Projet expérimental de liaison cm2/6ème du collège Jean Moulin de Montceau les Mines








télécharger 35.56 Kb.
titreProjet expérimental de liaison cm2/6ème du collège Jean Moulin de Montceau les Mines
date de publication21.10.2016
taille35.56 Kb.
typeDocumentos
m.21-bal.com > documents > Documentos
De rupture à continuité

Projet expérimental de liaison CM2/6ème du collège Jean Moulin de Montceau les Mines

Constats à l’origine du projet
Depuis plusieurs années, sont organisés des stages de liaison disciplinaires qui n’aboutissent que rarement à une évolution des pratiques des enseignants du 1er et 2d degré.

La nécessité de créer des parcours personnalisés au collège et la mise en place de l’accompagnement personnalisé impliquent une plus grande concertation entre les enseignants du 1er et du 2d degré.

Encore trop d’élèves rencontrent des difficultés importantes à l’entrée en 6ème.

Les objectifs
Pour éviter la rupture que représente l’entrée au collège dans le parcours scolaire des jeunes, le collège Jean-Moulin et l’Inspection primaire de Montceau les Mines ont résolument choisi de tisser un lien régulier et soutenu entre les enseignants et entre les établissements scolaires du secteur.
Construire une vraie continuité entre le primaire et le collège, concrétiser les apports théoriques apportés par plusieurs stages de liaison disciplinaires, favoriser l’innovation des pratiques pédagogiques dans le but de faciliter et d’accompagner l’entrée au collège des élèves et ainsi de mener une vraie politique de prévention du décrochage, telle est l’ambition de cette action de liaison CM2/6ème menée au collège Jean Moulin. Les mots clefs de ce dispositif sont : co-construction de séquences d’apprentissage, échanges des services, accueil des élèves et connaissance mutuelle des conditions et pratiques d’enseignement.

Les différents leviers du projet

  1. L’information : indispensable mais pas suffisante

Les journées portes-ouvertes ont beau être un classique du genre, elles restent un moment privilégié d’information pour les futurs élèves. Le moment aussi de montrer le collège comme un lieu de vie à part entière. Mais soyons francs : surtout ses bons côtés.

Or il importe de ne pas minimiser les changements qui s’annoncent et les efforts qui seront à fournir pour les futurs 6èmes. C’est pourquoi une information plus formelle est organisée pour les écoles de secteur, en deux temps. D’abord, c’est la CPE du collège qui se déplace dans chaque école pour présenter la vie scolaire du nouvel établissement. Ensuite, ce sont les élèves de CM2 qui passent une journée d’intégration dans les classes, parrainés par un élève de 6ème.

Les parcours particuliers qui sont offerts par le collège sont également présentés dans les écoles par les enseignants porteurs de ces projets : le parcours tremplin, sur lequel nous reviendrons, la classe à projet artistique et culturel « excell’en scène ». Les jeunes et leurs familles s’engagent ainsi plus lucidement dans l’entrée en 6ème.

  1. Familiariser aux locaux, aux personnels, aux méthodes de travail

Visiter le collège, c’est bien, y travailler, c’est mieux. C’est aussi nécessaire parfois. Et pour une des écoles du secteur, située à moins de 500 m, c’est un jeu d’enfant de venir en cours d’anglais avec un professeur de collège. De même, il est intéressant de profiter des installations informatiques du collège : ainsi la même école sera cette année la bienvenue dans les salles informatiques du collège.

Mais c’est aussi à travers un échange de service des enseignants que les jeunes du primaire peuvent se familiariser au collège et, une fois en 6ème, retrouver leurs enseignants de CM2. Dès la rentrée 2012, trois professeurs de collège, en Anglais, Maths et Français, sont allés faire cours aux CM2 d’une des écoles de secteur, tandis que le maître venait soutenir ses anciens élèves, tant sur le plan disciplinaire que sur le plan de la vie scolaire. Les enfants de CM2 découvraient ainsi les méthodes des enseignants du secondaire, le format du cours de 55 minutes, le passage de relais entre plusieurs professeurs. Dans le même temps, les nouveaux élèves de 6ème bénéficiaient du soutien rassurant d’une figure bien connue. Jugée un peu perturbante pour les CM2, cette formule a été repensée cette rentrée.

Depuis la rentrée 2013, des échanges de service se déroulent chaque semaine entre les Professeurs des Ecoles des cinq écoles de secteur et des professeurs du collège. Au premier semestre, des professeurs d’anglais prennent en charge les classes de CM2 des écoles pendant que les professeurs de CM2 travaillent avec leurs anciens élèves de CM2 en demi-groupe, l’autre demi-groupe travaillant avec des assistantes pédagogiques. Cet échange se déroule sur un des deux créneaux horaires dédiés à l’accompagnement personnalisé, sur lequel toutes les classes de 6ème sont alignées.

Après les premières séances consacrées au ressenti des élèves par rapport à leur nouveau statut de collégien et à leurs attentes, les professeurs des écoles se mobilisent sur la remédiation des difficultés et l’élaboration d’affiches didactiques. Au deuxième semestre, les échanges se poursuivront avec des professeurs d’Histoire-Géographie, de Mathématiques et de Français qui interviendront soit sur des projets propres à chaque classe, soit pour l’enseignement de leurs matières. Les professeurs des écoles continueront sur ce temps à travailler avec leurs anciens élèves sur la réalisation de travaux dont ils ont la pratique quotidienne, comme journal de classe ou frise chronologique. Une des enseignantes a créé un journal entre l’école et le collège, qui sera un véritable trait-d’union entre les jeunes du primaire et du secondaire.

Le réseau prend forme, les rencontres indispensables sont soutenues par l’Inspecteur d’un côté et le Chef d’établissement de l’autre, facilitées par le coordonnateur de secteur : le travail en commun devient vraiment possible.

  1. En visée, la continuité des apprentissages

L’échange de service n’est pas utile qu’aux enfants, elle l’est aussi aux enseignants. Il vise la meilleure connaissance du travail de chacun, voire l’échange de pratiques. En d’autres termes, chacun sort de son pré carré…

C’est ainsi qu’on se rend compte aussi de la nécessité de maintenir certains usages du primaire en 6ème. Le principe de la salle unique pour cette classe a été adopté à Jean-Moulin. Les élèves ne se déplacent que pour rejoindre les salles spécialisées : musique, arts plastiques, SVT. Le maximum de leur temps est passé dans un même lieu de référence. Ils y possèdent leurs casiers, transportant le minimum d’affaires de classe d’une salle à une autre. On a décidé d’y apposer, comme dans une salle de primaire, des affichettes aide-mémoire, des frises chronologiques, des traces des travaux de l’année en cours : on y garde la trace d’un chez-soi familier tout en réduisant le stress des déplacements, on apprivoise plus en douceur l’espace vaste du collège.

Le but, bien entendu, reste de créer le maximum de passerelles entre l’école et le collège. L’accompagnement personnalisé est le lieu par excellence pour concrétiser ce lien en 6ème, puisqu’il permet de suivre dans la durée les progrès de l’enfant entre palier 2 et palier 3, de combler les lacunes, de favoriser les talents aussi. Pour certains élèves en difficultés notables, les PPRE passerelles permettent de mettre en place des remédiations plus exigeantes et plus systématiques.

Enfin, la création à Jean-Moulin du parcours Tremplin a permis une avancée importante dans l’individualisation des parcours entre palier 2 et palier 3. Les élèves qui s’engagent dans ce parcours sont ceux qui ont besoin de temps pour parfaire leurs apprentissages des compétences du palier 2 et aborder plus lentement le palier 3. Ils bénéficient de tout le premier semestre pour y parvenir. Ensuite seulement, ils entrent dans les apprentissages de la 6ème proprement dite. Ainsi, en trois années, les programmes des 6ème et 5ème seront balayés, le programme de 4ème sera abordé, de façon à donner aux jeunes les fondamentaux qui leur permettront, une fois intégrée une 4ème « ordinaire », de terminer le cycle central avec assurance. Avec trois années de recul, les bénéfices de ce parcours s’avèrent précieux, et les demandes sont nombreuses pour intégrer le dispositif.

Meilleure connaissance des pratiques propres à chaque niveau, familiarisation des élèves avec le collège, suivi individualisé des apprentissages, tels sont les paris que le collège Jean-Moulin et l’Inspection primaire de Montceau relèvent en favorisant au quotidien les contacts entre le primaire et le secondaire. Sur un secteur habité par des familles fortement défavorisées (réseau ECLAIR), où l’Ecole a pleinement son rôle d’intégrateur social à jouer, l’enjeu est de taille, si l’on ne veut pas voir certains renoncer à atteindre le fameux socle, pas toujours facile à échafauder.
Les témoignages
Pierre Suchet, professeur des écoles à l’école Jacques Prévert, coordonnateur du comité exécutif du réseau ECLAIR et intervenant dans ce dispositif.

« Les élèves de CM2 se disent bien préparés à leur entrée au collège et ils ont la possibilité d’y être accueillis la dernière semaine d’août avant la rentrée de tous. Les parents trouvent que ces échanges permettent aux enfants de comprendre les liens qui existent entre l’élémentaire et le collège. Pour la plupart, ils pensent que l’enseignant de CM2 est un référent à leurs yeux et qu’il s’agit là d’un véritable accompagnement. Ce suivi évite qu’une fracture trop grande soit ressentie de façon néfaste par les jeunes collégiens. »
Des élèves de CM2 de l’école Lucie Aubrac.

Louane : « Les cours d’anglais sont très intéressants car on découvre cette langue de façon différente »

Lucie : « J’aime les cours d’anglais car cela permet de voir de quoi sera fait demain »

Tarik : « C’est bien car c’est une professeure de Jean Moulin et cela nous entraîne pour notre futur. »

Shaima : « On apprend beaucoup de choses sur les pays anglophones, sur l’alphabet et les nombres »

Wahib : « L’anglais c’est aussi sous forme de jeux et de musique : c’est super ! »
Des élèves de 6ème qui ont bénéficié l’an passé de l’intervention d’un enseignant du collège.

Revoir son maître de CM2 en 6ème

Alicia : « Si on a oublié des choses qu'il nous a apprises, il peut nous les rappeler »

Anissa : « Le travail, on le fait mais avec un autre prof. C'est comme si on faisait français, histoire, maths, mais avec un seul prof, celui de l'année dernière »

« Aussi, dans les séances du vendredi, on revoit des copains de l'année dernière qui sont plus dans notre classe »

Pierre : « C'est bien, on écrit un journal pour l'autre école, comme ça on leur parle du collège et eux ils nous parlent de l'école »

Ilham : « C'est très bien qu'on la revoie, parce qu'on avait tous pleuré en fin d'année dernière en la quittant. Là, on lui raconte ce qu'on a fait dans la semaine, et on parle de nos projets de classe »

Fréquenter des profs de collège en CM2

Djamila : «Avec vous, on avait lu plein de poèmes »

Naïra : « Vous nous avez appris des choses en français, maintenant elles sont plus faciles pour le collège 

Dilan : « Pour l'anglais, on avait comme ça un vrai prof d'anglais » (sic !)

« Vous veniez faire du français et des poésies, et moi je voulais que l'année d'après vous soyez notre prof principal, comme ça j'étais sûr de vous connaître »

Marie : « Vous êtes venu nous présenter la classe d'Excell'en scène, et ça m'a donné envie de m'inscrire, c'est pour ça que je suis là »
Samuel Jaudon, professeur de lettres au collège, préfet des études niveau 6ème :

« Une heure de français à l’année en CM1-CM2 : des heurts et des bonheurs.

Un élève de fin de primaire et un élève de début de secondaire se ressemblent comme deux gouttes d’eau : il faudrait d’ailleurs d’extraordinaires conditions climatiques pour qu’en deux mois d’été, ils soient très différents l’un de l’autre ! Ce seul constat justifierait qu’on se déplace pour se rendre dans une classe de CM2 quand on enseigne en cycle d’adaptation du collège.

Lorsque je l’ai fait, une année entière, pour donner un cours régulier de français dans une classe de CM1-CM2, j’ai très vite compris l’effort énorme que nous demandions aux jeunes de 6ème : tout à coup, et d’une heure sur l’autre, ils doivent accorder leur confiance à une nouvelle personnalité, adopter un langage jargonneux en diable, avec des mots qui d’une discipline à l’autre n’ont même pas une signification unique, se couler dans un rythme de travail où l’essentiel doit être compris entre deux sonneries, déchiffrer l’écriture d’un professeur trop souvent peu soucieux de sa calligraphie au tableau, le tout en restant calmes si possible… Inutile de raconter les malentendus, le stress partagé, les fous rires ou les coups de colère, le spleen parfois qui suivent ces séances. Et puis on s’apprivoise, chacun faisant les efforts qu’il faut… On se familiarise. Je les ai retrouvés cette année, en 6ème, ces élèves que je voulais saturer l’an passé d’un savoir tout professoral. Mais c’est avec plaisir que nous revenons sur des textes lus ensemble, des notions déjà évoquées, des exigences particulières… et même quelques tics de travail ! On s’est adoptés, en quelque sorte. »
Valentine Courtois, professeur d’anglais au collège :

« En accord avec les professeurs des écoles de CM2 et l’ensemble des collègues d’anglais du collège, nous avons défini les notions qui seront abordées lors des interventions en CM2. La liaison CM2-6ème permet aux enseignants, d’une part de faire le lien entre ce qui a été découvert à l’école primaire et l’anglais tel qu’il est enseigné au collège, mais aussi et surtout d’essayer de donner aux élèves le goût de la langue grâce à des activités ludiques. Les élèves peuvent ainsi approfondir leurs connaissances et être mieux préparés au passage en 6ème et à l’enseignement de l’anglais comme moyen de communication autour de tâches complexes. »
Marie Ange Darnaud, professeur d’histoire géographie au collège.

« J’ai intégré l’équipe qui participe à la liaison école collège en septembre 2013. J’ai participé à des réunions avec les professeurs des écoles qui interviennent dans le collège. Nos échanges ont été riches et constructifs. Ils m’ont permis de préparer sereinement mes futures interventions dans deux écoles du secteur à partir du mois de février. Ma collègue de l’école Voltaire Rousseau m’a par exemple demandé de travailler avec ses élèves sur l’industrialisation au XIX° siècle. Nous étions toutes les deux désireuses de mêler à la fois histoire et patrimoine. C’est donc tout naturellement que j’ai basé toute la construction de ma séquence sur la famille Schneider du Creusot en tant que fil conducteur. Nous avons déjà convenu d’une sortie au Creusot lors de ma dernière intervention dans sa classe. L’idée est d’amener les élèves à découvrir leur patrimoine avec une visite de la ville intitulée « Les Schneider : de la naissance à la mort ». Les élèves seront invités à découvrir tous les lieux construits par la famille Schneider pour leurs ouvriers (hôpital, écoles, église, pharmacie, maison de retraite, monuments aux morts…). La notion de paternalisme abordée au collège sera alors plus facilement compréhensible par ces élèves. »

.

Virginie Sparta, CPE au collège.

Le 1er contact avec les élèves de CM2 a lieu au mois de janvier. Je prends en charge les élèves de CM2 pendant deux heures dédiées à la concertation entre professeurs des écoles et du collège. J’aborde avec eux une des premières notions abordées en éducation civique en 6ème : « la vie au collège », avec deux objectifs : découvrir le fonctionnement du collège et en connaître le personnel. Je demande aux élèves de reproduire sous forme d’un dessin le collège idéal ou tel qu’il l’imagine en positionnant tous les acteurs de la vie de celui-ci et en leur demandant de trouver un objet imageant chaque fonction. Ces représentations nous permettent alors d’échanger sur le rôle de chacun. Les élèves de CM2 viendront passer ensuite une journée au collège pour approfondir ce travail. « Traverser la rue » pour aller découvrir ce qui se joue en classe de CM2 permet d’affiner la connaissance des futurs collégiens et d’être rapidement efficace dans la prise en charge d’éventuelles difficultés. »
Les perspectives
Afin de renforcer cette liaison et de la rendre encore plus efficiente, différentes pistes de travail sont explorées.

Au cours de l’année 2013/2014, des actions sont déjà programmées. Le stage de liaison CM2-sixième se déroulera autour de l’histoire des arts. Il permettra d’impliquer les professeurs d’école des classes de CM des écoles élémentaires du secteur et les professeurs de sixième de plusieurs champs disciplinaires : histoire, arts plastiques, français, musique, sciences …

Les enseignants de cours moyen et de sixième travailleront sur un outil de liaison qui pourrait prendre la forme d’un classeur numérique.

Toutes les actions de liaison permettront bien sûr également de donner du sens et du contenu au conseil école-collège.

similaire:

Projet expérimental de liaison cm2/6ème du collège Jean Moulin de Montceau les Mines iconRésumé : Après avoir fait le constat de la nécessité d’intégrer les...
«défis lecture», les «défis maths», la journée d’accueil des cm2, la rencontre sportive cm2-sixieme du mois de juin, sont passés...

Projet expérimental de liaison cm2/6ème du collège Jean Moulin de Montceau les Mines iconQue peut apporter la classe à projet football pour les élèves et...

Projet expérimental de liaison cm2/6ème du collège Jean Moulin de Montceau les Mines iconLiaison école collège autour de l’écrit de l’élève

Projet expérimental de liaison cm2/6ème du collège Jean Moulin de Montceau les Mines iconEcole elementaire jean moulin –saint germain en laye
«décalé», les enfants sortent de façon aléatoire, soit par le grand portail, soit par la porte de la salle polyvalente afin d’essayer...

Projet expérimental de liaison cm2/6ème du collège Jean Moulin de Montceau les Mines iconCollege jean zay

Projet expérimental de liaison cm2/6ème du collège Jean Moulin de Montceau les Mines iconDans le cadre de la réforme du collège, veuillez trouver ci-dessous...

Projet expérimental de liaison cm2/6ème du collège Jean Moulin de Montceau les Mines iconFiche d’identité tice du collège Jean Baptiste Clément à Colombes

Projet expérimental de liaison cm2/6ème du collège Jean Moulin de Montceau les Mines iconProjet pédagogique du collège jeanne d’arc

Projet expérimental de liaison cm2/6ème du collège Jean Moulin de Montceau les Mines iconEffectifs : 66 cp, 67 ce1, 67 ce2, 80 cm1, 60 cm2 soit 341 élèves...
«les familles dont les deux parents travaillent» sera supprimée, IL n’y a plus de critères pour inscrire un enfant à la garderie

Projet expérimental de liaison cm2/6ème du collège Jean Moulin de Montceau les Mines iconEps présentation des activités sportives en classe de 6ème,, du cross,...
«Mini concert» : Rencontre avec le professeur de musique et la chorale des enseignants








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
m.21-bal.com