Up 01 : Introduction à la comptabilité analytique








télécharger 118.93 Kb.
titreUp 01 : Introduction à la comptabilité analytique
date de publication11.04.2017
taille118.93 Kb.
typeDocumentos
m.21-bal.com > comptabilité > Documentos
ECOLE DE FORMATION EN TECHNIQUES DE GESTION




COMPTABILITE ANALYTIQUE

D’EXPLOITATION



SOMMAIRE

UP 01 : Introduction à la comptabilité analytique

  1. Définition

  2. Objectifs et utilité de la comptabilité analytique

  3. Comparaison entre comptabilité analytique et comptabilité générale


Application : QCM

UP 02 : Le coût et la charge

  1. Définition du coût

  2. Types de coûts

  3. Prix de vente et coût de revient

  4. Définition de la charge

  5. Type de charges


Application : QCM

UP 03 : Les charges incorporables au coût

  1. Charges incorporables de la comptabilité générale

  2. Charges Non Incorporables de la comptabilité générale « CNI »

  3. Eléments Supplétifs Incorporables « ESI »


Application : Exercice de détermination de charges de la comptabilité analytique.

UP 04 : Hiérarchie des coûts

  1. Le coût d’achat

  • Prix d’achat

  • Frais d’achat

  1. Le coût de production

  • Coût de fabrication

  • Charges de production

  1. Le coût hors production

  • Coût de distribution

  • Coût d’administration

  1. Le coût de revient


Application : Exercices de calcul de coût de revient selon la hiérarchie des coûts.

UP 05 : Impact des stocks sur le calcul des coûts

  1. Evaluation des entrées en stocks

  2. Evaluation des sorties de stocks

  • Coût unitaire moyen pondéré « CUMP »

  • Coût mensuel moyen pondéré « CMMP »

  • First In First Out « FIFO » ou PEPS

  • Last In First Out « LIFO » ou DEPS

  1. L’inventaire

  • L’inventaire permanent

  • L’inventaire intermittent

Application : Exercice d’application pour la maitrise des différentes méthodes d’évaluation de stocks ainsi que l’impact du choix de la méthode sur le coût de sortie de stock

UP 06 : La méthode des sections homogènes « coût complet »

  1. Principe de base de la méthode

  2. Charges directes et charges indirectes

  3. Affectation des charges directes

  4. Imputation de charges indirectes

  5. Centres d’analyse

  • Définition d’un centre d’analyse

  1. Centres auxiliaires et centres principaux

  2. Répartition des charges indirectes sur les centres d’analyses

  • Répartition primaire et répartition secondaire

  • Tableau de répartition des charges indirectes « TRCI »

  1. Prestations internes entre centres d’analyse

  • Prestations unilatérales

  • Prestations bilatérales

  1. Les unités d’œuvre des charges indirectes

  • Définition de l’unité d’œuvre

  • Type d’unités d’œuvre

  1. Calcul du résultat analytique

  2. Récapitulation des étapes de mise en œuvre de la méthode


Application : Exercices d’application pour assimiler les concepts ainsi que les phases de la mise en œuvre de la méthode étape par étape.

Exercice récapitulatif de mise en œuvre de la méthode

UP 01 : Introduction à la comptabilité analytique

  1. Définition


La comptabilité analytique ou comptabilité de gestion est la technique qui permet de déterminer et d’analyser des coûts. Elle doit être adaptée à l’activité et structure de l’entreprise et aux besoins de ses décideurs.


  1. Objectifs et utilité de la comptabilité analytique


La comptabilité analytique permet ainsi de calculer divers types de coûts, dont les usages sont multiples :

  • justifier des prix de vente lorsque cette justification est requise (devis),

  • servir à prendre des décisions (accepter ou refuser une commande, sous-traiter, supprimer une activité, un produit, etc.),

  • contrôler a posteriori par analyse des écarts entre réalisations et prévisions,

  • évaluer certains biens fabriqués par l'entreprise pour être utilisés par elle ou être mis en stock (il y a là un lien très fort avec la comptabilité générale).




  1. Comparaison entre comptabilité analytique et comptabilité générale




Désignation

Au regard de la loi

Classement des charges

Utilité

Horizon

Périodicité

Flux observés

CG

Obligatoire

Nature

Renseigne sur la situation financière et la rentabilité

Passé

Annuelle

Externes

CAE

Facultative

Destination

Renseigne sur les coûts

Présent et futur

Libre

Internes

  • Différences :




  • Points communs :

Instruments de gestion et de prise de décision
UP 02 : Le coût et la charge

  1. Définition du coût


Un coût est une somme de charges s’appliquant à un moyen d’exploitation ou à un produit ou à un stade d’élaboration du produit.
Causes d’augmentation des coûts : Elles sont d’ordre :


    • Interne :

Diminution des rendements soit un problème de productivité.


    • Externe :

Hausse des prix qui se traduisent par une augmentation du montant des charges (hausse des salaires, des matières…..)

  1. Types de coûts




  • Selon le stade d’élaboration du produit : Les couts hiérarchisés

  • Selon le moment de calcul du coût : Les couts réels et standards ou préétablis

  • Selon la nature des charges prises en compte : Les coûts complets et partiels

  • Le cout cible

  • Le coût marginal

  • Le coût d’opportunité




  1. Prix de vente, coût de revient et marge :


Prix = résultat d’une transaction avec une personne extérieure à l’entreprise
Coût = accumulation de charges sur un produit ou un service.
Marge brute ou commerciale = Prix de vente – coût d’achat
Marge sur coût de production = Prix de vente – coût de production
Marge totale = Prix de vente – coût de revient


  1. Définition de la charge :


Consommation de ressources par l’entreprise


  1. Type de charges




  • Charge directe :

Peut être affectée sans ambiguïté au coût d’un produit (exemple : matières premières)

  • Charge indirecte :

Nécessite un calcul préalable (exemple : loyer d’un atelier dans lequel plusieurs produits sont fabriqués).

  • Charge fixe :

Constante quel que soit le volume d’activité de l’entreprise (loyer).



  • Charge variable :

Fonction de l’activité de l’entreprise (matières premières)

  • Charge semi-variable :

Comprend une part variable et une part fixe

UP 03 : Les charges incorporables au coût :

  1. Charges incorporables de la comptabilité générale :


Nous pouvons visualiser ce qui distingue les charges retenues par la CAE des charges par nature enregistrées en CG par un schéma :


    • Charges non incorporables



Charges de la CAE
Charges
communes


+ Charges supplétives


Charges de la CG


Charges incorporables de la CAE =

Charges de la CG – Charges non incorporable + charges supplétives





  1. Charges Non Incorporables de la comptabilité générale « CNI »


Ce sont des charges qui sont retenues par la CG mais qui ne sont pas prises en compte par la CAE car elles sont sans rapport avec une activité d’exploitation courante. Elles fausseraient donc un calcul dont l’objectif principal est la mesure de la rentabilité réelle dans des conditions normales d’exploitation.
Le plus souvent, il s’agit de charges exceptionnelles et de certaines dotations aux amortissements, par exemple les amortissements des frais d’établissement.
Exemples :


  • Charges exceptionnelles

  • Charges extraordinaires

  • Charges ne présentant pas un caractère habituel dans la profession et devant être considérées comme un risque (provision pour litige….)

  • Charges somptuaires




  1. Eléments Supplétifs Incorporables « ESI »


Ce sont des charges qui ne sont pas prises en comptes par la CG pour des raisons juridiques ou fiscales mais qui sont intégrées aux coûts par la CAE, afin de permettre une détermination plus exacte, plus complète des différents coûts.
Il s’agit en générale de rémunération fictive des capitaux propre mis à la disposition de l’entreprise : ces sommes auraient eu un coût si elles avaient été empruntées ; et, dans la petite entreprise, la prise en compte d’un véritable salaire pour l’exploitant.
Application : Exercice de détermination de charges de la comptabilité analytique.
Pour le premier trimestre de l’année en cours, les charges par nature enregistrées par la comptabilité générale s’élèvent à 677 750 DA dont 6500 DA de charges exceptionnelles. Les dotations aux provisions n’ont pas été encore estimées, elles le seront en décembre ; la dotation annuelle est de 645 000 DA, dont 15 000 DA pour provisions de litiges.
Une rémunération des capitaux propres (dont le montant est de 2 000 000 DA) aux taux de 8,5% par an est prise en compte par la comptabilité de gestion.

TAF: Calculez les charges incorporables aux coûts pour le premier trimestre

Corrigé 01 : Charges incorporables de la CAE


UP 04 : Hiérarchie des coûts

  1. Le coût d’achat :


Les coûts d’achat ou d’acquisition correspondent à la première phase du cycle d’exploitation de l’entreprise.

Coût d’acquisition ou achat = prix d’achat + charges d’approvisionnement correspondantes.

  • Prix d’achat : Prix net des réductions commerciales et de l’escompte de règlement en hors taxes.



  • Frais d’achat : Ensemble des charges d’approvisionnement engagées pour acheminer les marchandises, les matières premières ou les autres matières et fournitures consommables jusqu’à leur entrée en stock. Les frais de gardiennage, entretien, assurance sont généralement exclus, sauf si la durée de stockage est longue et si la valeur du stock augmente avec le temps.

  1. Le coût de production


Coût de production = Coût d’acquisition + charges de production
Le coût de production est composé du coût d’achat de matières premières et fournitures consommées et de l’ensemble des charges engagées par l’entreprise pour produire des biens.

  1. Le coût hors production


Coût hors production = Coût de distribution + Charges d’administration


  • Coût de distribution : Le coût de distribution est composé exclusivement des charges qui concernent les différentes opérations liées à la vente des marchandises, des produits et des services. Exemple : emballages perdus, main d’œuvre de transport, publicité,…



  • Coût d’administration : Il s’agit des frais d’administration et la gestion financière.

  1. Le coût de revient


Il représente l’ensemble des coûts supportés durant le cycle d’exploitation jusqu’au stade final.
Coût de revient = Coût de production + Coût hors production

Entreprise commerciale

Entreprise de production

Coût de revient =

Coût d’achat des marchandises vendues +

Coût de distribution + Coût d’administration

Coût de revient =

Coût de production des produits vendus +

Coût de distribution + Coût d’administration

Il existe entre eux une hiérarchie, d’où leur appellation de coûts hiérarchisés.

Exemple :

La fabrication et la vente d’un produit P a donné lieu aux charges suivantes (prix en HT):

  1. Prix d’achat de matières premières ………………………….. 150 DA

  2. Livraison de matières premières ……………………….……….. 60 DA

  3. Frais de fabrication (MO, énergie consom. ,amortis du MTL 500 DA

  4. Frais de distribution (Livraison) ……………………………………….. 75 DA

  5. Frais d’administration et de gestion………………………………….. 80 DA

Calculez :

  • Coût d’achat (acquisition)

  • Coût de production

  • Coût de distribution

  • Coût hors production

  • Coût de revient

Solution :


UP 05 : Impact des stocks sur le calcul des coûts

  1. Evaluation des entrées en stocks :


L’acquisition des matières premières, de marchandises ou d’approvisionnements nécessite un calcul de coût d’acquisition prenant en compte outre le prix d’achat, les différentes charges directes et indirectes liées à cette opération.


  1. Evaluation des sorties de stocks :


Elle se fait selon différents méthode d’évaluation
- Coût moyen pondéré de fin de période.

- Coût moyen pondéré de après chaque entrée.

- Epuisement des stocks : Premier entré premier sorti ( FIFO ).

- Dernier entré premier sorti ( LIFO ).


  • Coût mensuel moyen pondéré « CMMP »

Les sorties sont évaluées à un coût moyen unitaire pondéré calculé périodiquement, en général chaque fin de mois.

C.M.M.P = ∑ Valeurs (stocks initial + entrée en stock) à la fin du mois

∑ Quantités (stocks initial + entrée en stock) à la fin du mois

Avantages et inconvénients :

  • Très simple et clair à appliquer.

  • La fiche des stocks n’est totalement compléter que la fin du mois.




  • Coût unitaire moyen pondéré « CUMP »

Les sorties sont évaluées à un coût moyen unitaire pondéré calculé après chaque entrée du produit en stock.

Il n’est pas nécessaire d’attendre la fin de la période pour procéder à l’évaluation des sorties et des existants en stock.

Chaque nouvelle entrée déclenche un nouveau calcul de coût. Le nouveau coût est égal à la moyenne pondérée du coût de la nouvelle entrée et de celui des quantités en stocks à cette date.

C.M.M.P = ∑ Valeurs (stocks initial + entrée en stock) après chaque entrée

∑ Quantités (stocks initial + entrée en stock) après chaque entrée

Avantages et inconvénients :

Permet de connaitre le coût des sorties et des existants en stock à tout moment.



  • First In First Out « FIFO » ou PEPS

Elle consiste à comptabiliser les matières ou produits en lots distincts d’après leur ordre d’arrivée.

Il faut « sortir » en priorité les matières ou produits entrés en stock « les premiers ».

- Avantages et inconvénients :

Les sorties sont évalués à leur coût d’entrée, elles suivent bien l’évolution du prix.

Au moment de l’entrée, il faut constituer des « lots distincts » en magasin par ordre d’arrivée et de prix.

  • Last In First Out « LIFO » ou DEPS

Elle consiste à comptabiliser les matières ou produits en lots distincts mais les sorties ne respecte plus la chronologie des entrées.

Il faut « sortir » en priorité les matières ou produits entrés en stock « les derniers ».

- Avantages et inconvénients :

Le calcul est proche de la réalité pour certains secteur d’activités, notamment le secteur du bâtiment pour le sable, gravier, etc …. livrés sur chantiers.

  1. L’inventaire




  • L’inventaire intermittent :

Elle implique l’évaluation périodique des stocks restant. Cette évaluation est réalisée au moment des opérations d’inventaire et de l’établissement des documents de synthèse.

  • L’inventaire permanent :

Elle permet, par l’enregistrement des mouvements de stocks, de connaitre de façon constante en cours d’exercice les existants chiffrés en quantité et en valeur.

Application : L’entreprise MOBIREV utilise pour ses fabrications du chêne clair. Au cours du mois de février, les opérations relatives à cette matière première ont été les suivantes : (Les entrées sont évaluées au coût total d’acquisition)

01 Février : stock initial : 110 M3 à 2 900 F le M3.

05 Février : bon de sortie N° 512 : 60 M3

15 Février : Bon de réception N° 296 : 50 M3 à 2 976,80 F le M3

20 Février : bon de sortie N° 522 : 60 M3

25 Février : bon de réception N° 299 : 50 M3 à 2 949,20 F le M3

Vous êtes magasinier de l’entreprise, tenez le compte de stock selon les quatre méthodes.


  1. CMMP :



  1. CUMP :



  1. FIFO :



  1. LIFO :



UP 06 : La méthode des sections homogènes « coût complet »

  1. Principe de base de la méthode :


Elle consiste à analyser les charges incorporables en termes de charges directes et indirectes.



Les charges directes sont affectées directement aux produits concernées (ex: matières premières)

Alors que les charges indirectes sont réparties entre des centres d’analyse avant d’être imputées entre les produits en fonction d’unités d’œuvres (ex: salaire du chef d’atelier au prorata des quantités produites).



  1. Charges directes et charges indirectes :






  1. Imputation de charges indirectes :


La méthode des coûts complets procède au découpage de l’entreprise en centres d’analyse ou de sections.

Les charges indirectes sont imputées aux différents niveaux de coûts par le biais de centre d’analyse.





  1. Centres d’analyse :




  • Définition d’un centre d’analyse :

Un centre d’analyse est un compartiment comptable permettant de regrouper des éléments de charges indirectes homogènes avant de les imputer aux produits.

  • Types de centres d’analyse :

Il n’existe pas de découpage type ou idéal de centres. Tout dépend des coûts et coûts de revient l’entreprise.

  • Les sections principales sont celles dont les frais s’imputent normalement aux coûts.

  • Les sections auxiliaires sont celles qui doivent, normalement faire l’objet de virement à d’autres sections (sous-répartition)



  1. Centres principaux

Sont celles où sont mis en œuvre les moyens de production et de vente de l’entreprise :

    • Approvisionnements

    • Ateliers

    • Services commerciaux

Lorsqu’un centre d’analyse correspond à une division réelle de l’entreprise, ex magasin, atelier de découpage ou de montage, il s’agit d’un centre opérationnel ou de travail.

  1. centres auxiliaires

Ont pour but de gérer les facteurs de production mis en œuvre par l’entreprise. Elles assurent les fonctions de coordination et d’organisation internes de l’entreprise:

    • Finance

    • Administration

Lorsqu’un centre d’analyse est une entité fictive; ex financement ou commercialisation, c’est un centre de structure ou de fonctionnement.

  • Rôle des centres d’analyse ou sections homogènes



  1. Répartition des charges indirectes sur les centres d’analyses :


La répartition des charges indirectes se fait alors en deux étapes :

  • Répartition primaire :

Les charges indirectes sont réparties entre les différents centres auxiliaires et principaux.

  • Répartition secondaire :

Les coûts des centres auxiliaires sont répartis entre les centres principaux. On dit qu’ils sont « vidés »

  • Tableau de répartition des charges indirectes « TRCI »

La répartition des charges indirectes entre les différents centres d’analyse est généralement présentée sous la forme d’un tableau à double entrée du type de celui proposé ci-après :




Total

Centres auxiliaires

Centres principaux

Répartition primaire

Charges incorporable aux couts

Répartition secondaire

Répartition du centre « A »

Répartition du centre « B »


X


Centre A

X1

-X1


Centre B

X2

-X2


Centre C

X3

a1

b1


Centre D

X4

a2

b2


Centre E

X5

a3

b3


Taux après répartition

X

0

0

X3+a1+b1

X4+a2+b2

X5+a3+b3



  • Le tableau de répartition avec prestation entre centres auxiliaires :

Lorsqu’il existe des transferts de charges entre centres auxiliaires, des centres auxiliaires fournissent des prestations aux autres centres principaux, mais aussi à d’autres centres auxiliaires. Les prestations entre centres auxiliaires sont soit unilatérales, soit réciproques.

  1. Prestations internes entre centres d’analyse :




  • Prestations unilatérales

Un centre auxiliaire fournit une prestation à un autre centre auxiliaire sans contrepartie ; on parle alors de transfert en escalier.

  • Prestations bilatérales :

Cas de prestations réciproques : lorsque les centres auxiliaires se fournissent mutuellement des prestations, il est impossible de « vider » complètement l’un des centres des charges lui ayant été affectées, car au moment de la répartition du centre auxiliaire suivant, une nouvelle fraction de charges indirectes va lui être attribuée.

On parle parfois de « transferts croisés ». Le problème peut résolu par la mise en place d’une équation mathématique.

  1. Les unités d’œuvre des charges indirectes :




  • Définition de l’unité d’œuvre

« l’unité d’œuvre est l’unité permettant d’imputer le coût d’un centre d’analyse (ou section) aux coûts d’autres centres ou à des coûts de produits ou d’activités intéressées ».

  • Type d’unités d’œuvre :



Le calcul du coût de l’unité d’œuvre et le calcul du taux de frais sont effectués comme suit :

Coût de l’unité d’œuvre 

CUO = Total des charges du centre opérationnel après répartition secondaire

Nombre d’unités d’œuvre du centre opérationnel

Coût de frais en pourcentage 

CF = Total des charges du centre de structure après répartition secondaire

Assiette de répartition en francs du centre de structure

  1. Récapitulation des étapes de mise en œuvre de la méthode :




  • Recensement de toutes les charges de l’entreprise

  • Classement en coûts directs et en coûts indirects

  • Affectation des coûts directs au compte de coût de revient des différents produits

  • Choix des sections homogènes principales et auxiliaires les mieux adaptées à l’activité et au mode de fonctionnement de l’entreprise

  • Choix de l’unité d’œuvre pour chaque section

  • Regroupement des charges indirectes dans les sections homogènes

  • Calcul du montant de l’unité d’œuvre

  • Imputation des coûts indirects aux coûts de revient des produits en calculant le nombre d’unités d’œuvre de chaque section consommées pour fabriquer une unité de chaque produit.


Exercice N°02 : Imputation des charges indirectes


Corrigé de l’exercice N°02

similaire:

Up 01 : Introduction à la comptabilité analytique iconLeçon détaillée 1 liens avec le programme-cadre organisation physique...

Up 01 : Introduction à la comptabilité analytique iconBibliographie et Webographie page 7 Annexes : Annexe 1 : Dossier...
«tenue» de la comptabilité de quelques indépendants «en libéral» et particulièrement dans le domaine paramédical (psychanalyste,...

Up 01 : Introduction à la comptabilité analytique iconThèses soutenues en Comptabilité Contrôle Audit
«Présentation des thèses récentes en Comptabilité – Contrôle – Audit» (article de Pierre Gensse et Yves Dupuy)

Up 01 : Introduction à la comptabilité analytique iconSolution Analytique

Up 01 : Introduction à la comptabilité analytique iconChapitre 2 : La Géométrie Analytique

Up 01 : Introduction à la comptabilité analytique iconRaulet analytique et contrôle de gestion

Up 01 : Introduction à la comptabilité analytique iconManagement et gestion des entreprises et des administrations (mgea)
«Management Comptabilité Gestion des Entreprises et des Administrations» est de reformer des spécialistes pouvant assurer les fonctions...

Up 01 : Introduction à la comptabilité analytique iconChapitre 1 : Introduction à l'optique géométrique I introduction

Up 01 : Introduction à la comptabilité analytique icon1-addition vectorielle 2-La méthode graphique A+B = B+A (A+B)+C =...

Up 01 : Introduction à la comptabilité analytique iconLes équations régissant le phénomène étudié sont des équations aux...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
m.21-bal.com