parvient à compenser des acquis limités pour accéder à une compréhension minimale des textes. Un jeune sur dix rencontre d'importantes difficultés face à l'écrit."

Consulter la Note d'information n° 12.13


Extrait de la publication mensuelle du « Café pédagogique », juin 2012

PISA et la lecture au collège
Que nous apprennent les enquêtes PISA sur les pratiques pédagogiques au collège ? Le CNDP publie, en partenariat avec la Division des études du ministère de l'éducation nationale (DEPP) une brochure qui tente de donner du sens aux résultats de PISA. Elle formule un certain nombre de préconisations pour améliorer l'enseignement de la compréhension de l'écrit au collège.
Présentée le 23 mai en présence du directeur du CNDP, Jean-Marc Merriaux et du directeur de la Depp, Jean-Michel Quéré, l'ouvrage est porté par des enseignants comme Hélène Moreau, professeur de lettres, Christian Mendivé, IPR et Anne Vibert (IG)., Plus besoin par contre de présenter PISA, la vaste enquête menée tous les 3 ans par l'OCDE auprès des élèves âgés de 15 ans. Il se trouve que la dernière étude PISA, celle de 2009, revient sur le thème principal de l'enquête de 2000, la compréhension de l'écrit (litteracy) permettant ainsi de comparer les résultats sur 10 ans. Si PISA a réussi à s'imposer dans le débat public, l'enquête a aussi ses limites. Il s'agit d'une enquête internationale qui évalue les compétences des élèves. Elle est assez éloignée des exercices traditionnels du système éducatif français même si les finalités sot les mêmes. Pisa évalue par exemple la capacité du lecteur à prendre du recul par rapport à un texte.
On le sait, si les résultats des jeunes français sont moyens ils enregistrent une baisse sensible de 2000 à 2009. La part des lecteurs faibles est passée de 15 à 20% et la France en compte davantage que la moyenne de l'OCDE. Les très faibles ont augmenté encore plus vite passant de 4 à 8%. L'écart entre les faibles et les forts s'est creusé en 10 ans et pas à cause d'une hausse du niveau des plus forts...
L'ouvrage tente de comprendre comment les jeunes français en sont arrivés là en analysant dans le détail les données PISA. Et la première caractéristique des élèves français c'est le fort pourcentage de non réponse.. Il dépend des questions posées mais pour celles où on demande de réfléchir et d'évaluer un texte cela atteint la moitié des élèves. Les élèves se protègent en ne répondant pas aux questions qu'ils jugent les plus difficiles. Ainsi les questions sur des textes longs ou croisant les domaines, celles où on demande de justifier ou une opinion personnelle sont fuies par les jeunes français.
C'est là où se fait le lien entre les résultats médiocres des jeunes français et les pratiques de classe. Anne Vibert, inspectrice générale, Hélène Moreau, professeur de lettres et Christian Mendivé, IPR, proposent des explications. "Force est de constater que le comportement des jeunes français...est le reflet des pratiques scolaires", notent-ils. "Pour beaucoup d'élèves, lire un etxte en classe revient à valider le sens établi par le professeur par avance, leur parole ne venant que timidement illustrer des axes d'interprétation convenus à l'avance. L'exercice d ela lecture n'a plus pour but l'élucidation et al construction du sens... Pour beaucoup d'élèves, le texte littéraire n'est plus uen voix éclairée dans la connaissance de soi et du monde mais un support stérile, une conscience morte". Du coup, pour nombre d'élèves lire et écrire restent "des efforts douloureux". Les auteurs déplorent le fait que les élèves soient trop accompagnés dans leur lecture. soit par des questionnaires soit par la lecture de l'enseignante.
La lecture au collège. Bilan des évaluations PISA, CNDP 2012. 9?
L'ouvrage
http://www.cndp.fr/crdp-paris/La-lecture-au-college-le-bilan-des




Extrait de La lettre d'information de l’ESEN nº168 – 11 mai 2012 

Renforcement de l'enseignement de l'orthographe à l'école

Bulletin officiel du ministère de l'éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative n° 18 du 3 mai 2012

Cette circulaire rappelle que l'orthographe doit faire l'objet d'un enseignement structuré, organisé et progressif qui s'appuie sur des leçons spécifiques et régulières chaque semaine tout au long de la scolarité élémentaire et poursuivies au collège.

Consulter la circulaire n° 2012-067 du 27 avril 2012

Consulter la présentation de la réforme sur le site Éduscol




Extrait de du site du café pédagogique, novembre 2011

PISA démontre l'urgence d' une réflexion sur le goût de la lecture
Un nouveau numéro de "Pisa à la loupe", le mensuel qui analyse les résultats de la grande enquête internationale, revient sur le goût d ela lecture dans les pays de l'OCDE. C'est que la réussite scolaire est étroitement liée au goût de
lire. Le temps passé à lire quotidiennement est fortement corrélé au niveau scolaire. C'est un conseil que les enseignants peuvent donner aux parents !
Or le goût de la lecture varie beaucoup d' un pays à l'autre. Il est très foirt en Albanie ou en Thailande, par exemple, où 90% des jeune slisent avec plaisir. IL est beaucoup plus faible en Autriche ou aux Pays Bas où la majorité des jeunes ne lisent pas avec plaisir tous les jours. La France fait partie de ces pays. Le rapport avec la lecture est généralement lié au niveau social mais aussi su sexe : les filles, les CSP + lisent davantage avec plaisir.  Enfin l'appétit de lecture est en déclin généralement dans les pays de l'OCDE. En FRance par exemple de 2000 à 2009 on est passé de 70 à 60% de jeunes aimant lire, ce qui, pour les raisons vues plus haut est inquiétant.
Mais voilà, l'OCDE montre aussi qu'il y a des exceptions. Il y a de spays où les garçons aussi lisent avec plaisir. C'est le cas par exemple en Thaïlande. Et il y a de spays où il n'y a pas de déclin dans la lecture, le Japon par exemple. Il y a donc des leçons à prendre pour enrayer un phénomène qui contribue au creusement des inégalités scolaires.
Pisa in focus n°8
http://www.oecd.org/document/45/0,3746,en_32252351_32235731_48363181_1_1_1_1,00.html
Quand les enseignants de collège se frottent aux difficultés de lecture
http://www.cafepedagogique.net/lemensuel/laclasse/Pages/2009/107_difficultesdelectur.aspx




Extrait de du site du café pédagogique, novembre 2011

La nouvelle orthographe avec Twitter
"Un-million-cent", "évènement", "entrainer", "il parait", "j'amoncèle" ,les minimums,"portemonnaie","aigüe", "je les ai laissé partir", "charriot", "ognon" ... : combien d'enseignants ne connaissent pas la nouvelle orthographe de ces mots et seraient tentés de souligner en rouge sur les copies d'élèves des "fautes" qui n'en sont désormais plus ! Les nouvelles règles à appliquer peuvent être consultées sur le site "orthographe-recommandée.info", il est désormais possible aussi de les apprendre avec le réseau social Twitter, comme par exemple à travers ce tweet : "Des ravioliS, des spaghettiS, des
macaroniS…Pas d’exceptions pour les plats exceptionnels ! (règle B2)". Sur le compte "GQMNF", du lundi au vendredi, un gazouillis sera ainsi posté quotidiennement pour rappeler et illustrer en 140 caractères la nouvelle orthographe : un moyen simple et ludique de se former en douceur, une nouvelle piste pédagogique pour travailler l'orthographe avec les élèves ?
Le compte Twitter
http://twitter.com/#!/gqmnf




Extrait de du site du café pédagogique, novembre 2011

Ce qui ressemble le plus aux articles habituels de la revue c'est celui d'Eric Charbonnier et Sophie Vayssettes. Les experts de l'OCDE y analysent les résultats d'une enquête sur la lecture. Les enseignements ont à voir avec le sujet. La durée de lecture par plaisir influence les résultats scolaires. "Le simple fait de lire par plaisir 30  minutes par jour améliore de façon significative la performance des élèves". L'écart de score entre ceux qui lisent 30 minutes et ceux qui ne lisent pas du tout représente 30 points de PISA dans la plupart des pays de l'OCDE, c'est à dire presque une année scolaire et même 60 points en France et Belgique ! Mieux encore : ce plaisir là arrive à compenser les inégalités scolaires liées aux inégalités
sociales. Or malheureusement en France de moins en moins de jeunes lisent par plaisir : on est passé de 70% à 60% depuis 2000.
Or ce n'est pas le cas partout. Par exemple ce n'est pas le cas aux Etats-Unis, en Allemagne, ou au
Canada.
Le plaisir et l'ennui à l'école. Revue internationale d'éducation de Sèvres, n°57, Sèvres 2011.




Extrait du FOCUS Focus sur les essentiels de l'actualité éducative  n°245, mai 2011

Les hommes et les femmes face à l’illettrisme
Dans cette étude, l’Agence nationale de lutte contre l’illettrisme (A.N.L.C.I.) analyse les inégalités persistantes face à l’illettrisme en fonction du genre. En effet, les hommes en situation d’illettrisme sont plus nombreux que les femmes : 59 % des personnes illettrées sont des hommes. L’usage de l’écriture plus rare chez les hommes, leurs résultats scolaires plus médiocres et un décrochage plus précoce expliquent au moins en partie cette inégalité. Cependant, les femmes, bien que moins souvent en situation d’illettrisme, sont plus souvent au chômage.
L’étude de l’A.N.L.C.I. (mai 2011)

Apprendre à écrire : du mot à l'idée
L’Institut français de l’éducation (IFÉ) consacre son dossier d’actualité de mai à l’apprentissage de l’écrit, un apprentissage « en crise dans de nombreux pays à l’heure où les exigences en littératies sont importantes au sein des sociétés ». Il rend compte des travaux de recherche récents et des approches de nombreux pays, et s'interroge sur les bouleversements introduits par les usages numériques.
Dossier d'actualité Veille et analyses n° 62 de l’IFÉ (mai 2011)




Extrait du Bulletin hebdomadaire du Ministère de l’Education nationale du 4 novembre 2010

Actions éducatives
Actions éducatives en faveur de la langue française
circulaire n° 2010-198 du 28-10-2010- NOR MENE1026442C




Extrait du CRN actualités n°85, octobre 2010

La préparation du français au baccalauréat professionnel

Le site Eduscol propose dans sa rubrique « Enseignement général de la voie professionnelle » des ressources pour l’enseignement de la discipline du français pour les classes préparant au baccalauréat professionnel :

http://eduscol.education.fr/cid50211/ressources-en-francais.html




Extrait du Café pédagogique, mars 2009

Neurosciences (…)

Le toucher facilite l'apprentissage de la lecture
"Le toucher permet de mieux connecter la vision et l'audition et donc facilite
l'apprentissage de la lecture chez les adultes" affirme le CNRS dans un
communiqué. "C'est ce que viennent de montrer l'équipe d'Édouard Gentaz,
chercheur CNRS au laboratoire de Psychologie et Neurocognition de Grenoble
(CNRS/Université Pierre Mendès France de Grenoble). Ces résultats, publiés le
16 mars dans la revue PloS One, devraient permettre d'améliorer les méthodes
destinées à favoriser l'apprentissage de la lecture aussi bien chez les enfants
qui apprennent à lire que les adultes qui essaient d'acquérir une langue
étrangère".

Selon cet article, "lorsque les stimuli visuels sont explorés à la fois par la
vision et le toucher, les adultes apprennent plus efficacement des associations
arbitraires entre stimuli auditifs et visuels". Ces travaux corroborent des
recherches précédentes menées auprès d'enfants. L'efficacité de la méthode
multisensorielle s'explique par des propriétés spécifiques du sens haptique qui
favorise la connexion entre la vision et l'audition.
Article PlosOne
http://www.plosone.org/article/info%3Adoi%2F10.1371%2Fjournal.pone.0004844
Aide à l'écriture
http://www.cnrs.fr/insb/recherche/parutions/articles08/bluteau.htm



Extrait du Café pédagogique, février 2009

A la une : l’enseignement du français sur Vie pédagogique
Par Adeline Sontot-Buisson
La langue française, bastion des enseignants de Lettres ?
Le mot d’ordre qui préside à ce dossier est l’interdisciplinarité. Développer,
améliorer et évaluer la langue française ne devrait pas uniquement être affaire
d’enseignants de Lettres. Musique, mathématiques, sciences physiques… autant
d’occasions d’enrichir le langage des élèves puisque chaque enseignant maîtrise
un domaine de langage spécifique. L’idée séduit, mais concrètement ?

La langue : outil de structuration de la pensée
Une table ronde d’enseignants a mis en lumière plusieurs points de travail à
méditer. Ressortent de cette enquête, notamment, le besoin de varier les
situations de communication, d’établir des passerelles efficaces entre le
langage institutionnel et celui des élèves, ainsi qu’une réflexion sur les
registres de langue. La généralisation de l’interdisciplinarité donnerait du
sens à l’école, à rendre visible le chemin d’apprentissage qu’empruntent les
élèves. En bref, les enseignants de Montréal souhaitent ancrer l’école dans la
réalité quotidienne des élèves, et espèrent par ce biais consolider la
communication. Une fois encore, si un océan nous sépare, nos préoccupations en
revanche peuvent se rejoindre.

Le problème de l’évaluation interdisciplinaire
Cette enquête met en lumière une problématique commune entre l’enseignement
québecquois et la mise en place du socle commun en France. Comment mettre en
place une évaluation interdisciplinaire de la langue ? Le raccourci le plus
évident consiste à évaluer l’orthographe, à laquelle notre langue ne se réduit
pas , peu s’en faut. Plusieurs propositions sont suggérées. En ce qui concerne
les pratiques de lecture, chaque enseignant peut orienter les élèves vers des
magazines spécialisés.

Norme et usage
La distorsion entre la langue des enseignants et celle des élèves grandit
d’année en année. Comment établir une communication efficace en maintenant un
français académique dans une salle de cours ? Si les enseignants, de lettres en
particulier, demeurent les gardiens du trésor de la langue français (ceci n’est
pas une marque déposée), ils doivent avant tout rester compréhensibles par
tous. Des extraits d’un article de Charles-Eugène Lessard, « La norme et les
registres de langue », publiés sur le site iquébec.com en 2001, éclairent le
débat.
La tolérance est de mise en ce qui concerne le langage des élèves. Fautes de
langue ? Non, transgression d’un registre écrit. Respect et compréhension
faciliteraient les échanges et apaiseraient les heures de cours dans les
établissements difficiles. M. Lessard, spécialité de la norme langagière,
instaure cinq registres de langue :
-        Registre standard : celui de l’école, des communications publiques ; le
registre étalon qui permet de définir les autres strates de la langue ; il est
conforme aux dictionnaires et aux règles de grammaire
-        Registre familier : celui de l’intimité, qui comprend pléonasmes et
hypocoristiques
-        Registre populaire : il se caractérise par les emprunts, les
régionalismes et tous les écarts autorisés par rapport à la norme (comme, par
exemple, modifier le genre d’un mot). L’expression « jouzent aux cartes » entre
dans cette catégorie.
-        Registre argotique : propre à un groupe donné
-        Registre littéraire : celui des romans et de la poésie
Cette classification étonne, déroute (litote). Rappelons toutefois que, toute
francophone que soit leur langue, elle s’écarte en bien des points (notamment
lexical) de notre français gaulois. N’empêche…
La conclusion de cette étude, en revanche, se rattache à notre propre système
scolaire. Il n’est peut-être plus question de corriger la langue des élèves
mais de leur apprendre à jouer avec les registres pour s’adapter aux diverses
situations de communication. Et pour jouer, il faut connaître les règles.
L’élève apprend à l’école à dire autrement ce qui lui a été inculqué depuis sa
naissance. Mais là encore, quid des élèves issus de milieux étrangers qui, une
fois rentrés du collège, reprennent leur langue natale ? Quid des élèves dont
le niveau scolaire, même au collège, surpasse celui de leurs parents ? Ces
situations préoccupent car elles créent parfois des clivages entre l’école et
les familles. Autant de failles dangereuses pour des élèves susceptibles de
déscolarisation(…)

Vie pédagogique, n°148, décembre 2008
http://www.mels.gouv.qc.ca/sections/viepedagogique/149/index.asp


3travail en equipe




Extrait de la lettre d’actualités d’Educ’pros.fr, 20 novembre 2013

François Taddei : "Il faudrait créer des 'qualifications blanches' pour les enseignants-chercheurs au croisement de plusieurs disciplines"
MOOC, serious game, classe inversée, interdisciplinarité... Jamais éducation n'a autant rimé avec innovation. Pas de quoi surprendre François Taddei, directeur du Centre de recherches interdisciplinaires (CRI) qui, depuis 2005, initie des projets novateurs en matière d'éducation et d'interdisciplinarité. Installé depuis la rentrée 2013 dans de nouveaux locaux de 6.000 m2 au centre de Paris, ce chercheur en biologie des systèmes nous parle des projets actuels ou à venir de ce CRI. Toujours à la marge mais qui portent de plus en plus loin. Nouveau volet de notre série des entrepreneurs pédagogiques.




Extrait de la lettre d’actualités d’Educ’pros.fr, 4 octobre 2013

Communication : les 10 fautes à ne plus commettre
par Ghislain Bourdilleau

Pourquoi ne savez vous pas communiquer ? Pourquoi n’êtes-vous pas entendu ou compris ? C’est un peu de la faute des autres… mais un peu de la votre aussi… mais en évitant les erreurs suivantes, ça ira mieux. Aussi, concentrez vous sur vous, soyez exemplaires ou à défaut professionnels et ne vous énervez plus sur […]

Lire la suite




académie d’Aix Marseille Page sur
1   2   3   4   5

similaire:

1propos liminaire : une charte académique (Aix-Marseille) iconMaître de Conférences, iufm & Université Aix-Marseille
«La lutte contre l'échec scolaire : socio-didactique du français», 27-28 janvier 1998, Marseille, iufm

1propos liminaire : une charte académique (Aix-Marseille) iconUniversité Paul Cézanne Aix-Marseille III

1propos liminaire : une charte académique (Aix-Marseille) iconSujets d’annales : thales correction exercice 1 : Brevet des collèges...

1propos liminaire : une charte académique (Aix-Marseille) iconUniversité Aix-Marseille III (Paul Cézanne)
«Classif xls» associé à un mode d’emploi inclus dans le fichier «Classif doc» lisible avec le traitement de textes word (Microsoft)....

1propos liminaire : une charte académique (Aix-Marseille) iconDéclaration liminaire du snudi fo 81

1propos liminaire : une charte académique (Aix-Marseille) iconBonjour! Je m'appelle Marie Tournier. Je suis française. J'habite...

1propos liminaire : une charte académique (Aix-Marseille) iconCours : Les anciens voire très anciens : éducation préscolaire Les...
«kindergarden», avec une pratique éducative mais pas scolaire, avec un taux de fréquentation d’environ 50% à 6 ans. Mais pourquoi...

1propos liminaire : une charte académique (Aix-Marseille) iconNote liminaire, p. 2 Début, p. 9 Table des matières, p. 3 et p. 429...
«non pas seulement du nom mais des noms du père». Ce séminaire se réduira à une seule leçon du fait que le professeur

1propos liminaire : une charte académique (Aix-Marseille) iconDans la nationalite francaise
«adhésion aux principes et aux valeurs essentiels de la République» et signer la Charte des droits et devoirs du citoyen

1propos liminaire : une charte académique (Aix-Marseille) iconChristian demesmaeker 26 Rue Portalis 13100 aix en Provence 06. 16. 53. 48. 35 








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
m.21-bal.com